Anne Q
Etudiante en licence de Sociologie à Paris Descartes
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 sept. 2011

L'absurdité comme règle de société

Je discutais hier avec mes collègues d'économie de politique, d'environnement, du droit des femmes, et je me sens seul et déprimé! J'écoute Mermet avec grand intérêt, regarde Taddei, ne regarde plus la télé, lis Mediapart, Virginie Despentes, Marx, écoute Franck Lepage, Yves Cusset… Mais je me sens seul!

Anne Q
Etudiante en licence de Sociologie à Paris Descartes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je discutais hier avec mes collègues d'économie de politique, d'environnement, du droit des femmes, et je me sens seul et déprimé! J'écoute Mermet avec grand intérêt, regarde Taddei, ne regarde plus la télé, lis Mediapart, Virginie Despentes, Marx, écoute Franck Lepage, Yves Cusset… Mais je me sens seul! Être anti-capitaliste n'est toujours pas avouable et surtout synonyme de dictature de goulag de malheur de folie d'utopie…

Et bien, plus le temps passe et plus je suis anti-capitaliste. Pas Communiste au sens qu'on lui donne aujourd'hui, pas stalinien ni trotskiste, marxiste peut-être mais surtout anti-capitaliste!

La pauvreté n'a jamais été aussi présente en France, en Europe, dans le monde. Le quart-monde se rapproche dangereusement. Mais rien n'y fait, les idées capitalistes ont la peau dure alors qu'on a la preuve chaque jour des inégalités, de la misère que ça crée. Au nom de la liberté d'entreprendre, la liberté financière, les banquiers se goinfrent sur le dos des ménages et des États, les riches ne payent pas d'impôts, les actionnaires pressent les salariés et détruisent leurs droits leurs emplois en profitant de leur misère pour accroître toujours plus leurs profits.

On le sait, ils mettent les travailleurs en danger pour ne pas perdre en gain de productivité (travailler en interim dans une centrale nucléaire par exemple!) , ils nous mettent en concurrence jusqu'à l'autre bout de la planète. Des entreprises où nous sommes tous allés pour nous vêtir pratique même l'esclavage, pas le moderne, celui d'antan!

Aujourd'hui on laisse tout juste de quoi survivre à ces travailleurs, un smic! Comment ne pas être écœuré par le traitement réservé aux salariés de la grande distribution quand on sait les bénéfices colossaux réalisés sur le dos de ces mêmes salariés!

Comment ne pas s'indigner devant le sort des femmes sous-payées à mi-temps précaires qui servent de main-d'oeuvre bon marché aux actionnaires, le sort des prisonniers payés 1,60€ de l'heure pour faire de la hotline... Et les exemples sont nombreux de droits bafoués sur l'autel du grand capital.

Comment ne pas être écœuré par l'injustice de la fiscalité! Les niches fiscales, celle qui coûtent cher aux caisses de l'état, elles, existent toujours (loi Derobien, etc) mais la niche fiscale des mères célibataires, celle-là on la supprime, alors que les mères célibataires sont toujours plus nombreuses au resto du cœur!

Comment comprendre qu'on prétende encore que chaque citoyen doit faire un effort pour la collectivité, que la sécurité sociale ne pourra plus perdurer, qu'on veuille absolument placer les retraites en bourse, plutôt que ce bon vieux système de répartition qui marche et permet même de légitimer l'entrée légale d'étranger sur le territoire ! Comment encore accepter qu'on nous culpabilise de toutes ces dépenses alors qu'il suffirait d'imposer tout le monde (de la même manière serait déjà énorme!). Non on préfère le système ancestral de la charité. Et les riches n'ont qu'à le demander "Nous on préfère une participation exceptionnelle à une imposition durable" Ben tient donc!

Comment accepter ces plans de rigueur, d'austérité au nom de dettes que la bourgeoisie a contracté pour elle même et qu'elle nous impose de rembourser. Alors qu'on le sait, l'argent publique, elle en croque toujours plus.

Comment comprendre qu'on fasse l'apologie d'un système qui fabrique la misère; en spéculant sur les denrées alimentaires, en augmentant donc atrificiellement le prix de ces marchandises, on fabrique des famines dans les pays que nous avons asservi par leurs dettes, en spéculant sur la santé, en faisant de ce secteur une source de bénéfices, on s'habitue à voir des gens mourir de maladies tout à fait soignables, des gens face au dilemne se soigner se loger se nourrir! Et tout ça dans notre monde de surabondance! Nous avons créer un paradis, nous savons nous prémunir de la famine des maladies et des intempéries mais en ne voulant surtout pas partager, la plus part d'entre nous en sommes exclus!

Comment peut-on encore cautionner cette politique, cette société? Comment y croire encore? Quand on pense que notre alternative à l'UMP c'était Strauss Kahn ça fait froid dans le dos!

Et malgré tout, j'entends partout que l'anti-capitalisme c'est dangereux. Mais dangereux pour qui? La redistribution des richesses, un monde qui ne produirait que ce dont il a besoin, un monde où tout un chacun aurait de quoi vivre dignement, un toit un repas une éducation de qualité quelque soit son sexe son origine sa région sa religion sa classe (Il est hallucinant qu'à l'heure où le logement est devenu un luxe et où tant de gens sont mal ou voir pas logés du tout, il est interdit de vivre dans un habitat alternatif (yourte, chalet,...). Le gouvernement voulait même pénaliser le caravaning ou l'habitat léger! Pourquoi? Pour garantir une hausse infinie des prix locatifs? Pour faire peur à tous ceux qui rêveraient de vivre autrement?). N'a-t-on pas assez d'exemples pour prouver que le capitalisme nous emmène droit dans le mur? Sans même parler d'écologie d'environnement ! Est-ce si dangereux de rêver d'une autre société? Nous sommes plus nombreux à souffrir de ce système qu'à en jouir, nous le savons, tout est dit à présent, nous savons en regardant la télé, en lisant les journaux, toujours des scandales des fraudes des chiffres des salaires mirobolants. Nous savons!

Mais nous n'avons toujours pas le droit d'être anti-capitaliste sans être taxés d'utopistes de doux rêveurs ou alors de dangereux terroristes réactionnaires et rétrogrades!

Ça fait mal !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant
Journal — États-Unis
Dans le Missouri, l’avortement a déjà presque disparu
En juin prochain, la Cour suprême des États-Unis abrogera probablement l’arrêt « Roe v. Wade », qui a fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Mais dans le Missouri, État conservateur du Midwest, cela fait des années que les interruptions volontaires de grossesse se réduisent à peau de chagrin.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan