Didier Martz
Philosophe, essayiste
Abonné·e de Mediapart

228 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 avr. 2022

Didier Martz
Philosophe, essayiste
Abonné·e de Mediapart

Macron, Le Pen, l'âne et Buridan, Plénel

De l'embarras du choix

Didier Martz
Philosophe, essayiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur Plénel

Je vous remercie pour le parti-pris clair et courageux que vous prenez en appelant à ne pas voter Le Pen et à voter Macron quoi qu'il vous en coûte.

J'aurais aimé que vous preniez la même position à la veille du premier tour pour justement faire en sorte que nous ne soyons pas placés devant cette alternative. Certes, vous auriez évoqué une certaine déontologie journalistique et en particulier celle de Médiapart pour ne pas prendre parti. Dieu soit loué ! Mais "plaisante déontologie" qui varie selon les circonstances. Vous invoquerez le "péril en la demeure" à la veille du second tour, mais il eût été plus facile de faire en sorte qu'il soit écarté dès le premier.

Facile alors de nous demander maintenant de choisir entre la peste et le choléra et nous mettre dans la situation de l'âne de Buridan qui lui n'ont plus n'avait pas choisi les conditions de l'alternative, trimant tout le jour, arrivant épuisé à la ferme, crevant également de faim et de soif, devant un seau d'avoine et un seau d'eau et tellement embarrassé qu'il ne saura qu'en faire jusqu'à en mourir.

Vous pouviez, compte tenu de votre notoriété, contribuait à ce que l'âne n'est pas ce choix douloureux par une prise de partie aussi nette que celle que vous venez de prendre. Juste en incitant à voter utile pour ne pas afficher une conviction. Si tant est que l'utilité soit vide de toute référence axiologique. Je n'ose pas croire qu'à ce moment-là, il était plus douloureux d'appeler à voter Mélenchon que d'appeler à voter Macron aujourd'hui !

Mais vous aurez la possibilité d'une autre prise de partie au moment des législatives afin de corriger un choix fait par dépit. Pour finir un pastiche à la manière de Georges Brassens :


"Supposez qu'un de vous puisse être
Comme chacun obligé de
Choisir un jeune vieux ou une ancêtre,
Lequel choisirait-il des deux ?
Qu'une alternative pareille
Ici et maintenant m'échoit
Ce n'est ni le vieux, ni la vieille
Qui sera l'objet de mon choix.
Gare à l'anguille...

https://youtu.be/siD7xgdwLp0

Didier Martz, Philosophe, auteur, musicien

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement