Aujourd’hui, je vais vous parler d’un pays étrange : la Guyane.

À côté, Alice au pays des merveilles c’est du pipeau ! Et pourtant c’est un beau pays.

C’est un endroit où l’Europe gagne du fric en lançant des fusées. À ce titre, les pouvoirs publics achètent la paix sociale. Ça ne marche pas toujours. Oh, non pas une paix sociale garantissant le bien-être des populations… Ah oui, j’ai oublié de vous dire : en Guyane vous avez des Amérindiens (leur nombre baisse, car ils préfèrent se suicider !), des descendants d’esclaves ou de bagnards, des Français, des Guyaniens, des Brésiliens, des Surinamais, des Haïtiens, des.... Bref des gens qui, en gros, se foutent totalement des fusées. Ben oui. Mais on se fout de bien autre chose en Guyane. Par exemple, c’est un pays où un type condamné à trois ans de taule (ferme !) est non seulement laissé en liberté, mais a toujours l’autorisation de se prélasser dans son bureau de… maire.

À côté, Alice au pays des merveilles c’est du pipeau ! C’est aussi un pays où des dingues cagoulés peuvent défiler et même être reçus à la préfecture ! Ils peuvent aussi bloquer des consulats ! Cool les mecs ! La Guyane est une collectivité unique. Française. Si, si, française… Incroyable n’est-il pas ? C’est une collectivité où il y a des élus. Et même des parlementaires… mais qui, comment dire… adorent voyager et se goberger chez leur ami dictateur et narcotrafiquant (le voisin outre-Maroni dont le fils est en zonzon aux USA). La Guyane est une petite caste. Des élus, des décideurs qui passent leur temps à jouir de leur situation, et, à côté, ou plutôt en bas, il y a un peuple qui souffre. Chômage, vie chère (que dis-je : hors de prix !) violence à cause d’un sous-effectif policier invraisemblable et d’un préfet incapable de faire appliquer les lois ! Et puis il y a aussi une éducation nationale totalement inculte dirigée par des recteurs dignes de n’importe quel bar du commerce. C’est un pays où il n’y a pas de port en eaux profondes. Où l’Internet ne fonctionne qu’à quelques endroits (même pas à l’aéroport dit… international !). C’est un pays où une députée finance des sectes. Où n’importe quel abruti peut acheter une arme à feu. Où des repris de justice pérorent vulgairement. Où des journaleux payés (sic) par un évadé fiscal passent leur temps à servir la soupe à tout le monde, de peur de se fâcher avec… tout le monde ! Où le service public de la télévision est devenu un service particulier...

Et pourtant c’est un beau pays. Oui, venez en Guyane. Jamais on ne vous croira. Tout simplement parce que c’est incroyable.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.