De l'usage des étiquettes pour penser

Terrorisme, islamisme, radicalisation, djihadiste... commodes les étiquettes. Il suffit de les coller sur n'importe quel acte et l'horizon s'illumine.

Terrorisme, islamisme, radicalisation, djihadiste... commodes les étiquettes. Il suffit de les coller sur n'importe quel acte et l'horizon s'illumine. Elles donnent l'impression qu'on pense mais dans les limites fixées par les étiquettes. Lorsqu'on observe les analyses, elles ne reposent que sur ces quelques mots et l'horizon de la pensée se bouche.

Elles sont utilisables aussi par n'importe quel individu qui voulant connaître son quart d'heure de gloire crie Allah en massacrant des innocents. Il est assuré alors de trouver les relais médiatiques et politiques pour le faire entrer dans la petite histoire brève.

Epreuve de pensée, juste le temps de sortir de la doxa dominante : ne pas utiliser pendant quelques temps toutes ces catégories pour essayer de penser autrement.

D. Martz

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.