deva68
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mars 2013

François Hollande chahuté à Dijon par des Français mécontents

deva68
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

11 mars 2013.

Hollande accusé de faire "la politique du patronat"
En chute libre dans les sondages, critiqué par la droite mais également par sa propre famille politique et ses anciens "alliés" du second tour de la présidentielle, François Hollande voulait faire de la pédagogie auprès des Français. Pour sa première visite, le président de la République avait choisi la Cote d'Or, et plus spécialement Dijon, où il a passsé la journée de lundi en compagnie de l'un de ses fidèles lieutenants, François Rebsamen, député-maire de la capitale mondiale de la moutarde.
Problème, son retour sur le terrain ne s'est pas passé comme prévu. Lors de sa visite dans le quartier HLM des Grésilles, François Hollande a été houspillé par des Français mécontents de sa politique. Hollande, qui avait décidé de venir en toute décontraction, fidèle à son étiquette de "président normal" a eu la désagréable surprise d'être pris à partie par plusieurs personnes.
Un mécontent évacué par les services de sécurité
Accueilli chaudement par des militants socialistes venus plaider sa cause et défendre la politique du gouvernement (une méthode que ne renierait pas l'UMP et ses "cars" de retraités-militants), François Hollande a eu droit à des propos beaucoup plus critiques de la part de syndicalistes de Solidaires, venus "pour lui rappeler qu'il est socialiste".
Accusé de "faire la politique du patronat" et de s'occuper du Mali et du mariage pour tous en oubliant la réalité de la majorité des Français, François Hollande va également être apostrophé par un homme qui, dans la foule, lui crie  : "M. Hollande, elles sont où vos promesses ?". Dans la cohue, l'individu sera immédiatement maitrisé et évacué par le service de sécurité.


L'Elysée rejette la faute sur la préfecture, une femme refuse la photo avec Hollande

Sur twitter, l'envoyé spécial du Monde, Thomas Wieder, semble surpris par les méthodes employés par l'équipe de François Hollande. "Drôle d'ambiance à Dijon. Hollande protégé par un cordon de sécurité, et au-delà des habitants qui protestent et se font museler". Bref, des images assez rares concernant François Hollande.
Les conseillers de l'Elysée, gênées, rejettent eux la faute sur sur les forces de sécurité de la préfecture, parlant d'un excès de zèle. François Hollande, lui, se contentera d'un "ah bon" lorsque la question sur l'évènement lui fut posé.  Avant de reprendre son bâton de pédagogue.
Un peu plus tard dans la journée, François Hollande a de nouveau été "taquiné". A la sortie d'un bar après un petit "apéro", une femme, à qui le président proposait de prendre une photo, a refusé la proposition et lâché : "non pas de photo, on vous voit assez à la télé". "Pas assez" a répondu le chef de l'Etat en s'éloignant. Une sortie non sans rappeler le fameux "Casse toi pov'con" de Nicolas Sarkozyau Salon de l'Agriculture en 2008. L'insulte en moins.

© francetv info

(source rtl.fr, Francetvinfo)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Genre
Mineurs trans : des groupuscules conservateurs passent à l’offensive
Après la prétendue « théorie du genre », le mariage pour tous et la PMA, c’est la transidentité des mineurs qui attise une nouvelle panique morale en France. En 2021, plusieurs collectifs se sont fédérés autour de cette question et tentent d’influencer médecins et politiques dans leurs décisions.
par Rozenn Le Carboulec
Journal
Pédocriminalité : un an après sa création, la commission inceste au milieu du gué
Installée en mars 2021 à la suite de l’émergence du mouvement #MeToo inceste, la commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants poursuit son recueil de la parole des victimes, tout en faisant face aux premières résistances de la société.
par Hugo Lemonier

La sélection du Club

Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés