Désobéissance Ecolo Paris
Ecologie sans transition !
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 juin 2019

L'écologie: de droite, de gauche, ni de droite ni de gauche?

Les partis historiques de droite comme de gauche ont définitivement coulé. L'écologie de Yannick Jadot, comme il est d'usage aujourd'hui quand on veut gagner des élections, se dit donc "ni de droite ni de gauche". Mais quelle vision de l'écologie porte ce prétendu "dépassement" de la vieille alternative droite/gauche ?

Désobéissance Ecolo Paris
Ecologie sans transition !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les partis historiques de droite comme de gauche ont définitivement coulé. L'écologie de Yannick Jadot, comme il est d'usage aujourd'hui quand on veut gagner des élections, se dit donc "ni de droite ni de gauche". Cette expression qui lui permettait (d'après ses propres dires) de se distancier des partis traditionnels de gauche et de droite, tous aussi productivistes les uns que les autres, finit par le faire tomber dans la même rhétorique centriste que les marcheurs. En effet, en reniant l’héritage des penseurs communistes et anarchistes, et en se contentant d'évoquer "la justice sociale" après avoir vanté les mérites de l'économie de marché, le discours se lisse pour ne laisser libre court qu'au traditionnel dégueulis libéral. 

Quelle vision de l'écologie porte ce prétendu "dépassement" de la vieille alternative droite/gauche ? Le "ni gauche, ni droite" appelle à une gouvernance qui ne soit plus "idéologique" mais purement "technique". Une idéologie se discute ; un problème technique se règle avec des personnes compétentes. La "fin de l'idéologie" est donc la fin des discussions. Chez Macron, cette démarche est tout à fait claire : on prétend agir sans idéologie, par pragmatisme, il faut bien faire les réformes, car c'est une nécessité rationnelle.

Concernant les problèmes environnementaux, le "ni gauche, ni droite" a donc la même caractéristique : les problèmes ne seront pas discutés, débattus, ou combattus, ils seront "résolus" par une coalition de techniciens, de bureaucrates et de scientifiques. Il s'agit, de fait, d'une gestion autoritaire, car pour donner le pouvoir décisionnel à une technocratie, cette gestion nie la politique dans son essence : un processus où les décisions sont prises par ceux qui habitent une commune ou une région. En somme, pour empêcher la catastrophe de se poursuivre, il faudrait confier le pouvoir à ceux-là mêmes qui l'ont causée, et qu'ils utilisent les mêmes méthodes pour réguler la nature que celles qu'ils utilisent pour réguler l'économie.

Cette logique technocratique en écologie est loin d'être l'apanage du "ni droite ni gauche" puisque, avec son habitude de la planification étatique, des dérives similaires se retrouvent à l'extrême gauche : plans quinquennaux pour la réduction du budget carbone, pour le 100% énergies renouvelables, etc., toujours accompagnés d'un argumentaire sur la création d'emplois et les points de PIB que la transition apportera merveilleusement. 

On l'aura compris, nous ne pensons pas que l'écologie soit "ni de droite ni de gauche", mais pour autant, nous ne pensons pas non plus que l'écologie soit de "gauche", en tout cas pas d'une gauche parlementaire et autoritaire. Car, au fond, tout ce langage continue de situer la politique autour d'une alternative droite/gauche, c'est-à-dire autour du fonctionnement routinier d'une démocratie représentative, avec des partis qui sont en concurrence pour le gouvernement du pays. Nous ne croyons pas que des partis ou des gouvernements puissent aujourd'hui changer le monde et arrêter le désastre. Il faut à tout prix sortir la politique de l'idée d'une gestion de la crise "par le haut". Ce serait confier notre avenir écologique à des Etats autoritaires qui tenteront quelques aménagements économiques pour donner l'illusion d'agir, alors qu'ils sont coincés, par leurs investissements, par leur endettement, par leurs propres lois et traités, au sein d'une économie mondiale extrêmement destructrice.

Situer la politique dans la démocratie représentative, c'est oublier que le monde politique est bien plus riche, qu'il commence chez nous et en bas de chez nous. La réappropriation et la transformation par le bas des lieux où nous vivons, où nous travaillons, où nous habitons, est le principal objectif d'une écologie véritable, qui n'a pas le temps d'attendre des réactions du gouvernement ou de la communauté internationale. Toutes les fois où nous allons dans les ZAD, où nous bloquons l'économie, où nous cultivons notre potager, où nous squattons des immeubles, où nous organisons des réseaux de solidarité et d'entraide parallèles, nous faisons beaucoup plus pour l'écologie qu'en votant. Soustraire un territoire à l'économie ou aux Etats, et le rendre à ses usagers, c'est chaque fois une révolution locale qui se joue et qui sert d'exemples à des centaines d'autres (ZAD, ronds points, Chiapas, Rojava).

L'écologie n'est pas de droite, pas de gauche, et encore moins "ni de droite ni de gauche". Elle est révolutionnaire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis