Didier Raoult
Médecin, chercheur biologiste et professeur de microbiologie français
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 oct. 2018

Les chiffres clefs de l'IHU

L’IHU méditerranée infection à Marseille a pour objectif de condenser les moyens de lutte contre les maladies infectieuses, première cause de mortalité dans le monde (17 millions par an) et notamment les trois tueurs mondiaux (le VIH, la tuberculose et le paludisme) en un pôle majeur et stratégique au rayonnement local, national et international.

Didier Raoult
Médecin, chercheur biologiste et professeur de microbiologie français
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’IHU méditerranée en chiffres

  • Plus de 40% des microbes associés à l’homme (sur 2500) ont été décrit à l’IHU
  • L’IHU est un bâtiment de 27000m2
  • Plus de 780 personnes travaillent à l’IHU
  • Plus de 30 millions d’euros d’équipement
  • 1033 Etudiants en stage accueillis durant l’année 2016
  • 38 brevets déposés entre l’année 2011 et l’année 2016
  • 9 start ups créées
IHU Marseille © IHU

La Recherche à l’IHU Marseille

  • 421 espèces de bactéries nouvelles depuis 2011
  • 9 virus géants découverts par l’IHU sur 11 existants à travers le monde
  • 1632 génomes séquencés depuis 2011
  • 9743 Métagénomes séquencés depuis 2011
  • Plus de 4 millions de spectres Maldi Tof crées
  • 5634 espèces de bactéries humaines stockées dans nos collections depuis 2004

Le CHU (Centre hospitalier universitaire)

11.2 Millions d’euros de bénéfices (augmentation de 79%) Résultats du pôle en 2016

24335 consultations en 2017

242 285 prélèvements stockés

2.9 Millions de prélèvements analysés par an

4947 Publications depuis 2011

Premier producteur en publication de l’AP-HM (20%)

Premier producteur en recherche clinique

La partie hospitalisation comporte trois unités de 25 lits :

  • Maladie infectieuses aigües et post urgence
  • Maladie contagieuses
  • Infection ostéo-articulaires et autres infections chroniques

Dans ces locaux, Didier Raoult et ses  équipes de très haut niveau étudient les stratégies de meilleure prise en charge des patients pour éviter les infections hospitalières et la contagiosité individuelles et en pression négative afin de limiter les contaminations. Les locaux de soins sont spécialement conçus pour prévenir et gérer des crises épidémiques avec un étage qui est susceptible d’être transformé de façon graduelle pour traiter les maladies les plus contagieuses.

Les subventions pour la construction de l’établissement

Concernant le financement, les fondateurs sont l’Etat, l’Assistance publique Hôpitaux de Marseille, Aix Marseille Université, l’INSERM, l’IRD, le Service de Santé des Armées, l’Etablissement français du sang (afin d’évaluer les risques infectieux par transfusion) et Mérieux.

De nombreux partenaires ont participé au co-financement de l’IHU ( Caisse d’épargne, CHU de Montpelier, de Nice Sofia Antipolis). Enfin les collectivités territoriales ont participé de manière très significative, parmi elle la Région, le Conseil Général, la Ville de Marseille et la Communauté de Commune devenue Métropole. Enfin, l’Union européenne a été un investisseur majeur par le Feder pour les équipements

Les subventions pour la construction de l’établissement ont été apportés par les collectivités suivantes :

  • L’Etat – Programme d’investissement d’avenir 48 798 767€
  • La Région – Provence Alpes Côtes d’Azur : 1 500 000€
  • Le département – Bouches du Rhône : 400 000
  • Métropole – Aix Marseille Provence 1 000 000€
  • Ville de Marseille : 1 000 000€

 Rassemblant innovation et savoir-faire enraciné dans une région bénéficiant d’une influence internationale, et soutenu par des partenaires variés et complémentaires, l’IHU est appelé à devenir un pôle attractif mondial dans le domaine des maladies infectieuses.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique