"les marchés ouverts seront fermés"

C'est par ces mots surréalistes prononcés par le premier ministre de la république française, que l'on apprend que son pays vient de basculer dans une forme de totalitarisme hygiéniste des plus absurdes qui soit : le confinement.

Bien entendu j'entends déjà les cris rageurs et hystériques de ceux qui disent amen à tout ce que ce gouvernement (et celui d'avant, et celui d'avant...) nous propose en général et en particulier lors de graves crises (terrorisme, pandémie) comme celle que nous traversons. La peur sans doute...

Je le vous dit tout de suite : halte là. Je ne conteste absolument pas la gravité ou la propension à la contagion éclair de ce virus, je ne suis pas virologue, ni médecin. Mais j'entends ce que dis par exemple le Pr Raoult qui semble à la fois rassurant sur le plan médical et inquiétant sur le plans politique et sociétal.

Et comme je le rejoins... Car comment ne pas être plus inquiet des conséquences pour la démocratie que du virus lui-même quand on voit se fabriquer heure par heure sous nos yeux ébahis un bricolage législatif dont on peine à voir les ressorts légaux (y en a t-il seulement ?) dans la plus complète inprovisation, un ministre disant ceci et son collègue nous disant l'inverse une heure après. Il faudra en faire l'inventaire une fois la fin du monde finie... Et au besoin contester tout cela devant la CEDH ou la CPI pourquoi pas ? Au point où on en est...

Ce serait à se taper le cul par terre de rire si les conséquences en étaient moins dramatiques. Le hic c'est que des gens meurent de leur connerie, de leurs conflits d'intérêt. Il faudrait aussi faire un inventaire des injonctions toutes plus débiles et contradictoires les unes que les autres dont nous avons du subir la litanie depuis deux semaines. Le symbole de leur immense connerie étant pour moi l'agriculture. On nous informe que les marchés ouverts seront fermés, tout en gardant ouverts les marchés fermés. (les lieux clôts étant bien entendu plus sûrs que dehors...) Et on nous demande aussi de façon autoritaire en fronçant bien les sourcils de papa pas content qu'il faut rester chez soi, encore plus que la semaine dernière, hein. Mais il faut surtout aller dans les champs aider ces pauvres agriculteurs,("l'armée des ombres" pauvre connard de ministre de l'agriculture qui ne sait pas que l'armée des ombres c'était la Résistance française face à l'occupant nazi !)) qui n'ont plus de Roumains à se mettre sous la dent. Tout en restant chez soi, tout en achetant des légumes espagnols à Carrefour....

Alors je pose cette simple question : qui a encore suffisament de neuronnes en état de fonctionnement pour ne plus obéir aveuglément à de telles médiocres et ridicules saillies ? Qui ne veut plus écouter ces idiots ? Leur immense incompétence semble proportionnée à leur envie de fliquer l'ensemble de la populace : moins je gère, plus je te punis.

Reste chez toi. Assis, couché, debout.

Quand cela est possible et relève du bon sens (comme d'aller faire ses courses dehors et pas dedans) j'aimerai que l'on cesse collectivement d'obéir. Là maintenant, de façon massive et coordonnée. Et je pense que rien de moins que sauver ce qui peut l'être de nos droits fondamentaux est en jeu, ni plus ni moins.

Merci.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.