Didier Martz
Philosophe, essayiste
Abonné·e de Mediapart

235 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 févr. 2012

Didier Martz
Philosophe, essayiste
Abonné·e de Mediapart

Modèle allemand de référence : Les autorités allemandes réclament des arriérés d'impôts aux victimes du nazisme

Didier Martz
Philosophe, essayiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les autorités allemandes demandent de payer les arriérés d'impôts dus sur la pension versée aux victimes du nazisme. Je reçois la lettre suivante :

Maman, née en juillet 1918, 94 ans bientôt, est d'origine polonaise. Elle a été déportée en Allemagne pendant la guerre. Elle est  la seconde de cinq enfants : trois filles, un garçon et une fille. Elle habitait Gniezno.
En 1939, sa soeur aînée était à l'université et a participé à une réunion d'étudiants. Ils ont été dénoncés. Les Allemands l'ont arrêtée ; elle a passé plusieurs semaines en prison. Les Allemands ont envoyés deux filles dans des camps de travail différents et maman a été envoyée dans une ferme à Tübingen (le garçon s'est enfui et la dernière fille, 11 ans, est restée chez mes grands parents)
Maman a rencontré papa à Tübingen et ils se sont mariés. Papa faisait partie de l'armée de libération, décoré plusieurs fois, citoyen d'honneur de quelques villes... Il est décédé en 2008. Maman, quant à elle, rideau de fer oblige, n'a pu retourner voir sa famille qu'en 1959 ou 60
Je ne connais son histoire que depuis quelques années : mes parents ne parlaient pas de la guerre.  Elle estime "avoir eu de la chance", sa soeur aînée étant rentrée chez mes grands parents pour mourir de la diphtérie, son autre soeur ayant attrapé la tuberculose osseuse a passé toute sa vie dans un corset de plâtre...
Elle a reçu en novembre 2011 des déclarations d'impôts allemandes (accompagnées d'un courrier bilingue) à compléter pour toutes les années depuis 2005, à renvoyer, visées par la TG en France.
Elle pensait qu'il s'agissait d'une erreur et avait renvoyé le tout accompagné d'un courrier en français
Mais l'Allemagne lui fait savoir en retour, dans un courrier qui n'était plus du tout bilingue, que :
1- C'est obligatoire
2- Il faut renvoyer le tout pour le 2 février
3- Il faut que cela soit validé par la trésorerie générale en France
4- La langue a utiliser obligatoirement pour communiquer avec eux est l'allemand
5- Si elle ne peut pas écrire qu'elle fasse appel à un traducteur
Elle avait ressorti son livret de déportation...mais il parait que cela n'est pas une pièce à joindre...
Après avoir tout transmis à la TG, elle était plus sereine. Elle m'a dit au téléphone : "je suis tranquille, je ne crains plus qu'ils viennent" ... Bien sûr je lui ai dit qu'il y avait peu de risques...
J'imagine que la majorité des personnes concernées sont à peu près du même age que maman et je trouve bien sûr particulièrement scandaleux de s'attaquer à des personnes en situation de faiblesse. Préciser que l'allemand est la langue "obligatoire" n'a fait que raviver des souvenirs pour le moins désagréables : son apprentissage n'était ni volontaire, ni scolaire !
Le montant de la pension est effectivement colossal : 5000 euros pour 7 années complètes ! Que penser de notre économie qui justifie son redressement en taxant les plus faibles ?
Et le rôle de la trésorerie générale qui valide les documents et les transmet au fisc allemand ? Une collaboration intéressante...
Apparemment, ces documents ont été aussi transmis aux déportés en Belgique : http://www.levif.be/info/actualite/international/l-allemagne-exige-des-impots-sur-les-pensions-des-travailleurs-forces-belges/article-4000007392797.htm
Bien sûr, j'ai contacté la fédération nationale des déportés (FNDIRP) et je vais rencontrer le médiateur dans les jours prochains. Mon frère, de son côté, m'a fait parvenir les articles ci-dessous. L'un d'eux fait état d'une loi votée en Allemagne qui dispenserait les travailleurs déportés de cette taxation : visiblement, si elle existe, elle n'est pas (ou mal) appliquée !
http://www.sudpresse.be/politique/2011-11-22/daerden-les-travailleurs-forces-en-allemagne-ne-paieront-pas-d-impot-sur-leur-pension-919381.shtml
http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_la-pension-d-une-veuve-belge-d-un-travailleur-force-du-nazisme-soumise-a-l-impot?id=7299913
Jusqu'à présent, nous n'avons trouvé aucune trace sur internet d'articles ou de références en France,...alors MERCI DE ME COMMUNIQUER DES INFORMATIONS SI VOUS AVEZ EU CONNAISSANCE DE CAS SIMILAIRES. MERCI.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte