" Couleur "

 

Peindre le présent de la couleur de l'infini

Tracer de nos doigts sanglants avec l'encre de la bête

La mer dans le sable mouvant,

La terre entre deux nuages blancs, et le ciel...?

Et le ciel dans l'éclipse des prophéties

Se lever sur le tranchant de la page de l'aube

Oublier de parler, mais chanter son cœur

Dans chaque fractures, toutes les béances,

Plonger la main vers la nacre écarlate

L'empoigner et l'éclater sur le sommet de notre chevalet...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.