Parbode 131, Mars 2017. Earl Thijm de « Tap a Bankstel » est très « Simpel »

Traduction d'article de Parbode, Journal mensuel d'analyse et d'information au Suriname. Parbode n°131, Mars 2017.Earl Thijm de « Tap a Bankstel » est très « Simpel ». Reportage sur une émission télévisée, « écoute sur la banquette ».

Earl Thijm de « Tap a Bankstel » est très « Simple ». « Je ne me vois pas comme une présentateur de télé mais comme un simple garçon du peuple. Je suis d’ailleurs partout connu sous le nom de « Simpel » : une garçon extrêmement simple et je trouve ça chouette. Je ne veux pas simplement être connu d’un groupe en particulier de la société, mais de tout le monde : jeune, vieux, pauvre et riche »raconte Earl Thijm alias Simpel. Il voit son programme de télévision extrêmement populaire Tap a Bankstel qui existe depuis 6 ans comme son bébé qui après avoir marché à quatre patte commence à marcher.

Le parleur de canapé Earl « Simpel » Thijm (45) raconte que sa carrière a réellement commencé avec le depuis décédé comédien stand up Stephen Wesje Westmaas, qui faisait parti du monde du rap. Ils se sont lié d’amitié à l’institut pédagogique du Suriname et ont initié ensemble l’équipe de foot des Bonyo Boys. « J’étais maigre, fin, sec, j’étais plus d’os que de chair, alors tout le monde m’appelait Bonyo. DJ Ornyl Malone avait un petit studio et Wesje a écrit sur son beat Swariman Tori, un texte où je devais aussi intervenir. C’est comme ça que Bonyo Boys est apparu » En plus de présentateur de télévision, Simpel est également connu comme rappeur et chanteur. Len’len libi, Meenemen, et Altijd zeg ik ja sont quelques unes de ses chansons les plus connues.

Il prend également part à beaucoup d’évènements comme les master of ceremonies. Il pense parofis à reprendre sa carrière d’origine, laissée de côté. Selon ses dires, Simpel n’a pas eu une mauvaise jeunesse. Il vient d’une famille de classe moyenne de neuf enfants, son beau père était contremaître à Suralco. «  J’ai eu une enfance heureuse, mais tu sais : comme tu es toujours en contact avec ton milieu, tu veux toujours avoir quelques chose d’autre. Je suis rapidement allé travaillé pour pouvoir acheter des Nikes. Un beau jour, j’ai travaillé dans l’administration d’une station service et mon service durait de 8 heure à 8 heure. J’ai fait mon travail correctement, j’ai eu faim et je suis allé acheter un sandwich vite fait ; à la fermeture de la caisse, à 19h55, il manquait 200 srd dans la caisse. »Soupire Simple et poursuit « La police a déclaré que j’étais le voleur puisque j’étais l’unique créole dans une équipe d’Hindoustani.

Au poste de Police de Nieuwe Haven, ilss m’ont mis en cellule avec uniquement des Swariman. Nota bene, je faisais partie du groupe des Swariman Tori. Le boss de la cellule revenait juste de la douche et m’a déclaré de très près : Om unu mi de dya tog ? Bel a tra man nanga a fini sten »« Heureusement le directeur a annulé toute l’affaire et je n’ai finalement perdu que 15 minutes de ma liberté. Plus tard on a appris qui avait vraiment fait cela. » A propos de ce vol, il précise avoir tout fait pour ne pas se retrouver derrière les barreaux.

À la question « Qu’est ce qui ne vous plait pas dans notre pays ? », il répond : « Le Suriname est un pays extraordinairement beau et bon. Le problème, ce sont les surinamais eux même. C’est le plus gros problème. » Ce qui choque encore Simpel, ce sont les comportements hypocrites. « Nous devons moins nous regarder les uns les autres et davantage nous concentrer sur ce que nous pouvons signifier les uns pour les autres. Laisser de côté ces attitudes hypocrites. »

Tap a Bankstel.

Thijm souligne être très reconnaissant au directeur Isfahany « Isje » Nagessersing de SCNN TV qui lui a à l’époque offert l’occasion de commencer sur les ondes avec Tap a Bankstel. « Nagesserssing a vu quelque chose d’intéressant dans mon programme là où d’autre directeur ne croyaient pas en moi ». Il trouve dommage que Tap a Bankstel ne soit plus diffusé sur SCNN.

Selon Thijm, ce programme ne coûte presque rien car il maîtruse toute la chaine de production et réalisation, de la prise de vue, au montage et même la régie. Ne restent à payer que les coûts de diffusion. Son tout premier invité était Jef Popcorni de la formation Kawina The generals. C’était sur la petite place devant Telesur, devant la petite fontaine « J’étais là avec 6 feuilles A4 et presque 120 questions. Je saurais actuellement sûrement mieux faire. » dit il en riant.

Le maître de parole est très content de son programme, diffusé sans interruption depuis 6 ans avec des sponsors qui ont crû dans le concept. Sa propre société de production est composées d’une équipe de 6 personnes. Tap en Bankstel qui a commencé en 2010 aux émissions de télép SCCN est maintenant diffusées sur ATV. Selon l’auteur, La visibilité est encore plus grande. Il le voit aux nombreuses réactions sur facebook et aux gens qui le croisent dans la rue dans la rue.

« Les gens sont un peu agacés de la manière dont j’envoie la pub, d’un geste. Certains trouvent ça blessant, mais ils ne comprennent pas que le sponsor à aussi son tour. D’autre , simplement , trouvent que je rigole trop. Franchement, c’est juste « Simpel ». J’aime le rire et la gaieté. Mon entourage doit toujours être joyeux sinon je m’en vais. Tout le monde autour de moi doit avoir une sourire sinon tu ne fais pas partie de mon entourage. Chez Tap a Bankstel on fait une discussion légère avec des personnes connues de la société. Tu dois être déjà connu pour venir »

Selon Simple, beaucoup de gens ne comprennent pas du tout le concept du programme. « On attend des questions de journaliste et même que je fasse des recherches préparatoires sur les invités. Soyons clair : Simpel n’est pas un journaliste ». Simple ne travaille pas non plus avec des sujets, sans quoi le programme prend un autre visage. Parmi les 144 invités environs qui se sont retrouvés sur la banquette, on trouve Steven « Stuf » Redout van Aptijt, l’agent de police Robby Riedewald aka Bopu ou même feue Diana Gangaram Panday ‘Rubia’ du film « Wan Pipel », pour les épisodes les plus chauds. Les épisodes ont toujours fonctionné. L’épisode avec Rubia a été passionnant. Elle a pu laisser briller son cœur. J’ai dû enlever énormément de choses au montage. L’épisode avec l’agent de police Bopu parle de l’histoire et d’un collecte d’information que tu peux toujours réutiliser

Plan d’avenir

Les personnes que Simpel voudrait encore bien avoir sur sa banquette sont Melvein Linscheer, Ronnie Brunswijk, Etienne Boerenveen et Gillmore Hoefdraad. Un rêve devenue réalité a été de recevoir le politicien Chandrikapersad Santokhi. Il aura fallu attendre trois ans. Le président Desi Bouterse voudrait également bien atterrir sur le banc, mais en raison d’exigence protocolaires, cela n’a pas été possible.

À la question de ce qu’il trouve de sa propre émission, Simpel répond : « Je ne me nommerais pas perfectionniste mais j’aime quand les choses sont bien faites. Alors tu es certain que ça va continuer et puis aussi ça te coûte moins d’argent. Honnêtement parlant, je ne suis pas si fier de mes préparations et de mes présentations. Ça pourrait être beaucoup mieux. » « Je ne vais plus m’occuper de la régie, du montage ou du travail à la caméra mais seulement me concentrer sur la présentation » promet il.

Tap a Bankstel est le programme le plus populaire de Earl Thijm mais il en a fait aussi réalisé d’autre comme Sabiso Quizz et Modo Slowtu. Nous pouvons nous attendre à de nouveaux programme dans le futur. Ses objectifs restent la présentation de nouvelles stars sur le podium. « Il y a tout un tas de talents qui sont autour de toi. Je ne regarde pas qu’aux apparences. Tu dois pouvoir présenter, et même les sentir dans toi »

Earl Thijm est marié depuis 5 ans avec Lygia. Ils ont deux enfants : sa fille Jalisa de 13 ans et son fils Jamal de 20 ans. Il ne pense plus à agrandir la famille «  Je ne veux pas plus d’enfants. Deux c’est assez. Si j’avais deux filles alors peut être je voudrais un garçon en plus » Dit-il en riant. Simpel raconte qu’il a consciemment choisi de de grandir avec sa descendance. « Je ne veux pas une relation père-fils ou père -fille mais simplement une relation amicale avec mes enfants. Je souhaite pas être le boss de la famille, ils n’ont pas à avoir peur de moi. On doit pouvoir parler de tout. »

Si il a déjà dormi sur son banc ? « Oui, des fois je m’endors. Si je ne dors pas sur la banquette alors je ne peux pas dormir. Je ronfle alors ma femme me laisse volontiers là-bas »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.