" 1995.."


Hirondelles, martinets

je ne vous ai point vu voler

ce beau jour de mai

au dessus des volets

qui laissent filtrer

les raies hépatiques

d'un soleil énigmatique

et quoi cette fumée!

soufflette venant de l'est

cette puanteur exhalée

de matériau mort né

faux plafonds, faux planchers

des immeubles dépravés

le corbeau sur la cheminée

croasse éparpillé

cent hommes pompiers

s'acharnent sur le bucher

devant ce fol agité

au plumage cendré

je demande à ce bien né

la raison de cet infâme fumet

l'oiseau me prenant

pour un épouvantail suranné

vole et s'approche tout près

l'œil à l'envers

le bec démesuré

la fumée, le fumet!

elle se consume la prison des banquiers.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.