Derkaoui Mériem
Maire d'Aubervilliers
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 nov. 2019

Derkaoui Mériem
Maire d'Aubervilliers
Abonné·e de Mediapart

Il faut faire reconnaître à l'Etat ses missions régaliennes !

Jeudi 31 octobre, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé des mesures pour la Seine-Saint-Denis portant sur l’Education, la Santé, la Justice ou encore la Sécurité.

Derkaoui Mériem
Maire d'Aubervilliers
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ces mesures répondent à une analyse de la situation bien éloignée de la réalité et contournent le vrai problème : celui des inégalités non seulement persistantes, mais qui se sont renforcées ces dernières années à cause de la politique du Gouvernement.

La suppression des emplois aidés en 2017, pourtant indispensables pour de nombreuses associations d’Aubervilliers, la diminution des subventions de la Politique de la ville, la baisse des APL, ou encore l’abandon en 2018 du «plan banlieue», qui aurait pu être un engagement fort en faveur de la Seine-Saint-Denis, en sont des exemples concrets.
Bien avant le rapport parlementaire de mai 2018 intitulé "La République en échec", le Défenseur des droits avait déjà attiré l'attention sur l’inégalité de traitement des habitantes et des habitants de la Seine-Saint-Denis.
La véritable priorité du Gouvernement devrait être celle de mettre un terme à ces inégalités et à réparer l’oubli dont Aubervilliers et la Seine-Saint-Denis ont fait l’objet depuis plusieurs décennies.
Une demande que j’ai formulée, aux côtés des maires de Stains, de Saint-Denis, de l’Ile-Saint-Denis et de Bondy, à travers la plainte contre l’Etat pour rupture d’égalité que nous avons déposée en septembre dernier.
Alors qu’Aubervilliers est sous les feux des projecteurs depuis plusieurs semaines, grâce notamment à l’aménagement des berges du canal, l’ouverture du Campus Condorcet, l’arrivée de la maison Chanel ou encore du métro en centre-ville, des voix continuent de s’élever pour la stigmatiser davantage en la présentant uniquement sous l’angle de la violence et de l’insécurité.
Bien que réelles, elles sont en majorité les effets d’une politique de renoncements successifs et d’abandon.

Je le réaffirme, les municipalités ne peuvent pas agir à la place de l’Etat.
Il ne faut pas y voir dans nos revendications une tentative de se défausser de certaines situations. Il s’agit de lui faire reconnaître ses missions régaliennes.
Cette stigmatisation touche aussi le corps enseignant qui, loin de vouloir fuir le département, exerce au quotidien son métier avec engagement et conviction, et ce depuis de nombreuses années.
Pour autant, quand il y a des conditions de travail qui se détériorent, quand on ne donne pas les moyens pour exercer efficacement les missions, quand il n’y a pas de revalorisation des salaires, on reste effectivement peu de temps.
Ce n’est pas une prime, aux critères d’attribution très flous, qui améliorera leur quotidien, mais bien une revalorisation des moyens avec la requalification de toutes les écoles d’Aubervilliers en REP+ et le remplacement des professeur·e·s.

En attendant, de nombreuses et nombreux enseignantes et enseignants continuent à se battre malgré les difficultés, et ce pour donner aux élèves les mêmes droits de réussite que dans les autres départements.

Notre municipalité, aux côtés de toutes celles et ceux qui luttent pour les droits, se mobilise pour l'égalité de toutes et tous.
Avec elle, je continuerai d’agir.
  

Mériem Derkaoui

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Kohler : le secrétaire général de l’Élysée est mis en examen
Le bras droit du chef de l’Etat a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence », pour avoir caché ses liens familiaux avec le groupe de transport MSC et être intervenu à de multiples reprises en sa faveur. L’Élysée a mis tout en œuvre pour enterrer le dossier.
par Martine Orange
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost