Djil
Abonné·e de Mediapart

116 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 mars 2013

Qui avive l'état de guerre en Syrie ?

Djil
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En Syrie, L'ONU et son Conseil de sécurité trahissent leur devoir de faire respecter la paix et la sécurité.

La guerre civile en Syrie entre dans sa troisième année, opposant l'épouvantable dynastie des dictateurs ; père et fils, des Assad, à une opposition hétérogène qui n'a pas pu, à l'exemple de la Tunsie et de l'Egypte, mobiliser les Syriens pour construire une résistance populaire, conséquente et pacifique. Au lieu de cela c'est l'exemple contre productif du printemps arbe, celui de la rebellion libyenne anti Kadhafi, parti spontanément d'un coin reculé de la libye et qui a justifié l'intervention des forces de l'OTAN qui lui ont assurée une victoire facile avec zéro victime des forces de l'Otan, des dizaines de millers de morts civils et militaires libyens, et un pays avec une armée et une infrastructure détruites et qui fait le bonheur des multinationales occidentales qui se bousculent pour la reconstruction. En Syrie il s'agit bien d'une rébellion armée, création spontanée des occidentaux, conseillée, portée à bout de bras par les forces spéciales de ces pays occidentaux et leurs alliés hétéroclites du voisinage. Les médias du monde entier se font les porte-paroles de l'observatoire des droits de l'homme en Syrie dont le parti-pris pour les rebelles en font une officine de propagande et de désinformation, produisant des chiffres colossaux de morts sans jamais prendre la peine de distinguer la part de ces morts imputables au régime dictatorial d'El Assad et la part qui est le fait des forces rebelles, sauf à faire croire que les rebelles ne tuent pas, ne détruisent pas, ne sont pour rien dans les mouvement d'exode vers les pays voisins. Des signes inquiétants apparaissent qui augurent d'un printemps chaud au Moyen-Orient,.d'autant que trois des membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, institution sensée veiller à la paix et la sécurité, se révèllent de véritables pousses à la guerre et aux crimes, usent de tous les moyens pour peser de tout leur poids, pour détruire la Syrie par le biais de sa rébellion armée.

Les Etats-Unis d'Amérique se prévalent d'avoir accompagner le premier contingent de rebelles syriens après leur formation en Jordanie à l'utilisation d'armes antiaériennes et antichars. Gageons que ces super combattants sont entrés dans leur pays avec armes adéquates et savoir-faire de leurs frères d'armes américains. Ils sauront détruire bien plus qu'avant et les personnes civiles et miltaires et les infrastructures de leur pays, les pétrodollars seront là, le moment venu pour financer la reconstruction de la Syrie et le réarmement de son armée.

La France et la Grande Bretagne poussent conjoitement de leur côté l'Union européenne à lever l'embargo sur les livraisons d'armes aux rebelles. Espérant que cette levée d'embargo s'arrêtera à la livraison d'armes conventionnelles de luttes anti aériennes et non pas d'armes sales de destruction à effets puissants et durables dont fabricants et marchands d'armes profiteront pour en expérimenter les effets, quitte à en faire endosser la responsabilité aux forces d'El Assad. Lire au sujet de l'usage des rames sales un précédent blog :

http://blogs.mediapart.fr/blog/djilali-benamrane/230213/toutes-les-armes-son-inhumaines-et-toutes-les-guerres-absurdes

Voilà trois membres permanents du Conseil de sécurité lesquels au lieu de focaliser leurs efforts pour imposer l'embargo sur les livraisons d'armes au régime d'El Assad, notamment par le biais de la Russie, ils plaident pour l'approfondissement de l'état de guerre au Moyen-Orient en dotant les forces rebelles d'expertise et d'armes pour détruire leur pays et renforcer la haine et la désespérance dans le pays.

Oui, l'ONU et son Conseil de sécurité injuste et partisan ont failli dans leur mission première, celle de créer de par le monde les conditions de paix et de sécurité. Oui, le monde va mal et court à sa perte globale et plus rapidement qu'on ne le pense.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier