Communauté politique de l'Euro

La crise de la zone euro n'est pas conjoncturelle ! Elle est structurelle !

En Octobre dernier, 11 économistes et juristes allemands ont lancé un cri d’alarme dans « Die Zeit».

http://www.glienickergruppe.de/english.html

Pour eux : Aucune des crises qui sous-tendent celle de l’euro n’est résolue … Le problème de la dette souveraine ne fait que s’aggraver.

Ils proposent une Union bancaire « robuste » pour mieux superviser les établissements financiers ; une assurance chômage au sein de la zone euro qui assurerait les transferts sociaux entre pays riches et pays pauvres. Enfin, ils plaident pour un nouveau traité entre les membres de l’eurozone, qui créerait un budget spécifique pour cette région, et un parlement de l’euro qui lui serait adossé.



Nous étions quelques uns à relayer cet appel auprès de JC Cambadélis alors en charge des questions européennes au PS avec le texte ci- dessous :

Très bien ! Mais ils ne remettent pas en cause les politiques d’austérité mis en place dans les pays en crise, ni le poids du déséquilibre commercial allemand.

Comme au début de la construction européenne, proposons leur un New deal que Français et Allemands pourraient accepter.

Un budget de l’eurozone dont les ressources propres seraient une fiscalité des sociétés commune, une Taxe sur les Transactions Financières efficace.

Acceptons la supervision bancaire et les transferts de souveraineté qui se rattachent à une intégration de nos états.

Exigeons une harmonisation vers le haut du droit du travail en contrepartie.

L’accord CDU/SPD comprend l’instauration d’un SMIC. Il doit entrer en vigueur rapidement et être en rapport avec celui de la France.

L’Union Européenne à 28, n’est plus qu’une vaste zone de libre échange à l’anglo-saxonne, parce-que c’est cette vision de l’Union qui a gagné.

Qu’elle le reste ! La vision dogmatique des outils qu’elle se donne pour être compétitive dans la mondialisation est inefficace. C’est son problème !

La zone Euro a en plus de cette orientation néfaste, la particularité de contraintes économiques dues à la monnaie unique qui la condamne à terme.

L’alternative est donc : La dissolution de la zone euro et un nouveau traité à l’anglo-saxonne ou un sursaut fédéral.

Le Parlement de cette zone euro restreinte serait Co législateur avec les autres instances de l’UE à 28.

Les non-membres n’ayant pas de possibilité de blocage.

Nous n'avons obtenu aucune réponse .

J'ai alors quitté PS pour Nouvelle Donne.

  • Début Mars 2014 : Thomas Piketty, Pierre Rosanvallon, Daniel Cohen et 17 autres signataires lancent le Manifeste pour une union politique en zone euro :

    http://pouruneunionpolitiquedeleuro.eu/

  • Le 21 mars 2014, c'est le Groupe Eiffel Europe, composé de Sylvie Goulard , Agnés Bénassy-Quéré , Laurence Boone (la nouvelle conseillère de l’Élysée) , Denis Simmoneau (proche de JP Jouyet) etc...qui compose la proposition la plus aboutie à mon avis, même si je ne partage pas l'intégralité du texte.

    http://www.groupe-eiffel.eu/pour-une-communaute-politique-de-leuro/



Le 21 mai 2014, le Président de l'Assemblée Nationale : Claude Bartolone, invite les signataires du manifeste et du groupe Eiffel à l’hôtel de Lassay pour débattre de la question.

Agnés Bénassy-Quéré, Denis Simonneau, Thomas Piketty débattent sur la structure du nouvel organe parlementaire mais sont d'accord sur le fond.

 

Il me semble opportun de comparer les propositions des deux groupes (Alter Eco et Eiffel ) et j'incite les lecteurs de ce blog à réagir après les avoir lu attentivement .

C'est une attitude pro-active citoyenne pour ne pas se laisser voler notre avenir commun dans cette "Communauté politique de l'Euro" qui peut représenter le meilleur (si la solidarité et l'harmonisation sociale par le haut ne sont pas oubliées du projet), ou le pire ( s'il s'agit de transférer à une entité fédérale des politiques qui écrasent les peuples).



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.