Aubervilliers, une ville assoiffée d'égalité !

Le mouvement des gilets jaunes a fait resurgir des revendications qui résonnent chez nous toutes et tous : Justice sociale, fiscale, respect des libertés et des droits. Des revendications que je porte depuis toujours et que je continuerai à faire pour Aubervilliers, une ville assoiffée d'égalité comme j'ai eu l'occasion de le rappeler face au président Emmanuel Macron le 4 février dernier.

Rapports parlementaires, études sociologiques : les conclusions sont accablantes en Seine-Saint-Denis, sur ce que nomme le Défenseur des droits M. Jacques Toubon une rupture d’égalité républicaine. 

Si l’on prend l’exemple de l’éducation, pourquoi ne pas classer l’ensemble des établissements d’Aubervilliers en Réseau d’éducation prioritaire plus (REP) et mettre fin à une distinction incompréhensible entre des écoles  REP Et REP+ situées sur le même trottoir ?

Face à cette injustice, il est nécessaire de se mobiliser pour que toutes les écoles d’Aubervilliers bénéficient des mêmes moyens et pour que tous les élèves,de la maternelle à l’université,  puissent préparer leur avenir.

Avec la réforme du lycée et la mise en place de ParcourSup qui prévoit une injuste sélection à l’université, le principe même d’un enseignement ouvert à toutes et tous est remis en cause.

Malgré des résultats probants dans nos lycées, notamment Le Corbusier classé parmi les meilleurs du département, nos lycéennes et lycéens doivent multiplier les démarches pour accéder à l’enseignement supérieur.

Aussi, depuis plusieurs mois, le mouvement lycéen et étudiant s’est amplifié jusqu’aux récentes semaines au cours desquelles les jeunes ont exprimé leurs inquiétudes quant à leur avenir.

Aux inégalités criantes dans le système éducatif, s’ajoutent aussi les discriminations auxquelles les jeunes de notre territoire sont chaque jour confrontées.

Concernant le logement

Pour lutter contre l’habitat indigne, la ville mène depuis plusieurs années des actions en justice destinées à les faire condamner.

Chaque condamnation obtenue est une avancée dans ce combat qui s’intensifie grâce au « permis de louer » qui est devenu en ce début d’année obligatoire au Centre-ville et au Marcreux.

Il impose aux propriétaires, bailleurs privés, d’obtenir une autorisation municipale de mise en location avant toute signature de bail.

Il devrait être complété sur l’ensemble de la commune par l’encadrement des loyers, mais cela nécessitera, ainsi que nous l’avions abordé avec le Ministre du logement, l’appui de l’État et des moyens. Eu égard à l'ampleur de la tâche, une équipe de quatre inspecteurs de salubrité ne suffira pas.

La crise du logement continuera tant qu’un déséquilibre important perdurera dans notre département entre l’offre et la demande de logements. L'affaiblissement des organismes HLM résultant de la loi ELAN ne contribuera pas à améliorer cette situation.

 Plus que jamais, l’appel d’Aubervilliers, porté par plusieurs maires, parlementaires et élu‑e-s pour que le droit au logement devienne une cause nationale, prend tout son sens !

La mobilité

Il est crucial pour notre ville en forte croissance d’obtenir un réseau de transports indispensable aux milliers d’habitants et de salariés.

Outre le besoin de mobilité, la transition écologique n'est plus un objectif du futur, passe par les transports publics avant les taxes sur le carburant !  

L’arrivée prochaine du prolongement du métro de la ligne 12 au centre-ville va contribuer à la dynamique économique et sociale d’Aubervilliers, lui rendre un centre-ville et un marché apaisé et de qualité.

Face au Président de la République, j'ai souhaité dénoncé une nouvelle fois la défaillance flagrante de l’État, des constructeurs, d’IDF-mobilité et de la RATP dans ce chantier qui a débuté en 2012.

Qui peut croire qu’au 21ème siècle, à l’heure des grandes innovations technologiques, il faudrait 10 ans pour réaliser seulement 1,5 km de prolongement de ligne ?

Le Président s'est engagé à la mise en place d'une commission d'enquête parlementaire. 

Il m'a assuré partager mon exigence de transparence. 

 Au cœur de nos actions pour exiger l’égalité et la justice sociale, se trouve également notre devoir de renforcer les solidarités.

Solidarité avec les femmes en France et dans le monde victimes de violences.

Le travail quotidien que nous menons est aussi celui d’agir pour faire évoluer les mentalités au profit de l’égalité femmes/hommes et de son respect de l’espace public à l’égalité salariale. C'est le sens des actions que nous mènerons le mois prochain à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes le 8 mars.  

Notre solidarité s’exprime également envers les migrantes et migrants.

Partout en France, des campements de migrant-e-s voient le jour. Ce théâtre de la misère renvoie l’image d’un monde inhumain et indigne.

Les communes populaires comme Aubervilliers sont solidaires et interpellent l’État pour qu’il assure ses responsabilités. Il appartient également à l’Europe de se pencher sur cette situation et non aux communes.

 Aubervilliers est une ville accueillante, dynamique et combative. Une ville d'avenir

Pour résister à la politique néolibérale et injuste du Président de la République, nous devons conjuguer nos forces et rester unis, rassemblés. Le rassemblement des forces de gauche d’Aubervilliers est dès lors indispensable. 

Voilà trois années que je suis au service d'Aubervilliers en tant que maire. Un engagement qui a débuté en 2016, lorsque j’ai succédé à Pascal Beaudet. Je lui témoigne de mon profond respect et toute mon amitié. J’ai également une pensée pour Jack Ralite, qui nous a quittés il y a un an. En 2001, il m’avait accordé sa confiance en me chargeant de la délégation aux sports.

En tant qu’élue, je participe à la vie de la cité depuis près de 20 ans avec dévouement, enthousiasme et détermination et c'est avec combativité et conviction que je peux continuer à apporter pour Aubervilliers dans les prochaines années.

Les valeurs qui m’animent que sont la solidarité, le respect, l’intégrité me portent depuis toujours et m’aideront à servir notre commune.

Dans cet objectif j’aurais toujours comme boussoles ma conscience et les intérêts de la population d'Aubervilliers.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.