Vous devez être hospitalisé

Pas simple la vie, juste être vigilent... Je vais vous parler de ma propre expérience.

images-3-1
Je fréquente régulièrement les hôpitaux, suite à une pathologie grave.

Etant un pigeon voyageur, je connais bon nombre d'hôpitaux dans des départements et villes, différents.

j'ai remarqué à mon arrivée, comme tout à chacun, je suis un numéro, normal, pour établir le dossier. 

Ensuite, étant un homme, ma pathologie, les infirmières en ont rien à cirer, par contre mon sexe devient une priorité, tous les prétextes ou plus tôt des faux prétextes pour mater et toucher, vous devinez quoi.

Alors messieurs, si vous êtes ou non farouche et/ou pudique soyez vigilent.

Surtout, ne posez pas de question, vous aurez une réponse erronée, du moins si vous connaissez la réponse.

Tout cela pour vous montrer qu'elles sont plus intelligentes que vous.

Mais en réalité, elles en connaissent si peu.

Je me souviens avoir expliqué à une infirmière de nuit, vers minuit, ce qu'est de l'oxygène, une autre qu'un de mes dosages était entre 2 et 3, et elle , non non, entre 1 et 2, encore une autre, ne connaissait pas ce qu'est la vitamine k, et j'en passe.

Attention aussi aux médecins qui ne savent pas lire une imagerie et ce contentent d'un rapport, copié collé, et j'en passe aussi.

Après on s'étonne qu'il y ait des erreurs médicales.

Attention à ce que l'on vous fait signer, avant un examen ou une opération, cela s'appelle un ''consentement'', mettez des clauses, qui bien sûr ne seront pas respectées, ce consentement, contrairement à ce qu'ils vont dire en essayant de vous faire croire... n'a aucune valeur juridique.

Je suis justement en litige avec un médecin à ce sujet, et j'ai commencé une procédure.

Des cas, des situations, je pourrai vous en citer des centaines. Au point que j'ai perdu toute confiance dans la médecine et les médecins.

Ne vous inquiétez pas pour moi, je garde le moral, le sourire, ma bonne humeur et surtout ma joie de vivre. C'est le principal, croyez moi.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.