desertique
Réalisateur de documentaires, producteur de films, auteur de chansons
Abonné·e de Mediapart

166 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mai 2016

LETTRE OUVERTE A PHILIPPE MARTINEZ ,Secrétaire Général de la CGT

desertique
Réalisateur de documentaires, producteur de films, auteur de chansons
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur Le Secrétaire Général,

Le choc frontal que vous imposez au Gouvernement est préjudiciable aux ouvriers et salariés que votre Centrale défend.Cela relève d'un malentendu débouchant sur une guerre de tranchées, indigne de la grande centrale que vous dirigez et du Gouvernement. Quand la situation se bloque, il faut une voie pour en sortir.Pourquoi ne pas proposer une suspension des manifs (dangereuses à plusieurs titres) pour se remettre à la table des négociations avec tous les autres syndicats et le Premier Ministre. 
La CGT est une organisation qui a une histoire dans les luttes historiques menées depuis des decennies pour améliorfer le sort des plus défavorisés.Cette loi , qu'il faut peut être améliorer, est nécessaire pour détendre le marché de l'emploi et nous savons bien que la Droite au pouvoir ne pourrait l'amender que dans le sens du Patronat.De plus vous avez comme moi, lu le programme très libéral des candidats à la primaire des LR.Inimaginable et impossible à mettre en oeuvre sans une levée de boucliers .Hors, aujourd'hui c'est la CGT qui en prônant le retrait refuse de considérer qu'un projet de Loi çà peut s'améliorer.Une initiative de votre part vous vaudrait non seulement une estime renforcée auprès de ceux que vous défendez, mais celle de tous les Français.

La situation, sans être très bonne, s'améliore au niveau économique avec des repercussions bénéfiques sur l'emploi.Vous ne devez pas casser ce début de résultats .La CGT, de Seguy à Thibault a souvent soutenu les réformes de gauche, en les améliorant parfois. Il faudrait que ce soit pareil pour la Loi travail.Le Gouvernement pourrait, après une négociation nouvelle présenter le texte amélioré et le faire voter "à la régulière " par le parlement.Cela ramènerait la paix sociale et le calme dans le pays, à la veille d'un Euro qui outre les manifestations et les blocages de toutes sortes, présente suffisamment de risques .Inutile d'en rajouter .Les forces de l'ordre sont sur tous les fronts.Je regrette que vous n'ayiez pas été explicite hier dans votre émission télé.J'aurais souhaité que vous précisiez aux forces de Police et de Gendarmerie, que vous les respectez, que vous les estimez.La CGT, organisation qui a un long cheminement dans l'histoire des luttes sociales, ne saurait être asimilée à ces voyous, casseurs ,anars, qui profitent des manifs pour déborder les manifestants en se heurtant de front avec les CRS.

Nous devons sortir de ce marasme Monsieur Martinez. 
UNE INITIATIVE VENANT DE VOUS DEBOUCHERAIT ,J'EN SUIS CERTAIN, SUR UN TEXTE AMELIORE, ACCEPTABLE PAR TOUS ET PORTEUR D'AVENIR.

J'espère que vous lirez cette lettre, que peut être Médiapart vous la fera suivre, et en attendant, je vous assure de mes meilleurs sentiments.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis