" Possédé "

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons su nous rencontrer

comment ne saurions nous pas nous quitter

pour continuer de s'aimer, la volonté de se séparer

et dans l'absence se congratuler

d'avoir compris que nos cœurs sans jamais se renier

ne supporte qu'enchainés la possessivité

la pince nous délivre de la nu propriété

quand mon cœur peut aimer de nouveau la fraternité

enfin ivre de sa liberté

bondissant allègrement dans le présent,

dans la pluie, le vent tourbillonnant

qui le lance à tout instant

à vos rencontres cœur d'enfants

lavés de tant de tourments

ronde la danse de l'arc éclatant

battements avec battements

symphonies ou brusquement

l'amour maintenant, toujours, est.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.