Talleyrand ayant un jour reçu une gifle qui l’avait renversé, le roi, qui demandait de ses nouvelles, fit allusion à ce soufflet : « Sire, c'était un coup de poing, » lui répondit Talleyrand, avec l'esprit de quelqu’un qui pouvait accepter une agression, mais refusait un affront.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.