Djil
Abonné·e de Mediapart

116 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 févr. 2013

La Banque publique d'investissement, (BPI) une occasion manquée de créer un pôle public financier

Djil
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Banque publique d'investissement, une initiative hors d'un contexte de renforcement d'un pôle public financier

Premier engagement du candidat à la Présidence de la République, la mise en place de la Banque publique d'investissement (BPI) devient quelque dix mois après les élections un opérateur public financier en charge d'encourager le financement des petites et moyennes entreprises, des entreprises de taille intermédiaire et des entreprises innovantes. Le casting de direction de l'institution est soigné : présidée par Jean-Pierre Jouyet, ancien élève de l'ENA, membre de la prestigieuse promotion ''Voltaire'', femmes et hommes de pouvoir, aux commandes du destin de la France d'aujourd'hui. Monsieur Jouyet a occupé de hautes missions dont la direction générale de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) ou la présidence de l'Autorité des marchés financiers (AMF). Il fut Secrétaire d'État chargé des Affaires européennes sous le gouvernement du règne de Sarkozy. La BPI sera dirigée par Nicolas Dufourcq, un ex-directeur financier et numéro deux de la multinationale Capgemini, une des plus grandes multinationales dans le secteur des services informatiques.

Pour ce qui concerne les questions de gouvernance, parmi les douze membres du Conseil d'administration, réunis pour la première fois le 21 février 2013, on relève deux représentants des régions, en la personne de Ségolène Royal et de Jean-Paul Huchon. Ces deux présidents de Région sont sensés impliquer les collectivités locales dans la direction, dans la vision stratégique et dans l'allocation des ressources, tenant compte des préoccupations et priorités des territoires. Ces deux administrateurs disposent de fonctions prestigieuses et d'un statut particulier dans le Comité national d'orientation ou se discutent les choix entre représentants de l'Etat, des Régions, des syndicats et des patrons.

Au demeurant, chaque région disposera d'un guichet unique supposé venir en aide aux entreprises implantées. Pour des raisons de transparence et de bonne gouvernance et pour s'éloigner des scandales des rémunérations outrancières des dirigeants de banques, et comme pour rappeler qu'il s'agit bien d'un opérateur public, il est expressément indiqué que les conditions de rémunération de cet état-major de la BPI seront soumises au contrôle de l'Etat" et le cas échéant publiées annuellement.

Dans une situation de crise systémique qui menace dangereusement les équilibres macroéconomiques et financiers de la France, les nobles objectifs de relance de la compétitivité des entreprises et de création d'emplois assignés à la BPI, étaient auparavant sensés être assurés par des opérateurs aussi financiers que publics, comme OSEO, spécialisé dans les prêts aux PME et dans le soutien à l'innovation, mais aussi par la Caisse des dépôts et consignation, copropriétaire de la BPI, une ancestrale institutions qui veille depuis près de deux siècles, sous le contrôle partiel du Parlement, au financement d'activités d'intérêt général pour le compte de l'État et des collectivités territoriales, ou par le Fonds stratégique d'investissements (FSI). Question de moyens d'intervention, la BPI disposera d'un budget non négligeable de 42 milliards d'euros. Son capital social de bien moindre importance, sera détenu, à parts égales par l'État et la Caisse des dépôts et consignation, elle-même gigantesque opérateur public, intervenant dans une multitude de secteurs d'activités dites d'intérêt général et partenaire d'une fouletitude d'opérateurs publics et privés, dont certaines à renommée douteuse.

Cette démarche d'un gouvernement socialiste à idéologie foncièrement partisane pour une économie sociale de marché fortement inspirée des doctrines libérales, néolibérales et ultralibérales ne semble pas des plus appropriées, sauf à être démenti par les faits dans l'avenir, s'agissant d'une institution récente et non encore opérationnelle. Malgré un discours volontariste du candidat aux élections présidentielles qui faisait de la nécessaire régulation des opérateurs financiers et bancaires une préoccupation majeure de son mandat, une fois élu, on ne ressent aucune volonté de domestiquer ce secteur d'activité aux mains d'opérateurs voraces, avides de profits excessifs, de dimension mondiale et dominé par le secteur privé. Il n'y a aucune analyse claire et lisible sur le besoin de renforcer les opérateurs publics, coopératifs et associatifs, qui fonctionnent tant bien que mal, pour moraliser et constituer un contre poids aux pratiques néfastes des financiers et banquiers privés, responsables de la crise qui sévit depuis 2008.

La BPI aura probablement bien mois d'expérience, de moyens et de ressources que la Caisse des dépôts et consignation dont on aurait pu renforcer les compétences et les moyens.

En ce domaine comme dans celui de la fiscalité, l'impression est qu'en France, les pouvoirs publics au service d'un capitalisme mondial triomphant, ne prennent de timides initiatives de circonstance que pour répondre à une situation d'urgence, soulager les contraintes structurelles ou conjoncturelles qui pèsent sur le secteur privé et surtout mettre ces initiatives toujours en perspective et au service des intérêts du secteur privé et du grand capital français, européen, voire international.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Une pratique révélatrice des impasses de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot
Journal — France
Dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal
Marioupol, ville martyre
Après trois mois de résistance, le port de Marioupol est tombé le 20 mai aux mains des forces russes, marquant une victoire symbolique pour le président Vladimir Poutine. Plus de 2 400 soldats ukrainiens ont été faits prisonniers, alors que la ville est largement détruite.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens