La république irréprochable

M. Cahuzac, ex-ministre du budget a été mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale. F. Hollande a pris « acte avec grande sévérité des aveux de Jérôme Cahuzac ». Son ministre lui avait menti et le bon président l'avait cru. Nos services secrets sont très performants avec les islamistes ; ils ne peuvent pas tout faire.

L'irréprochable Harlem Désir est « stupéfait » et « choqué par les faits », « inacceptables ».

M. Moscovici, salue la décision du présumé innocent « de se retirer du gouvernement pour défendre son honneur ». Il a demandé à la Suisse si son ministre du Budget a détenu un compte dans ce pays mais la réponse est couverte par le secret fiscal. Le ministre des Finances ne connaissant pas le langage bancaire, n'a pas compris probablement la réponse des Suisses. Le président Sarkozy avait bien compris la langue suisse et a réussi à libérer M. Polanski des geôles helvètes.

M. Cahuzac a avoué, mais l'aveu en droit n'est pas une preuve. Il est présumé innocent. D'ailleurs, sous serment socialiste, il a avoué sa faiblesse démocratique. Je vous demande d'arrêter de vous indigner. L'affaire est close.

Un petit remaniement et la république irréprochable va repartir.

* * *

Une erreur passagère de jugement peut gâcher une ambition et priver la France d’un de ces talents. L’homme supérieur est faible et fragile. Les psys nous le diront : toute compétence s’accompagne d’une faiblesse démocratique. Ceux qui n’ont à transmettre ni patrimoine immobilier, ni actifs financiers, ne comprennent pas la souffrance morale de nos élites. La classe supérieure le sait bien.

Aucun homme, fut-ce supérieur, n’est à l’abri d’une erreur d’appréciation. Surtout que les mauvais gens de la classe inférieure, sans principes ni noblesse, guettent à tout instant. Le professeur Badinter doit se pencher sur la question. La faiblesse démocratique doit remplacer ou étendre la présomption d’innocence.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.