Didier Martz
Philosophe, essayiste
Abonné·e de Mediapart

228 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mai 2021

Didier Martz
Philosophe, essayiste
Abonné·e de Mediapart

Ainsi va le monde n° 38 Qui suis je ?

Un pays construit en privant des êtres humains de leurs oranges

Didier Martz
Philosophe, essayiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un pays rien que pour soi occupé par des individus ayant la même identité, la même religion et avec une seule langue officielle ? Obtenu en effaçant la partie de la population ayant une identité différente, en la cantonnant dans des zones limitées et enclavées, proches du ghetto. Pour ce faire, il faut promulguer des lois discriminatoires qui permettent l’expropriation de terres et la prise de quartiers entiers pour y implanter les personnes que nous dirons de « bonne souche ». Par la destruction des habitations ou le refus de permis de construire aux « indésirables ». Ou encore en les privant de leurs oranges.

Crée par la récupération d'habitations pour permettre à ceux venant de l'étranger ayant la « bonne » identité de venir s'installer au pays. Difficile à faire ? Pas du tout. Il suffit d'une loi qu'on appellera par exemple « loi du retour ». Elle permet à ceux qui sont conformes, disséminés un peu partout dans le monde, de pouvoir récupérer des maisons où quelques-uns de leurs ancêtres éloignés ont vécu. Évidemment, cette loi ne vaut pas pour les importuns même anciens propriétaires. D'ailleurs, ils n'ont pas la possibilité de revenir dans leur pays. Enfin, « leur » c'est vite dit, car justement il n'est pas établi que ce soit le leur.

Constitué par la construction de murs ou de rideaux de barbelés derrière lesquels est concentrée la partie dérangeante de la population. Mais comme on peut néanmoins en avoir besoin comme main-d'oeuvre bon marché, on laisse ouvert, entrouvert, entrebâillé ce qu'on appelle en français des check point ou points de contrôle. Assez humiliants d'ailleurs et plutôt proches de l'entrave physique. Nous-mêmes en avons un aperçu aux points de contrôle dans les aéroports où les objets personnels, chaussures, vestes, ceintures, chaussettes, montres... sont examinés, inspectés, au vu et au su de tous avec palpations du corps en prime.

Fondé sur une légitimation. Pour être légitimes, toutes ces dispositions doivent être inscrites dans le marbre d'une constitution. Les lois ont leur intérêt certes, mais elles restent fragiles et aléatoires. Elles ne sont pas fondamentales, constitutives ou, comment dire ? transcendantes. Ainsi faut-il doté le peuple élu d'un État-Nation qui sera comme son foyer... national. Il faut aussi que, si par exemple un individu s'approprie même illégalement un bien, ce soit sous couvert d'un intérêt général et bien sûr national. Intérêt national autrefois assorti de la mention socialiste. Le tout au nom du Bien ou plus commode, au nom des Droits de l'Homme.

Se réclamer d'une histoire, d'une culture, mais le plus efficace est de se poser en victime. En victime d'un complot ourdi évidemment par des ennemis, ces derniers donnant de nombreuses preuves réelles ou imaginées de leur volonté d'élimination du peuple sain et pur. Ces ennemis sont entendus comme un groupe fantasmatique, homogène et présentés comme responsables des conflits quand ils ont lieu ou s'ils ont lieu. Dès lors tout est permis. Et notamment leur extermination ou plutôt leur destruction, mot plus doux à l’oreille. On évoquera alors un « nettoyage ethnique ».

Pour répondre à la question posée, qui suis -je ? on pensera à l'apartheid, c'est-à-dire, selon Wikipédia, une politique de développement séparé affectant des populations selon des critères raciaux ou ethniques – on pourrait ajouter religieux – dans des zones géographiques déterminées. L'Afrique du Sud en fut le modèle. Elle eut aussi son Parti national. Il faut dire que là encore une minorité, blanche en l'occurrence, était anxieuse de se voir « engloutie par la masse des peuples », noirs là-bas. Cette anxiété nous l'avons aussi en France lorsque nous songeons au « grand remplacement ». Manuel Valls avait noté l'existence en France d’ « un apartheid territorial, social, ethnique ». Pour le pays qui nous occupe, il en a la couleur, le goût… mais ça n’en est pas comme disait à peu près la pub.

Alors quoi ? Une société militarisée, ultra-technologisée, un peu totalitaire, un peu autoritaire, un goût d'apartheid, un peu démocratique ou à démocratie limitée, ou bien une « démocrature », accueillante pour les touristes et ses oranges goûteuses ... qui puis-je bien être ?

https://youtu.be/VjykecfqL9o

Didier Martz, le 15 mai 2021

Philosophe, auteur

« Ainsi va le monde », un recueil de chroniques philosophiques.

Www.cyberphilo.org

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
« Après Perdriau maître chanteur, voici Perdriau maître censeur »
Un nouveau conseil municipal sous tension s’est tenu lundi à Saint-Étienne, dix jours après la censure préalable d’un article de Mediapart. Les appels à la démission du maire se sont multipliés, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’hôtel de ville. Inflexible, Gaël Perdriau a déclaré qu’il ne démissionnera pas, même s’il est mis en examen. 
par Mathieu Martinière (We Report)
Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran : la question du mariage forcé (et du viol) en prison
Ce texte est une réponse à la question que j'ai relayée à plusieurs de mes proches, concernant les rumeurs de mariages forcés (suivis de viols) des jeunes filles condamnées à mort.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial