Désobéissance Ecolo Paris
Ecologie sans transition !
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 août 2019

500 personnes à Paris révoltées par les feux en Amazonie

Suite à un appel international, Youth For Climate (YFC) et Extinction Rebellion (XR) ont appelé à un rassemblement non déclaré devant l'ambassade du Brésil pour protester contre l'inaction du président Bolsonaro.

Désobéissance Ecolo Paris
Ecologie sans transition !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dès 13h30, des personnes commencent à affluer, dont beaucoup de journalistes - TF1, AFP, RT, France TV, Reuters, M6, France Inter, BFM. Très vite, plus de 500 personnes sont rassemblées et les slogans commencent : "et 1 et 2 et 3 degrés" ou, un peu plus encourageant "On est là, même si Bolsonaro veut pas nous on est là". Drapeaux XR, t-shirt d'Alternatiba, gilet jaune et tout-venant se côtoient.

 Tout le monde semble révolté autant par le désastre écologique que par la situation des indigènes dont le milieu de vie part en fumée. Plusieurs banderoles insistent aussi sur le lien entre la culture du soja pour l'élevage et la déforestation. Des militantes de Boucherie Abolition, seins nus et mégaphone en main, font un happening pour souligner ce lien et appeler à la fin du système patriarcal, capitaliste et de ce fait écocide.

Macron, lui, a profité du G7 pour faire un coup de communication politique en accusant Bolsonaro d'avoir "menti" au sujet de ses engagements écologiques : aurait-il cru à la sincérité de Bolsonaro, climato-sceptique officiel ? Si Macron annule l'accord avec le Mercosur, il lui reste à annuler plein d'autres accords commerciaux, avec le Canada qui agrandit des oléoducs (CETA) ou le JEFTA (Japon), pour nommer les plus récents !

Vers 16h30, un organisateur du rassemblement insiste sur le fait que chacun peut faire ce qu'il veut, mais que le rassemblement est sommé de se disperser par les CRS. Tout le monde quitte les lieux dans le calme.

On ne peut que se réjouir que 500 personnes, en période de vacances, réussissent à se mobiliser en moins de 36h. On peut aussi se réjouir d'entendre des slogans gilets jaunes, de voir certains en porter, de voir converger les luttes antispéciste, féministe et écologique. Au moment de se disperser certains semblent satisfaits mais auraient aimé voir plus de monde. D'autres pensent qu'il aurait fallu que ça dure, ou qu'il y ait de l'action plutôt que des prises de parole.

Ce qui est sûr, c'est que les feux de forêt ravageurs ne sont pas prêts de s'arrêter, que cela soit en Amazonie, en Afrique subsaharienne, en Sibérie, en Grèce ou ailleurs, dans les mois et années à venir. Et si ce genre de rassemblement était appelé à se multiplier, à se prolonger, à durer toute la nuit, à prendre d'autres formes ? On ne peut que l'espérer, c'est un climat de révolte dont nous avons besoin !

Petit point "le saviez-vous ? écolo". C'est parfois normal qu'une forêt brûle, celui lui permet de se régénérer ; les forêts dites pyrophytes tirent profit de petits incendies naturels qui ne les détruisent jamais entièrement. Ce qui n'est pas normal, c'est que les incendies qui se multiplient aujourd'hui ne sont pas d'origine naturelle, mais capitaliste : leur intensité et leur nombre est dû à la fois au réchauffement climatique et à un système agricole qui trouve plus profitable de tuer la forêt que de composer avec elle.

Notez bien que le capitalisme, lui, n'est pas une forêt pyrophyte : il ne se regénère pas si on le crame. Ou du moins difficilement. Il y a peut-être là une voie à explorer.

Voir sur FB: https://www.facebook.com/desobecoloparis/posts/595438004609168 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr