Didier Martz
Philosophe, essayiste
Abonné·e de Mediapart

235 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 oct. 2011

Didier Martz
Philosophe, essayiste
Abonné·e de Mediapart

134 - LA MORALE EST DANS LE BUS 350

Didier Martz
Philosophe, essayiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

134 - La morale est dansle bus 350

Bienvenue à toutes et à tous

Si débarquant gare de l'Est à Paris vous voulez vous rendre à l'aéroport de Roissy, je vous conseille vivement de prendre les transports qui vous permettent de voyager en commun et de prendre le bus 350. Vous y prendrez un bain de morale. Plus encore, vous y vivrez une expérience intense de ce qu'on appelle le vivre-ensemble lorsqu'on a toutes les peines du monde justement à le vivre car à part être dans le même bus, nous n'avons rien en commun. Cependant vous y respirerez une atmosphère de convivialité, de politesse, bref vous appréhenderez ce que c'est que nouer le lien social. Par les temps qui courent c'est à ne pas négliger.

Vous êtes d'abord accueilli le plus gentiment du monde par un «bonjour, merci de valider votre titre detransport », ce qu'on appelle aussi un billet ou un ticket. Pour le cas où vous auriez des difficultés à réaliser cet exercice qui demande quelques compétences, on vous informe que « le conducteur s'assure du bon déroulement de l'opération ». Le dit conducteur, vous rappelle-ton sur une fiche cartonnée, a un prénom et ce n'est « donc pas la peine de le traiter de tous les noms ». Dans le TGV que je viens de quitter, c'était Patrick, mon chef de bord. Lui se mettait à ma disposition pour résoudre les difficultés que j'aurais pu avoir à composter mon billet. Dans le bus 350, le conducteur se prénomme Jean-Luc, ce qui augurait par cette familiarité vieille de cinq minutes de relations futures on ne peut plus cordiales. Elles ne se sont pas fait attendre puisque au deuxième pas accompli, on me remerciait par avance « de céder telle place plus facile d'accès », « d'avancer vers le fond du bus » et de « laisser les vitres fermées ».

Ne tenant plus de joie devant cette avalanche de « mercis », je retins difficilement un sourire qui tombait à pic puisque j'étais filmé. Non pas que je présente un intérêt particulier ou une photogénie exceptionnelle mais dans le souci d'assurer ma tranquillité et ma sécurité, on avait équipé de caméras, non pas le bus mais ce qu'on appelle ici un espace, et qui plus est avec enregistrement. Vraisemblablement pour me permettre de revoir le film pendant les longues et ennuyeuses soirées d'hiver.

Un peu plus loin dans ce parcours moralisant et convivial, on tombe sur la table des cinq commandements ou comme il est dit, des cinq règles du « savoir-voyager ensemble ». Elles se présentent sous la forme de cartes postales pour le cas où vous voudriez donner de vos nouvelles sur un support original à quelques-uns de vos amis. Les énoncés ne sont pas des interdits du genre : « tu ne feras pas ceci, tu ne feras pas cela... » Pas du tout. Le style est euphémisant, (de euphémisme, manière de ne pas appeler les choses par leur nom).

Par exemple la troisième règle : « si tout le monde profite d'une conversation personnelle, elle n'a plus rien de personnel » ou la quatrième : « on a beau adorer les bébés, avec les poussettes faut pas pousser » Chaque règle est bien sûr suivie d'un merci. Par exemple pour la 3ème « merci d'adopter un volume sonore raisonnable » et la quatrième « merci de replier la vôtre (de poussette) ».Le tout sous l'exclamation grandiloquente : « partageons plus, partageons le bus, aimons la ville ».

Les voyageurs fatigués et indifférents du bus 350 n'avaient d' yeux que pour le paysage morne et gris des immeubles empilés : leur espace de vie au prochain arrêt. Ainsi va le monde.

Didier Martz, Les 27 et 28 octobre 2011

A écouter enweb-radio sur

http://www.reims-web.com/ces-gens-la/index.php/chronique-audio-ainsi-va-le-monde-didier-martz|

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte