Djéhanne GANI
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 sept. 2022

Djéhanne GANI
Abonné·e de Mediapart

Vers une École qui exclurait (encore davantage) les plus pauvres

Le projet de réforme des lycées professionnels est un changement majeur dans l’histoire de l’Ecole : Ce projet représente un recul de la démocratisation scolaire pour les 650 000 élèves de la voie professionnelle et donc un recul d’une éducation égalitaire et émancipatrice pour tous les élèves.

Djéhanne GANI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Projet de réforme du lycée professionnel : vers une Ecole qui exclurait (encore davantage) les plus pauvres

Le projet de réforme des lycées professionnels est un changement majeur dans l’histoire de l’Ecole : Ce projet représente un recul de la démocratisation scolaire pour les 650 000 élèves de la voie professionnelle et donc un recul d’une éducation égalitaire et émancipatrice pour tous les élèves. La réforme de 2018 avait déjà considérablement réduit le temps d’enseignement général. Le projet de réforme du président Macron est clair : "mettre les débouchés professionnels, les entreprises au cœur du projet", pour des « lycées professionnels […]  davantage ouverts à l'apprentissage et aux entreprises locales". La réforme de la voie professionnelle illustre une vision restrictive de cette formation, à l’aune de l’employabilité à court terme et au détriment de sa visée éducative.

Une réforme qui renforce un système éducatif de sélection sociale et une école des classes

Les élèves issus des lycées professionnels, 1/3 de notre jeunesse, sont issus majoritairement des milieux les plus défavorisés. 70% des élèves de lycée professionnel sont enfants d’ouvriers, d’inactifs ou d’employés. Pour rappel, la France est déjà le pays d'Europe où les origines de naissance impactent le plus les trajectoires scolaires des élèves : à cet égard, on peut parler de l’école des classes.

Le modèle éducatif français est un modèle de sélection sociale : sous couvert de l’illusion de la « fable méritocratique », il orchestre le séparatisme social et scolaire sans remise en question malgré la reproduction à l’œuvre. L’Ecole en France, est moins une affaire de « méritocratie » que d’« héritocratie »[1]. Certains sociologues (Dubet, Duru Bellat) parlent de « perdants » du système scolaire, à rebours du discours fable méritocratique, qui masque les effets des inégalités réelles sociales, culturelles et autres. Les « Exceptions consolantes » expression de Ferdinand Buisson, (directeur de l’enseignement primaire de Jules Ferry) que reprend Jean-Paul Delahaye[2] (ancien numéro 2 du ministère Peillon, auteur d’un rapport sur la grande pauvreté) ne doivent pas masquer le déterminisme social et scolaire du système éducatif « faire oublier l’injustice foncière qui reste la règle générale. »

Une double tutelle programmatique : « l’Ecole n’est pas faite pour les pauvres »

La double tutelle ministérielle Education Nationale – Travail de la secrétaire déléguée à la formation professionnelle est programmatique. Ce qui est proposé, c’est moins d’école pour les classes populaires, les plus pauvres. Cette réforme de la voie professionnelle exclut les élèves hors de l’école pour les inscrire davantage dans le monde du travail, n’oublions pas que dans « lycée professionnel », il y a « lycée ». L’augmentation prévue dans la réforme du temps de stage (doublé) diminue d’autant le temps de formation au lycée. En mars 2022, Sigrid Gérardin, co-secrétaire générale du Snuep Fsu, s'alarmait des propos d'E Macron sur le lycée professionnel :"Le pire est devant nous. Un tiers des jeunes lycéens vont être exclus de l'école". Oui, alors « l’Ecole n’est pas faite pour les pauvres » pour reprendre un titre du dernier ouvrage paru en 2022 de Jean-Paul Delahaye, elle les trie et les oriente vers la voie professionnelle, sur le chemin de l’employabilité et des besoins des entreprises.

Les élèves de la voie professionnelle n’auraient-ils pas droit à une formation égalitaire ? Ils devraient rejoindre le marché du travail, et le statut de travailleur, comme le laisserait entendre la double tutelle ministérielle Education Nationale – Travail. Ces élèves ne « mériteraient » -ils pas une formation scolaire, de projets pédagogiques et culturelles ? L’Ecole, c’est aussi le lieu de construction de la citoyenneté. Quelle finalité voulons-nous pour le lycée professionnel, celui de l’employabilité ?

Inégalités et privatisation du lycée professionnel

Le modèle du président Macron est celui de l’apprentissage, ce qui soulève tout de même quelques questions. Un apprenti est considéré comme un jeune travailleur avec un contrat de travail et une rémunération. La rémunération des apprentis est aussi un élément de la concurrence entre lycées professionnels et CFA, et ce d’autant si l’on considère que l’enjeu financier pour des élèves de milieu défavorisé n’est pas neutre. Le taux de décrochage est 4 fois moins élevé (13% contre 40% en apprentissage) et le taux d’accès aux diplôme est également bien supérieur.

Par ailleurs, le contrôle par l’Etat du respect des engagements des employeurs en termes de formation, d’encadrement, de respect des horaires et des conditions de travail est insuffisant et les apprentis ont peu de recours vu les difficultés à trouver une entreprise en particulier pour les CAP. De plus, l’apprentissage est un modèle inégalitaire, genré, et discriminant : il y a plus de filles (42, 5 contre 28,1%) et d’élèves issus de l’immigration dans la voie scolaire qui, elle, accueille et forme tous les élèves.  Enfin, vouloir réduire la réussite de l’insertion professionnelle à l’apprentissage fait fi du rôle des diplômes comme de la formation intellectuelle et citoyenne de l’élève dans l’insertion professionnelle.

L’objectif affiché d’un million d’apprenti à la fin du quinquennat soulève également quelques questions. L’apprentissage recouvre des réalités diverses et concerne majoritairement les jeunes dans l’enseignement supérieur, et non l’infra-bac. Il y a donc une confusion quand on parle d’apprentis. Le projet de réforme du lycée professionnel entend transformer l’élève de lycée professionnel en « apprenti » : ce n’est pas un détail, c’est un changement de finalité de l’Ecole et son renoncement à former ces jeunes et de les accompagner au profit d’une formation d’entreprise qui répond à des besoins d’emploi. Leurs besoins d’ouverture et formation intellectuelle et culturelle, de médecine ou restauration scolaires sont relégués en second rang.

Un changement de structure et culture scolaire : transformer l’Ecole à l’aune de la voie professionnelle

La réforme de la voie professionnelle doit s’inscrire dans une réforme ambitieuse du système éducatif dans son ensemble, en prenant en compte les enjeux sociaux, démocratiques et écologiques.

La voie professionnelle est à transformer : elle concentre de nombreuses inégalités, sociales, de genre, elle incarne un système éducatif inégalitaire, comme la voie de la relégation sociale et scolaire. Mais ne serait-ce pas l’ensemble du système éducatif qu’il faudrait réinterroger et ce en amont de l’orientation en lycée. Ne serait-ce pas dès le collège, que la culture scolaire de tous les élèves devrait évoluer en faisant de la place à la culture manuelle, à l’enseignement des savoirs pratiques ? Pour valoriser la culture manuelle, artisanale, il est nécessaire de lui faire une place dans le système éducatif, en introduisant des savoir-faire, des savoirs pratique à l’Ecole, notamment au collège pour tous les élèves.

Par ailleurs, pour déghettoïser et démarginaliser l’enseignement professionnel et ses élèves, ne pourrait-il pas être intégrer dans un lycée pour tous les élèves, en y revalorisant les disciplines générales, en y introduisant la philosophie.

Ensuite, il faudrait avoir une vision anticipatrice : selon la chambre des métiers et de l’artisanat, 300 000 entreprises seraient à reprendre dans les 2 années à venir, et 20 à 25 % des savoir-faire artisanaux disparaîtraient faute de transmission selon la Fabrique de l’industrie.

Ne faudrait-il pas, à rebours de considérations court-termistes de besoin de main d’œuvre, réactualiser des formations en adéquation avec les nouveaux métiers à venir ? La carte des formations ne devrait-elle pas évoluer, non pas pour répondre à des besoins immédiats mais aux défis de la société, notamment de la transition écologique?

Pour conclure, ce vers quoi nous devrions tendre, n’est peut-être pas moins d’Ecole pour certains élèves, mais peut-être une autre Ecole pour tous les élèves.

[1] Paul Pasquali, Héritocratie, Les élites, les grandes écoles et les mésaventures du mérite (1870-2020). La Découverte, 2022.

[2] Jean-Paul Delahaye : Exception consolante. Un grain de pauvre dans la machine. Edition Labyrinthe, 2021. L'Ecole n'est pas faite pour les pauvres, Edition Le bord de l'eau, 2022.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit