Diversité Observatoire
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 janv. 2015

Comprendre

Diversité Observatoire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La tuerie de Charlie Hebdo et de l'hyper-Casher  à Paris  sont les dernières manifestations, s’il en est, de la crise que traverse de nos démocraties et de la diversité culturelle qui les sous-tend. Si naguère ces dernières sont parvenues à arracher l’espace public de l’emprise des fanatismes religieux et des plus forts (corporatismes, puissances de l’argent et mafias….), aujourd’hui par un paradoxal renversement de situation, les démocraties assistent, impuissantes, au retour des ces vieux fantômes au coeur même de leur espace .

 Ces meurtres en série qui surviennent à la suite de ceux sanglants perpétrés par Mohamed Merah en pleine campagne présidentielle de 2012 l’illustrent tragiquement. Nombre des observateurs se focalisent désormais sur la persistance des dérives djihadistes susceptibles de séduire encore les jeunes de banlieue. En fait ce genre d’analyse prend comme acquis que les influences travaillant l’espace public en France comme dans les sociétés dites avancées demeurent politiques et religieuses. D’où la surenchère d’explications en pagaille des valeurs de la république. En fait il y a belle lurette que ces valeurs ont été retournées par les forces du marché. Cette réduction ou plutôt cette inversion de l’espace public à sa seule valence économique- la seule croyance qui vaut est celle du marché- crée en contrepartie cet appel d’air dans lequel s’engouffrent les extrémismes sectaires avec leur cortège de violence.

 Contrairement à ce qu'ils revendiquent, les adeptes de cette violence-là n’ont pas d’alibi. S’ils brandissent la cause religieuse, c’est comme artefact, comme une marque interchangeable. Cette violence est transnationale, symptôme d’une société qui a retourné ses valeurs, qui est devenue amok pour reprendre le titre d’une des plus troublantes nouvelles de Stephen Zweig. Voilà pourquoi le débat sur la laïcité en France se trouve en porte à faux car il fait l’impasse sur ce qui reste largement occulté : les forces du marché qui orientent déjà l'espace public pour le réduire en un simple réflexe pavlovien de consommation, de stimili-réponse. L’offre et la demande se répondant, se comblant l’un l’autre en miroir en ne laissant aucun espace résiduel de liberté.

 Comme le rappelle le philosophe italien Giorgio Agamben en citant Walter Benjamin, le capitalisme est la dernière des religions, « la plus féroce car elle ne connaît pas l’expiation ». Son triomphe sur le marxisme lui aurait permis de capturer la totalité de la croyance humaine, créant de la sorte un boulevard pour les fondamentalismes. Nous sommes plus que jamais gouvernés par des concepts théologiques sécularisés qui sont d’autant plus pervers qu’il sont inconscients.

 L’identité individuelle et collective se dégage de la relation qui s’opère entre l’individu et l’institution dépositaire de l’Histoire : l'Etat. C’est ainsi que chacun acquiert le statut de sujet et devient, de par ses critiques et ses oppositions à la tradition, partie prenante du processus de transformation politique de sa société tout en lui assurant du même élan sa continuité. La moindre attaque au fondement symbolique de ces institutions nous concerne tous car elle touche l’humanité même de tous par le geste d’un seul. Jadis la religion faisait des institutions politiques une émanation de la toute-puissance divine. Les démocraties ont su s’en émanciper par l’instauration de l’État de droit.

 Aujourd’hui, soixante dix ans après la sanglante perversion de l’État par l’idéologie nazie, ces démocraties traversent une crise de légitimité. En France, comme ailleurs, cette crise a été perceptible de diverses manières et reflète la transformation de cet espace public. Pour en comprendre les tenants et aboutissants, il importe que nous saisissions la manière dont l’individu se relie avec ses semblables.

 Jacques Lacan poursuivant le travail de Freud nous enseigne que c’est la loi du Père qui unit les deux registres du privé et du public. C’est le Nom du père comme métaphore qui sépare l’enfant du désir fusionnel de sa mère et l’institue en tant que sujet singulier, différent ayant accès au symbolique, c'est-à-dire à la parole et à la culture, bref l'inscrit dans le devenir humain.

 Lorsqu'ils passent à l'acte, ces forcenés veulent détruire cette différence qui fonde le lien social pour imposer une seule et unique . C'est précisément ce que font dans un autre registre, les forces du marché

 Aujourd’hui au lieu d’assurer cette figure paternelle de la loi, l’État et ceux qui le gouvernent laissent le marché dicter les normes sociales. Et le marché ne possède d'autres lois que celles du profit. Plus que jamais, non seulement l’État à travers les responsables politiques se doivent être le garant de cet espace public auquel il importe de conserver autant le pluralisme politique que culturel et les paroles pour les dire. La rupture avec l’autre, si familier et pourtant si différent, illustre l’échec du politique à pouvoir inverser la prévalence du privé sur le public et à refonder le lien social, c’est à dire un espace de parole.

 Tout se passe comme si le désir d’égalité qui fut la grande cause politique du siècle dernier avait été inversé. Depuis plus de trente ans, soit depuis le début de la financiarisation de l’économie, les sociétés avancées libèrent de la sorte la violence identitaire. Ce phénomène n’est pas propre à la France. La Norvège, le Canada, l'Allemagne , le Royaume-Uni, l'Espagne… ont vécu des drames similaires. Et ne parlons pas de ces “faits divers” qui défraient régulièrement la chronique aux États-Unis, patrie de l’ultra-libéralisme.

 Que les instigateurs de ces événements fassent de la médiation audiovisuelle (caméra vidéo, cassette audio) l’instrument de leur tragédie, au même titre que les armes ou les explosifs, montre à l’évidence que tel est l’enjeu. Ainsi, ces derniers peuvent renouer d’égal à égal, l’espace d’un moment,ô combien trompeur avec la communauté des hommes par l’intermédiaire de l’espace public.

 Ceux qui commettent ces actes ont souvent le même profil : même désir de servir sous l’armée, même fascination des armes, même désarroi et enfin même cri à l’égard du politique. C’est ainsi qu’il convient de l’entendre. En cette période troublée, il est important de réaffirmer l’irréductible souveraineté de la différentiation. Et la question qui la sous-tend : la place de l’autorité et de la loi.Or l’autorité ne doit pas se manifester en bombant le torse comme il serait tentant de le faire, mais bien en assumant sa charge symbolique. C’est de la sorte que, se ressaisissant comme être manquant, chacun pourra renouer sa solidarité avec l’autre et avec sa propre société. Telle est l’alternative de notre temps où la révolte, faute de pouvoir se dire, se socialiser, se retourne contre l’homme. « Le jour, écrivait Albert Camus, où le crime se pare des dépouilles de l’innocence, par un curieux renversement qui est propre à notre temps, c’est l’innocence qui est sommé de fournir ses propres justifications ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat