Dimitri de Boissieu
Ecologie et éducation à la nature
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 sept. 2021

Critique des aires protégées : halte à la caricature !

Pour limiter l'extinction de la biodiversité, la création d'aires protégées est une stratégie courante. Certaines ONG de défense des droits humains la critiquent pourtant vivement. Ne prenant pas assez en compte la diversité des territoires, ces organisations mettent dos à dos peuples autochtones et acteurs de la conservation, alors que bien souvent, leurs combats convergent.

Dimitri de Boissieu
Ecologie et éducation à la nature
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans un monde idéal, les sociétés humaines parviendraient à vivre sur Terre en respectant la nature. Le développement durable serait généralisé à l’ensemble des territoires terrestres et maritimes, pour le plus grand bonheur de tous les êtres vivants. Malheureusement, il en est autrement, et celles et ceux qui continuent à croire en cette stratégie globale de développement soutenable et harmonieux sur toute la planète me semblent bien naïfs.

Pour tenter d’atténuer la dramatique crise d’extinction de la biodiversité, la grande majorité des acteurs de la conservation ont donc acté depuis la moitié du XIXe siècle l’idée qu’ils ne pouvaient agir partout[1]. Dans une course contre la montre, ils misent sur la création de parcs et réserves naturelles, dans des zones de forte biodiversité. Entre 2010 et 2020, ce sont 21 millions de km2 qui ont été mis sous protection. Il existe actuellement de par le monde 266.000 aires protégées. Cette stratégie peut finalement être considérée comme une solution par défaut, un aveu d’échec. Pour préserver la nature, il serait plus efficace d’interdire les pesticides, de bannir les traités de libre-échange (comme le TAFTA, le CETA ou l’accord UE-Mercosur) ou d’enclencher un processus de décroissance des pays riches, afin de réduire l’empreinte écologique de leurs populations. Les aires protégées représentent néanmoins une tentative, dans un monde capitaliste, inégalitaire et fort peuplé de sauver un maximum d’espèces, de maintenir des dynamiques écologiques, d’accorder un minimum d’espace de vie aux non-humains. Ce sont surtout des endroits où, avec souvent très peu de moyens, les gestionnaires et gardes-parcs tentent de concilier activités humaines et écosystèmes, en faisant face à de fortes pressions, en y investissant une énergie incroyable de concertation.

Dans la réserve naturelle nigérienne de l’Aïr-Ténéré, les touaregs regrettent que les gardes-parcs n’aient pas davantage de moyens afin de contrôler la surexploitation du bois sur leurs territoires. © Dimitri de Boissieu

Ces politiques de création d’espaces protégés portées et encouragées par des scientifiques, de grandes ONG, les Etats, l’ONU et l’IPBES attirent aussi bien sûr des critiques. L’ONG Survival International mène depuis quelques mois la campagne « Le grand mensonge vert », une critique assez virulente de l’objectif porté par la Convention de l’ONU sur la Diversité biologique, qui vise à protéger 30 % de la surface de la Terre d’ici à 2030 (on considère qu’environ 17 % des milieux terrestres et 8 % des milieux marins sont actuellement protégés). La campagne de Survival International ambitionne d’« arrêter l’offensive des 30 % » menée par une « industrie de la conservation » qui organise « un vol de terres » en expulsant et maltraitant les peuples autochtones. Elle affirme qu’une aire protégée est « une zone où les personnes qui y vivaient ne sont plus autorisées à y vivre ou à utiliser la nature pour nourrir leurs familles, des plantes médicinales ou visiter leurs sites sacrés ».

Il est bien sûr important de souligner l’histoire coloniale de la protection de la nature, son caractère « occidentalo-centré », la collusion existant entre certaines ONG de conservation et les multinationales, le contrôle par les Etats de territoires peu accessibles et/ou stratégiques que ces outils permettent, la plus forte responsabilité des modes de vie des pays riches que de ceux des peuples autochtones dans la destruction de la biodiversité... Il est aussi primordial de documenter et dénoncer les dérives autoritaires et répressives qui ont lieu dans certaines aires protégées, en Afrique notamment. Enfin, il faut continuer à défendre l’idée que la biodiversité doit être préservée partout, et pas seulement dans les parcs et réserves.

Mais généraliser ces critiques à toute la planète est inexact. Porter un discours globalisant qui décrédibilise l’idée même d’aire protégée est irresponsable et contre-productif. Affirmer qu’aire protégée rime systématiquement avec déguerpissement des populations locales est faux. Défendre l’idée que tous les peuples autochtones du monde sont par essence des protecteurs de la nature entretient par ailleurs un stéréotype déterministe et fixiste dépassé et peu réaliste. La réalité est évidemment bien plus complexe et variée. Les réglementations des aires protégées sont innombrables, les situations politiques, sociales et naturelles des territoires aussi, au Nord comme au Sud. Ce débat nécessite urgemment plus d’honnêteté et de nuances.

Dans de nombreux pays, les aires protégées jouent effectivement leurs rôles. Elles empêchent ou freinent certains grands projets de développement potentiellement très impactant pour la nature et les peuples qui l’habitent. Lorsque les États leur en donnent les moyens réglementaires et humains, elles les protègent de l’exploitation minière, de la déforestation, des pollutions, des grands projets inutiles imposés… Lorsqu’ils ignorent au contraire les législations qu’ils ont eux-mêmes mises en place, en ouvrant ces espaces à des entreprises pour leur permettre d’exploiter les ressources naturelles, des alliances se créent souvent entre ONG de conservation et organisations indigènes pour mener les luttes.

En Bolivie par exemple, lorsque le gouvernement de l’ancien président Evo Morales (lui-même autochtone Aymara) décida en 2011 de construire une route au beau milieu du Territoire indigène et parc national Isiboro-Sécure (TIPNIS), les communautés autochtones Yuracarés, Chimanes et Mojeño-trinitarios, qui peuplent ce parc forestier, se soulevèrent, appuyés par des ONG écologistes. Ils craignaient notamment que la route permette la colonisation (et donc la déforestation) de leur territoire par d’autres peuples autochtones vivant sur les hautes terres de Bolivie. Le conflit mobilisa la Bolivie tout entière et eut un coût politique très important pour Evo Morales[2].

Un peu plus loin, dans le parc national du Madidi et la réserve naturelle de Pilón Lajas, les communautés indigènes se mobilisèrent en 2015 pour défendre « leurs parcs » contre le projet de création du méga-barrage du Bala. Dans ces trois aires protégées boliviennes, la majorité des gardes-parcs sont d’origine autochtone.

Une multitude d’exemples de ce type existent de par le monde.

Un garde du parc national du Madidi revient de son campement en naviguant sur le rio Beni. Dans son dos, l’étroiture du Bala, où le gouvernement bolivien souhaite édifier un méga-barrage. © Dimitri de Boissieu

Le congrès « Notre Terre ! Notre Nature » aura lieu à Marseille les 2 et 3 septembre 2021, en parallèle au Congrès mondial de la nature de l’UICN. Il se présente comme "le premier congrès pour décoloniser la conservation de la nature". Le sujet est important et on peut se réjouir que cette réflexion critique prenne actuellement de l’ampleur. Espérons néanmoins qu’au lieu de refuser en bloc le principe même des aires protégées (ce qui arrangerait bien les industries extractivistes), certains participants y défendront plutôt la cogestion des parcs et réserves entre administrations publiques et organisations autochtones, le renforcement de leurs moyens financiers et humains, l’amélioration de leur efficacité, le respect des réglementations, la concertation territoriale, les alliances de la société civile pour un monde respectant bien sûr la vie des humains, mais aussi celle des caïmans, des papillons et autres poissons-scies…

L’important est avant tout de mener des luttes conjointes contre les acteurs de la destruction, qui ne laissent à la nature et aux peuples autochtones que quelques misérables confettis pour survivre.

[1] Billé, R. & L. Chabason (2007) – Chapitre 3 – La conservation de la nature : origines et controverses. In Jacquet, P. & L. Tubiana, Regards sur la Terre 2008. Presses de Sciences Po Annuels : 113-130.

[2] De Boissieu, D. (2019) – Bolivie : l’illusion écologiste. Voyage entre nature et politique dans le pays d’Evo Morales. Editions Ecosociété, 309 p.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky