Aurore Martin

Vous, apprenez à voir au lieu de regarder

Bertold Brecht

Aurore Martin est la première Française remise à l'Espagne dans une affaire basque. Prise dans un guet-apens elle savait pourtant que le PS est plus dangereux que la droite. Elle a eu tort de négocier avec eux. On ne négocie jamais avec Valls que si on est en position de force.

Honneur à Aurore Martin !

Soutien à sa famille et ses camarades.

Je pense au grand poète Turc Nazim Hikmet (1902-1963) qui écrivait de sa prison :

Être captif,

là n’est pas la question.

Il s’agit de ne pas se rendre.

* * *

Valls protège Polanski, sous mandat d’arrêt international. « La France n'extrade pas ses ressortissants. » Valls s'est battu avec acharnement pour l'honneur de Strauss-Kahn. Franz Ollivier Gisbert reconnaissait en Valls « un homme sincère » (http://www.youtube.com/watch?v=mPQOnG2ydOg).

Son prédécesseur Pierre Pucheu, lorsque les Nazis lui ont demandé une liste de résistants à fusiller, il a désigné des militants communistes du camp de Chateaubriand. Tous fusillés. Il dira à ce sujet, qu'il souhaitait éviter la mort de « bons Français ».

Aurore Martin n'est pas une bonne Française.

* * *

Nous ne sommes qu'au début du cycle. Neutraliser les « terroristes », détecter les soutiens, « vitrifier » toute opinion libre. Les années 40, la classe supérieure pratiquait « chambres à gaz le matin, Mozart le soir ». Aujourd'hui « expulsions le matin, Mozart le soir ».

Avant on savait. Aujourd'hui, c'est plus compliqué. Aujourd'hui « les salauds sont sincères », les bourreaux sont « gentils ». Lorsque le peuple en redemande (70% d'intentions favorables) il faut se demander sérieusement si la tragédie des années trente est en train de se rejouer aujourd'hui sous forme de farce.

Apprenons à voir au lieu de regarder.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.