HADOPI allimenterait-t-elle indirectement des organisation mafieuses

Titre accrocheur, désolé, mais c'est ce qui me vient à l'idée de part les récentes statistiques sur l'utilisation des réseaux de P2P et de part l'article suivant : http://www.zataz.com/news/20372/warez--stro--hq-darkside.html

En effet, les premiers éléments montrent que le français se tournent, depuis l'annonce de HADOPI vers des solutions de type Streaming ou groupes de news pour ne pas être pris la prise ethernet dans la médiathèque ... Hors il s'avère que ces nouveaux canaux d'échange ne sont plus du Pear 2 Pear, equitable est gratuit par essence mais son des serveurs centraux, détenant des copiés illicites dont l'accès est payant. Le paiement étant une nécessité pour entretenir le système, ne serait-ce que par les cout de cette infrastructure centralisée.

Dès lors qu'il y a argent, il y a forcément dégagement de bénéfices et donc profits. Comme l'activité est à la base illégale, ces bénéfices alimentent donc une économie soutéraine. Il serait donc utile de se poser la question de quelles type d'économie soutéraine nous parlons, comme les boutonneux de 14 ans qui précédemment gravaient des CD pour les vendre dans la cours d'école ont l'air hors jeux, il me semble plus opportun d'imaginer qu'il pourrait y avoir, derrière, des groupes à tendence mafieuse (même s'il est certain que dans certains pays, ceux-ci peuvent représenter des sociétés totalement honnêtes vis à vis de la législation locale)

Ces société profitent allègrement de la campagne de presse organisée autour d'HADOPI alors que la Haute Autorité n'est pas encore en place. Le système chasse un modèle illégal mais sans réel profit par un système illégal profitable pouvant allimenter des délis bien plus grave pour la société que la simple copie d'oeuvre ; je pense à différents traffic d'armes, drogues, femmes ....

Une enquête seraient intéressante pour savoir ce qu'il en est vraiment, si derrière le fantasme que je peux émettre, il existe une ou plusieures réalités.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.