" Enchainés "

 

 

 

Le corbeau croassait

Quel drôle de troupeau

ce troupeau

avançant à pas lent

derrière d'autres troupeaux

un à un dans ce troupeau

se baissait

en rythme et en cadence

ramassait

une pierre ou deux

puis la déposait

dans la hotte de son voisin

de son précédant

de son succédant

ainsi allaient-ils

grimaçant et pérorant

lourds sur le chemin

ils dormaient souvent en marchant

pour certains

ils ne se souvenaient pas

d'avoir jamais fais autrement

Ainsi dans le troupeau

assoupi et lourdaud

tous les discours

tournaient autour du pot

du caillou

trop gros

trop pointu

trop rond

trop caillou

déposé malgré tout

chez chacun de ces dos ronds

quelque fois les premiers s'asseyaient

les autres alors tombaient

là ou ils s'arrêtaient

appréciant à leur corps défendant

la halte

pas de plaisir au repos

La palabre reprenait

tout le troupeau piaillait

d'une voie de fausset

la grande affaire commençait

le commerce des cailloux les mobilisaient

adeptes des pointus

des carrés

des ronds

s'évertuaient de persuader

les adeptes

des carrés

des ronds

des pointus.

La tempête menaçait

le grand marché grondait

tous devaient

dans la confrérie

être honorablement nanti

de carré plus carré

de rond plus rond

de pointu plus pointu

afin que leur importance

soit à la mesure de leurs cailloux

plus carrés, plus ronds, plus pointus

alors satisfaits, insatisfaits

dans la poussière

des pertes et profits

laissant là les démunis

ils reprenaient leur autoroute

en troupeau

le dos rond

le nez dans les cailloux

les poches remplies de boue

l'esprit dans les choux

sous le vol d'un hibou.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.