Didier Martz
Philosophe, essayiste
Abonné·e de Mediapart

235 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 nov. 2011

Didier Martz
Philosophe, essayiste
Abonné·e de Mediapart

AINSI VA LE MONDE - N° 136 LE GPS

Didier Martz
Philosophe, essayiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

136 - Le GPS

Le GPS, sera bientôt remplacé parGALILEO. C’est un système de positionnement doté de 30 satellitesqui coûte 3,4 milliards d’euros. Il est destiné à plusieursutilisations. J‘en retiens une en particulier souvent mise en avantpour vanter les mérites de ce nouveau système : la possibilitépour les gens de se localiser avec une précision de l’ordre de 1mètre (nettement meilleure que le GPS classique qui fournit uneprécision de 20m).

Voilà qui est rassurant ! Fautede savoirquinous sommes, nous allons enfin savoir avecprécisionoùnous sommes. On sait que la localisationgéographique d’un individu est devenue aujourd’hui unepréoccupation « majeure ». Elle supplante même lapréoccupation de sa santé. En effet, si l’on suit uneconversation par téléphone portable, elle commence en général par« tu es où » plutôt que par « Comment ça va ? ».On me dira que c’est là la conséquence de la mobilité croissantedes individus. Pas si sûr, car lorsqu’on y regarde de près laprétendue mobilité dont on nous rebat les oreilles n’est pasaussi fréquente que cela. C’est ce que j’appelle l’effet« mobile-homme » (que l’on peut écrire en deux sens)dont l’argument de vente principal tient dans la possibilité qu’iloffre d’être déplacé alors que dans les faits 90 % d’entre euxsont immobiles !

Revenons au guidage par satellite, GPSou Galiléo. Après la mort de Dieu maintes et maintes fois annoncée,le monde désenchanté et la crise des valeurs, l’homme s’estsenti perdu. Fort heureusement, le GPS est venu à son secours.Automobiliste, il lui permet de retrouver facilement le chemin de saboulangerie ou celui l’école de ses enfants (c’est l’usagemajoritaire du GPS). Piéton, il peut enfin sur l’écran de sontéléphone portable se déplacer sur les trottoirs de la ville sansrisque d’erreur.

Voilà un grand progrès qui illustre,si l’on veut bien l’entendre, la logique du monde technicien dontla raison profonde est l’intensification des moyens sans souci desfins et du sens. Il suffit de poser la question du « pourquoi »de ses productions pour mesurer l’inutilité radicale de la plupartd’entre elles et sombrer dans un abîme de non-sens.

De plus, l’objet technique n’estpas neutre. Le GPS, comme beaucoup d’autres, accentue la rupture dulien social et isole l’homme en le repliant sur sa machine. Alorsque l’être humain, sans doute depuis toujours, a demandé à unautre être humain son chemin, géographique ou spirituel, pour qu’ilguide ses pas. Car l’homme doit toujours pouvoir penser qu’ilpeut se perdre, que le monde est incertain. C’est ce qui permetl’adresse à l’autre et l’exercice possible d’une liberté.

Certes, il sait désormais enpermanence où il est mais s’offre aussi au regard de tous : àchaque fois qu'il allume son téléphone mobile ou son GPS, on peutsavoir où il est. Transparence totale, il abandonne ainsi un autreélément constitutif de sa personne : le secret.

Ainsi va le monde...

Aécouter en web-radio surhttp://www.reims-web.com/ces-gens-la/index.php/chronique-audio-ainsi-va-le-monde-didier-martz|

Didier Martz, philosophe et musicien

« La tyrannie du BienVieillir »aux Editions le Bord de l'eau

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte