Dimitri Latsis
Abonné·e de Mediapart

147 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 nov. 2012

Hollande et ses amis grecs

Dimitri Latsis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Notre petit chez-soi à Drapetsona
le vent et la pluie l’emportait
moi et elle, rentrant du travail … doux rêves
un lit et un berceau au coin sous le toit troué,
oiseaux et étoiles
chaque porte sueur et soupirs,
chaque fenêtre le ciel
...
Prend ma main et allons-y mon étoile
nous vivrons même si nous sommes pauvres.

Drapetsona, Theodorakis-Livaditis

Parodos

Syros est une île au milieu des Cyclades. Elle est habitée depuis l'âge du bronze. Depuis l'époque des Vénitiens, il y a huit siècles, des Français se sont installés. Pendant la guerre d'indépendance (1821) l'île était sous la protection française [1]. Le plus grand compositeur populaire, Markos Vamvakaris, catholique, y est né [2].

Proskènion

Au sud de l'île trois villas (de rêve). La première appartient à Stournaras, « rocardien », ministre des Finances, co-auteur du Memorandum III. La seconde à Papantoniou, socialiste, ex ministre des Finances. La troisième à Bruno Delay, ambassadeur de France en Grèce (2003-2007). Les villas sont surveillées.

© 

Orchestra

C'était l'époque de sa séparation avec la « folle de Solferino » [3]. François Hollande passait ses vacances d'été seul chez monsieur l'ambassadeur mais aussi chez sa collègue de promotion à l'ENA dont la villa (de rêve) est à l'extrémité de l'île. Je parie que la stratégie de la campagne présidentielle de François a été élaborée chez elle à Syros l'été 2011. Il « était poli ce petit homme toujours le sourire aux lèvres », « d'une grande capacité à résoudre des problèmes ». Des Grecs de la classe supérieure attestent la bonté et l'intelligence de notre futur président de la République.

Les nuits d'été, sous un ciel étoilé, loin de la racaille, Hollande, Stournaras, Papantoniou et les autres élaboraient le projet du socialisme post-moderne européen, à l'île de Syros.

stásimon 1

En 2006, Stournaras (celui de la villa à Syros), par ailleurs administrateur de la Banque Emporiki vend à un prix dérisoire sa banque au Crédit Agricole, banque socialiste (« pour un euro symbolique »). Mais la Grèce va mal. « Le Crédit agricole n’en finit pas de solder les erreurs du passé et sa politique d’expansion trop agressive. » (Le Figaro d'aujourd'hui 09.11.2012). Il faut « sortir du guêpier grec ». Sous le ministère de Stournaras un jour d'octobre 2012, le Crédit agricole vend sa filiale Emporiki Bank à Alpha Bank, une banque grecque en ... faillite. [4].

stásimon 2

En Octobre 2010, Mme Lagarde, ministre de Finances, atlantiste authentique, envoie une liste de 2062 évadés fiscaux grecs à son homologue grec, socialiste, pour « suite à donner ». Valls dirait « de ministre à ministre ». Le ministre socialiste perd la liste ! En Octobre 2012, la commission d'enquête parlementaire grecque réclame à la France l'original. Moscovici, ministre des Finances, doit envoyer « l'original » ; mais au préalable il doit demander à son prof DSK, à l'époque ministre des Finances, comment, lui, a géré la cassette Méry. Entre temps, un journaliste publie les noms de la liste Lagarde. Stupéfaction générale ! Papantoniou (celui de la villa à Syros) y figure (par sa femme bizneswoman). François est un peu embêté, surtout qu'il l'avait fait inviter pour des conférences de haut niveau (et achats à la capitale de l'élégance). [5]

stásimon 3

Je sais. Vous allez me demander le sort de l'ambassadeur de France en Grèce (celui de la villa à Syros). Monsieur Bruno Delay a été nommé ambassadeur en Espagne en 2007. Le président Hollande est allé voir son ami à Madrid de 30 août 2012, à l'occasion de sa visite officielle. Les copains n'ont pas parlé un seul instant de la jeune femme Aurore Martin, car depuis 2002, c'est « de juge à juge ». Le 17 octobre 2012 le président le nomme ambassadeur au Brésil.

Exodos

Le 19 octobre 2012 le gouvernement grec (de droite) annonce officiellement la visite prochaine du président (socialiste) Hollande à Athènes. Son associée, Mme Merkel, lors de sa visite officielle le 9 octobre 2012 est restée à Athènes occupée 6 (six) heures seulement. Le chancelier Hitler, le 23 juin 1940, a visité Paris occupé en 3 heures. La dernière visite française à Athènes est celle de M. Strauss-Kahn, dont le Memorandum I, a sauvé la Grèce de la faillite. Les Grecs (des irresponsables) ont déjà préparé le panneau : « Il est plus facile de sauter un peuple entier qui ne résiste pas qu’une femme de chambre qui résiste ».

Monsieur le Président Hollande, les Grecs n'ont besoin ni de larmes, ni d'argent. Ils veulent leur indépendance et retrouver leur dignité. Assez d'humiliations.

Que veux-tu ? fleur, beau fruit, ou l’oiseau merveilleux ?

- Ami, dit l’enfant grec, dit l’enfant aux yeux bleus,

Je veux de la poudre et des balles [6]

Notes

[1] La France protégerait les combattants de la liberté, les réfugiés grecs chassés par les Ottomans. « France terre d'asile » date de cette époque. Aujourd'hui, elle extrade même ses propres ressortissants, sauf Polanski, bien sûr.

[2] Le compositeur du peuple Markos Vamvakaris est l’homme qui baisse les yeux devant une femme, la frangosyriani, (française de Syros, une catholique) la chanson-poème pour une femme. Pour les petits bourgeois universitaires français et grecs la femme doit baisser les yeux devant l’homme, principal producteur en régime capitaliste.

[3] Les Français, stupéfaits, ont appris la séparation de François et de Ségolène le lendemain de 6 mais 2007 ! Pauvres Français, on ne vous dit pas tout. Il fallait demander aux habitants de Syros ...

[4] Yiannis Stournaras (économie à Oxford) était le négociateur lors de l'entrée de la Grèce en Europe. Les Grecs l'appellent « Copperfield », de sa grande capacité à faire disparaître des ... banques. Mais, comme Valls dira, c'est « de banque à banque » comme « de juge à juge ». Alpha Bank, en faillite, sera recapitalisée grâce à « l'aide » de la Troika attendue fin novembre.

[5] Yiannos Papantoniou, né à Paris, a fait des études à la Sorbonne, Wisconsin et Cambridge. Il a été ministre des finances de 1994 à 2001, ministre de la Défense (dite nationale) de 2001 à 2004 et membre du club Bilderberg en 1987. C'est lui qui a préparé l'entrée de la Grèce en Europe. Le maquillage des comptes est attribué à Goldman Sachs, mandatée par Simitis, premier ministre socialiste, le « Rocard grec ». Mirages 2000, chars, hélicoptères Puma, frégates et commissions entre amis. Cela justifie le prix Nobel de la Paix. Stournaras et Papantoniou sont des européens sincères.

[6] Victor Hugo avait tout compris. Extrait des Orientales (1829).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Ce soir, reportage à la frontière avec la Biélorussie, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. Et nos invitées : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn