Anne Q
Etudiante en licence de Sociologie à Paris Descartes
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 août 2011

Travailler tue: la médecine du travail

Ceci est un commentaire, un témoignage, que j'ai posté sur le blog de Patrick Rodel (que je vous recommande), "la condamnation de la médecine du travail". Pour plus d'exposition de ce sujet très important, je me permets de le publier en tant que billet:

Anne Q
Etudiante en licence de Sociologie à Paris Descartes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ceci est un commentaire, un témoignage, que j'ai posté sur le blog de Patrick Rodel (que je vous recommande), "la condamnation de la médecine du travail". Pour plus d'exposition de ce sujet très important, je me permets de le publier en tant que billet:

Ex-Salarié d'une grande entreprise qui a pignon sur rue et des bénéfices collossaux, ex-élu du personnel, ex-secrétaire adjoint du CE démissionnaire pour désaccord profond avec le syndicat majoritaire malheureusement complètement phagocyté par une direction financière féroce, j'ai assisté à la lapidation pure et simple de la médecine du travail et donc de la santé des salariés, des salariés en 24h/24h 7j/7j.

Le médecin du travail, dont le cabinet était dans l'enceinte de l'entreprise et dont l'indépendance pour le coup était très douteuse, rend un rapport au CHSCT où il mentionne la fatigue des équipes du fait de la diminution du personnel sans diminution de l'activité.

A peine un mois plus tard, la direction annonce en CE son souhait de relancer un appel d'offre pour changer d'organisme de médecine du travail, soit disant trop cher et enterrant du même coup le rapport et la diminution du personnel! Le syndicat majoritaire ne s'en est pas ému.... Seule la CGT s'est alarmée et à demander à maintes reprise un CE extraordinaire sur ce sujet, un droit d'alerte... Sans résultat, le syndicat majoritaire s'y opposant.

Suite à cet appel d'offre, oh surprise, l'organisme retenu fut le même que le sortant, étant le moins cher du marché (un marché entièrement privatisé et donc avide de résultats), mais le médecin lui, fut remercié.

Pendant son préavis, le médecin avait toute latitude pour faire son travail. Plusieurs salariés ont pu cesser les nuits, des maladies récurantes ont été reconnues etc etc. J'ai connu une vraie médecine du travail au service de la santé!

J'ai quitté aujourd'hui cette entreprise mais je ne doute pas que le nouveau médecin est muselé par ses employeurs et leur client. La Leçon a été donné avec brio!

En parallèle n'oublions pas que le nombre de médecins du travail a été réduit de moitié, que nous allons passer d'une visite obligatoire tous les ans à une tous les 2 ans (voir même pire!)

Ce gouvernement attaque de plein fouet le code du travail mais pas de front. Ses méthodes sont plus habiles et sournoises. Il faut avoir l'oreille bien tendue pour suivre les changements et du coup, les manifestations contre la perte de nos droits n'existent plus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart