"Qu'il est doux de ne rien faire lorsque tout s'agite autour de nous"

"Qu'il est doux de ne rien faire lorsque tout s'agite autour de nous" est le titre d'une émission diffusée il y a quelque temps déjà sur une chaîne de radio du service qui est du au public. Le propos est particulièrement bien adapté aux périodes où sont transmises et retransmises des émissions sportives comme la coupe du monde de football, le tour de France cycliste, le tournoi de tennis de Roland Garros, les Jeux Olympiques et paralympiques, et caetera. Pourquoi est-il bien adapté ? Pour la bonne raison qu'il caractérise fort bien une situation dans laquelle on trouve d'un côté des individus dynamiques, qui s'agitent et de l'autre des individus statiques, qui ne font rien que regarder. Les uns courent dans tous les sens, montent ou descendent, bref se démènent alors que les autres sont la plupart du temps assis dans un fauteuil ou un canapé, ne se levant qu'à l'occasion d'une performance, pour aller se ravitailler ou lansquiner.

La disproportion entre les attitudes est encore plus nette voire excessive à l'occasion d'émission sportive qui mettent en compétition des athlètes dits handicapés et qui posent la question de savoir qui est le plus handicapés des deux, l'athlète en fauteuil ou le téléspectateur sur un fauteuil !

Mais une autre question se pose : celle de savoir si le second est si inerte que cela ! A suivre

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.