"Stif"

 

Du roc jaillit l'eau sous le sable écarlate

Rencontre mortelle dans la fournaise de ces yeux

effarés par la chaleur des fluides ruisselants

volutes engloutissant les tiges d'ébènes.

La caverne resta muette de stupeur rouge

l'écho encagé fut surpris au nid humide

nulle souffrance dans la trajectoire rude

le bleu, le rouge, le jaune pulvérisés

avec les membres disloqués du peintre maudit

taches vaporisés d'un jour d'orient éclaboussé

douleur innocentes, joies et peines sacrifiées

Stif crie, liberté, égalité, fraternité...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.