Vous êtes sans domicile fixe

ou vous allez le devenir.

Personne est à l'abri, sans faire de jeu de mots, de devenir sans domicile fixe,  la vie ou par choix personnel.

Il faut savoir que le monde sdf est un monde à part. Les gens, certes, sont au début, un peu désorientés. Mais ils se rendent vite compte qu'en fait, c'est une grande famille où chacun aide chacun en fonction de ses moyens.

Je ne parle pas d'argent, mais où manger, où dormir, où rencontrer un médecin ou un vétérinaire, quelqu'un à qui parler.

Des structures de jour vont vous aider, d'autres de nuit vous héberger.

Si vous voulez vous en sortir, c'est possible, mais à quel prix?

Certaines structures se font de l'argent sur le dos des pauvres en leurs promettant monts et merveilles, mais au final....Laissez votre honneur de côté.

D'autres se débrouillent seul et y arrivent aussi, sans devoir dire merci à personne.

Croyez moi, je sais ce dont je parle, j'en suis un.

Je me débrouille en toute modestie, seul et je m'en sorts.

Je profite, si je peux m'exprimer ainsi, de temps en temps, d'une structure de nuit, pas longtemps, une semaine en général pour recharger mes batteries, ensuite je reprends la route.Je reste jamais au même endroit. J'aime découvrir rencontrer des gens, cultiver ma culture générale.

Vous seriez étonnés du nombre de sdf, bardés de diplôme, très intelligents et qui méritent d'être connus.

Ne vous fiez pas aux médias qui racontent n'importe quoi, ni au gouvernement qui distille ses bonnes intentions, à tord.

Plus de sdf à la rue au 31 décembre, oui mais, si les places n'étaient pas prises,  les sdf en auraient, non?

Il y aurait trop à dire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.