Face à la politique destructrice de la droite, nous rassemblons les forces de gauche

Emmanuel Macron et son gouvernement ont décidé de passer en force en utilisant l’article 49.3 de la constitution.  La réforme des retraites a été adoptée par l’Assemblée nationale, malgré le dépôt de deux motions de censure, dont celle portée par les député·es du Parti Communiste Français et de La France insoumise.

Le Président et la majorité de La République En Marche assument un gigantesque déni de démocratie, une dérive autoritaire inédite, inouïe. 

Dans quel pays démocratique une réforme qui touche aux fondements même du modèle de solidarité sociale est-elle adoptée sans débat parlementaire, sans votes ?

Dans quel pays démocratique les député·es d’opposition qui exercent leur droit dans une instance démocratique sont-ils traités de « riens », les syndicalistes considéré·es comme des ennemis et des criminels, les manifestant·es éborgné·es ? 

Dans quel pays démocratique le gouvernement refuse-t-il d’entendre la voix du peuple, malgré plusieurs mois de mobilisations sociales et d’un mouvement de grève, le plus important que la France a connu depuis 1968 ?

Les conséquences de ce coup de force sont lourdes. La remise en cause du système des pensions à répartition, garant de la solidarité entre les générations. Partir à la retraite plus vieux, pour toucher moins. 

La précarité, l’incertitude du lendemain : voilà l’avenir auquel Emmanuel Macron et son gouvernement condamnent les français·es !

Effrayante régression sociale, qui prolonge des années de politiques de droite, qui n’ont eu de cesse de détruire méthodiquement notre modèle social. Privatisations des grandes entreprises, dégradation du système de santé et du système scolaire, remise en cause des 35 heures, du code du travail. 

Ces choix politiques désastreux pèsent sur la vie de nos concitoyen•nes, qui subissent au quotidien le poids insupportable des injustices, des inégalités, des discriminations. C’est l’héritage social de la France que Macron veut ainsi liquider. 

Cet héritage de conquêtes sociales, c’est celui de tou·tes les français·es. C’est celui des luttes des travailleurs, des organisations syndicales, de la gauche. Celui du Front Populaire de 1936, celui du Conseil National de la Résistance et du programme « les Jours Heureux » mis en œuvre à la libération.

Cet héritage, les mouvements politiques auxquels nous appartenons y sont profondément attachés. 

Cet héritage, nous nous battons pour le défendre. Mais nous voulons aussi l’élargir et le renouveler, en créant de nouveaux droits démocratiques et sociaux ; en engageant la grande transition écologique. 

Cette vision de progrès social et écologique, c’est aussi celle que nous, Député et Maire, défendons chaque jour sur le terrain. 

A Aubervilliers, nous sentons tous les jours les effets désastreux des politiques libérales de Macron et de la droite. 

Quand ils détruisent les services publics, quand ils diminuent les moyens budgétaires des communes, c’est aux habitant·es de villes populaires comme la nôtre qu’ils s’en prennent en premier. 

Ce sont ces idées destructrices que défend aujourd’hui la liste de la droite et du parti du Président Macron, qui se présente aux élections municipales. 

Il y a urgence à y faire barrage. Urgence à construire un modèle alternatif, pour permettre à tous et tous de vivre bien, pour répondre au défi climatique. 

Tout au long de l’histoire du mouvement pour l’émancipation, celles et ceux qui se sont battus pour une vie meilleure ont vu dans l’échelon municipal un levier, un laboratoire pour changer la vie. Ensemble, écrivons aujourd’hui une nouvelle page de cette histoire. 

C’est ce que nous voulons faire aujourd’hui avec la liste Uni·es pour Aubervilliers. En rassemblant les forces de gauche et les citoyen·nes engagé·es, nous sommes fidèles à l’histoire d’une ville qui a toujours été solidaire et combative. 

Et nous nous donnons les moyens de construire un avenir meilleur pour toutes. Nous continuerons à soutenir les mouvements sociaux, les organisations syndicales pour défendre les droits des femmes et des hommes durement touchés par les mesures de ce gouvernement. Et nous continuerons à œuvrer sans relâche à améliorer le quotidien des habitant·es. 

Le peuple mobilisé a montré qu’il veut s’unir pour construire une société plus juste et plus égalitaire. Nous serons toujours à ses côtés. Vous pouvez compter sur notre détermination. 

Mériem Derkaoui                                                                            Bastien Lachaud
       Maire d’Aubervilliers                                                               Député de Seine-Saint-Denis 

 



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.