Présence d’un obscurantisme, celui de l’argent, en début de XXI° siècle.: par Pierre Grou, blog coordonné

Présence d’un obscurantisme, celui de l’argent, en début de XXI° siècle : contribution de Pierre Grou.

Pour expliquer la présence et les conséquences d’un “obscurantisme de l’argent” en début de XXI° siècle, rappelons les deux premiers points déjà énoncés à propos d’un manque de démocratie mondiale :

1 - D'abord, il convient de constater qu'à partir des années 1970-80, s'est produit un phénomène de multinationalisation de la production, appelé ensuite "mondialisation", mais qui s'est caractérisé par un développement rapide de firmes et banques multinationales, s'étendant sur un espace mondial.   

 2 - Il s'en est suivi l'installation d'un pouvoir de nature "privée" sur l'ensemble du monde, celui des dirigeants de ces firmes et banques, cela sans qu'aucun contre-pouvoir n'apparaisse !

A cela, ajoutons trois autres éléments :

3 - La définition d’un “obscurantisme” est “un état réfractaire à la raison et au progrès”.

4 - Le principal mode de financement des entreprises et banques multinationales, également “privé”, est effectué sans aucune limite, par des actionnaires sur les principales places boursières du monde. 

5 - Des demandes de rémunérations de ces actionnaires, résulte une “toute puissance de l’argent”, contrôlée par aucune instance de nature “collective”; les conséquences de cette situation sont celles du nouvel obscurantisme signalé, lequel prend les trois formes principales suivantes :

6 - Une recherche de profit rapide dans les domaines marchands quise traduit par des manifestations d’un « effort pour vendre » effréné, aboutissant à un bond spectaculaire du rôle de la publicité. Dans le domaine de l’imaginaire, l’ « effort pour vendre » a conduit par exemple certaines maisons d’édition à produire des livres traitant de faits divers insignifiants. Dans celui du cinéma, il existe des produits-violence » en provenance d’Hollywood d’une qualité inexistante, mais qui sont destinés à un « marché » d’adolescents demandeurs de ce type de films ! Dans le domaine scientifique, le besoin de profit rapide a entraîné une priorité à la recherche appliquée, au détriment de la recherche fondamentale, alors que seule celle-ci engendre les grandes découvertes ! Dans le domaine politique, la contagion des pratiques publicitaires a transformé certains hommes politiques en acteurs médiocres qui pratiquent le triomphe de l’apparence, au détriment d’une pensée construite. Dans le domaine économique, le besoin d’argent vite gagné a, par exemple abouti à un accroissement spectaculaire d’activités financières dans certaines grandes banques ainsi que dans une multitude de sociétés de finance. L’objectif poursuivi par ces entreprises consiste à gagner un maximum d’argent en un minimum de temps, par le moyen d’activités de spéculation. Ces pratiques s’effectuent au détriment d’une industrialisation source de progrès.

7 - Un envahissement par la recherche de profit rapide de domaines de biens « non reproductibles » en biens « reproductibles ». Un bien non reproductible est un bien qui ne peut pas être fabriqué comme n’importe quelle marchandise, par exemple une œuvre littéraire ou un tableau, dont la valeur dépend des dons de l’auteur de l’ oeuvre. Or, les entreprises, par exemple, des secteurs audio-visuels, ont de plus en plus tendance, pour vendre leurs produits, à inclure dans leur production des segments non reproductibles. De même, s’est développé un processus de « marchandisation » du livre. Il s’ensuit un appauvrissement culturel fort dommageable pour la société. Un autre exemple, découlant des mêmes pratiques, est celui de recherches de profit des entreprises de médias, à partir d’un audimat maximum, du fait du financement par la publicité. Ces pratiques empêchent une réflexion approfondie, aboutissent à une paralysie de la pensée politique et à un grave affaiblissement de la démocratie.

8 - Une transformation des individus en êtres de nature “micro-dimensionnelle”. La conjugaison des deux éléments précédents - recherche de profit rapide et transformation de biens non reproductibles en biens reproductibles -  a transformé les individus victimes de l’ « obscurantisme de l’argent », en êtres complètement enfermés dans un horizon limité à l’individu et à l’instant présent. Cet enfermement dans une incapacité de se situer ni dans l’histoire, ni dans la société, contribue à la création d’êtres humains caractérisés par un degré de réflexion d’une extrême pauvreté. Ces êtres, de nature  « micro-dimensionnelle », ne peuvent plus être capables d’analyser la société dans la quelle ils vivent, et encore moins de trouver des solutions pour concevoir un progrès à venir.  

( 1 ) Pour plus de détails, se reporter à l’ouvrage : “L’Argent, Obscurantime du XXI°siècle”, Pierre Grou, Editions Bruno Leprince. 


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.