encore un TRUC (réussi...) à propos de la psychiatrisation - misogyne - des malades

ÇA permet donc d'enfoncer, mais aussi d'exclure de leurs droits élémentaires encore plus de monde - et notamment des nanas donc, par " simple " misogynie

excusez-moi, mes potes/potes  embarassed → j'ai encore " oublié "  frown d'en parler - mais c'est vrai que plus j'avance en âge ... plus je réalise que j'ai " assisté " à des " choses " proprement HALLUCINANTES  frown donc notamment en gériatrie, et ce dès mon remplacement de femmes de ménage avant de commencer médecine, avec ce    " Grand " Patron qui - dans la plus parfaite inconscience - n'assumait rien de toutes les TORTURES qui se donnaient libre cours dans ses se(r)vices, le mec  kiss qui avait pas de khouïlles mais qui croyait avoir la plus grosse  undecided ⇒ on devait donc " SUPPORTER " une sorte de DOUBLE BIND vraiment bétonné  : je fais n'importe ouate/ce que je veux  tongue-out et je me fous-je m'en fous complètement des malades - MAIS vous DEVEZ me respecter parce que c'est AU NOM/en VERTU de la Médecine tongue-out et Soi-disant POUR LE BIEN/DANS LE RESPECT des personnes âgées ... oui, le sommeil de la " raison " engendre des monstres, pas besoin d'être sadique pour pratiquer/promouvoir la torture : il suffit d'être coincé (givré, oui yell) dans un sentiment de toute-puissance infantile où l'on croit/affirme avoir toujours RAISON, où l'on ne s'intéresse qu'à Soi, en utilisant en plus la " Science " pour donc, dire avoir toujours raison, mais une science appliquée sans réfléchir surprised (un COMBLE, donc  frown), notamment à ses effets sur autrui  ⇒ là où pour être sadique cela nécessite d'avoir de l'empathie, de savoir/comprendre où/comment on va faire mal, dans les cas de ces (pauvres) types innocent se croyant sur-puissants (oui, les autres toubibs faisant pareil, tout/s à leurs concours de bytthes), ils arrivaient à faire des dégâts sans [s'en] rendre compte(s) ... absouts d'avance par la Médecine, supposés " savoir tongue-out ce qu'ils faisaient - dans la plus totale indifférence pour les malades, de surcroît pris comme/pour des objets (c'est plus facile  tongue-out... oui avec des fois des frontières un peu floues/des zones grisâtres

malade-ide-limite-gif-6-8-18

le TRUC que j'ai " oublié ", que j'oublie toujours, vous savez c'est rapport à deux billets en arrière environ - quand j'ai commencé à parler des éléments de langage psychologisant(s)  tongue-out          et rapidement psychiatrisants frown utilisés par tiens!  encore les bien soumis(es) au Patriarcat kiss      qui donc sont des hommes et des femmes  pour con-damner les nanas alors qu'en vraie psychologie (aussi) rien n'est jamais figé  wink non plus  d'ailleurs en prenant par/pour exemple ce qu'ils/elles assènent aux victimes de violence(s) sexuelle(s) notamment dans les comm' même sur MEDIAPART, leur baratin alambiqué  undecided avec des mots savants dedans (pour faire) comme s'ils/si elles savaient plus de choses que les victimes, et surtout que ces " dernières " aiment la violence et désirent être des victimes, et sinon, quand elles sortent la tête et se mettent à parler, qu'elles sont en clair hystériques  laughing le grand classique, " mythomanes ",          " dépressives ",  jusqu'à " bipolaires " pour disqualifier leur(s) parole(s)  ... parce que     ce sont eux/elles - les phallocrates/misogynes  kiss - qui désirent qu'elles restent bien à leur(s) place(s) de faibles femmes soumises à toutes les fantaisies des Hommes → donc à propos de ces mots " savants " passés dans le langage public  tongue-out j'expliquais que " bipolaire " notamment, ça s'originait de l'ancienne psychose bipolaire et que maintenant ça autorise les psychiatres  money-mouth bien misogynes  - et d'autant qu'ils se prennent et veulent être pris pour des Patriarches ... de la Médecine, sans l'avoir pratiquée  jusqu'à utiliser des neuroleptiques pour délabrer  frown physiquement et psychiquement les nanas pour continuer à bien les écraser et se montrer ipso facto/se sentir très au-dessus d'elles voyez, c'est assez primaire quand même

nana-tactic-gif-16-4-18

et je vous ai dit que les psychiatres® qui veulent se montrer plus forts que la Médecine elle-même - et pour gagner des parts de marchés  money-mouth infiltrent donc et pourrissent toutes les (autres) spécialités déjà avec leur langage " savant " ⇒ quand on n'a pas d'empathie, quelqu'un(e) de malade passera vous avez vue l'astuce undecided pour dépressif/ve suivez mon regard  - au(x) passage(s), c'est rassurant de voir que même des psychiatres ne savent pas/s'en foutent de ce que ça donne, ni diagnostiquer, une vraie dépression - sans compter qu'une maladie non soignée tu as toutes les raisons de devenir je ne dirai pas dépressif/ve, mais désespéré(e) : pas grave, on dira que c'est une " dépression ", donc de TA faute comme les victimes qui ont qu'à rester des faibles femmes et le rester, c'est leur Destin comme ça, HOP ! ce sera pas de la leur  innocent quand ils ont pas envie de bosser  wink - et je vous ai évoqué le cas des/de la douleur(s), du pain bénit pour eux, mais perso j'en ai horreur  frown j'ai déjà dit que je préfère traiter et avec d'égale à égal(e) et que je trouve que la/les douleur(s) ça diminue tellement les malades frown → mais ça leur SUFFIT pas, il faut encore qu'ils enfoncent le clou dans du pain bénit, trop facile  tongue-out - en disant que la douleur ça fait pas mal (donc " déjà " les psychiatres  money-mouthpuisqu'ils connaissent rien à la médecine, et donc d'après eux que c'est jamais rien) et que c'est dans la tête, donc une " dépression " ... et surtout si tu es une nana, la misogynie patriarcale n'étant plus à prouver avec toujours le recours à la bonne vieille hystérie toujours prête, et maintenant de la " bipolarité ",  pour " expliquertout  tongue-out ... y a donc le fameux " raisonnement " inverse de la casquette qui rend chauve : c'est pas la douleur non soignée qui finit par te coller une déprime, (perso c'est d'être pas soulagé(e)s de tes souffrances à mon humble avis qui finirait par être " déprimant ", mais passons  wink) c'est parce que tu as une déprime que tu as des douleurs ... et dans le cas des nanas, la con-damnation est toute prête, comme elles sont forcément hystéros, mythos, bipolaires, c'est rien ou plutôt c'est de la psychiatrie  surprised bien patriarcale → mais ça père-met quand même/aussi de les neuroleptiser, comme ça elles seront encore plus diminuées (ça, avec le rouleau compresseur de neuroleptiques, aucun problème  laughing) et eux d'autant plus mâlement grandis en face ... et donc ce genre de " raisonnement(s) " a envahi tout  " le reste " de la médecine, où les autres " Grands " mâles aussi se sentent si forts face à la souffrance des autres - et de ne rien faire pour les soulager  tongue-out → et les nanas encore plus, et même, de les écraser toujours plus de tant de supériorité  langagière et chimique - et en plus, elles seront faibles par leur(s) faute(s)  winkça PROUVE bien qu'Ils sont supérieurs  tongue-out

miso-gif-19-11-17

donc si j'ai " oublié " - disons, si j'ai eu du mal à vous en parler  frown dans le détail et le détail est diabolique, en nez fait  frown - c'est parce que donc perso je n'aime pas la/les douleur(s), et de voir les autres dont les malades en l'occurrence, diminué(e)s - m'étant intéressée +++ aux traitements de la douleur et à la gériatrie - oui, là où les gens sont les plus vulnérables et où, en plus, ça n'intéresse pas grand monde c'est pas assez "  héroïque ", j'avais notamment faite enfin financée ma thèse  money-mouth sur comment soigner les malades en fin de vie chez eux/elles, à leurs domiciles retournant ipso facto toute la médecine qui pense que les malades vont lui arriver sur un plateau - technique - en l'envisageant du point de vue des malades, pour voir comment elle pourrait leur servir (d'ailleurs je savais bien que ça plairait pas aux Grands Patrons de la fac, tellement éloignés en Hauteurs des malades et du terrain, et j'avais pris pour exemples/cas cliniques des malades cancéreux, pensant que là, quand même, Ils ne pourraient pas discuter le fait qu'on veuille les soulager, notamment de leurs douleurs → eh ben si, Ils n'ont toujours pas compris au nom de quoi je m'intéressais aux malades, mais passons  wink) - notamment dans cette thèse, en compilant plein d'articles et de recherches, parce que les trucs les plus simples et les plus utiles il faut aller chercher loin, j'avais appris que les neuroleptiques, mais SEULEMENT à TRÈS FAIBLES doses  laughing ⇒ donc SANS les effets secondaires ... DÉLABRANTS habituels UTILISÉS POUR casser les malades et surtout les nanas  wink ... ces neuroleptiques très faiblement dosés avaient la propriété de pouvoir soulager certaines douleurs résistantes aux antalgiques usuels - et aussi certaines douleurs neurologiques très typées/très particulières (par compression de nerfs, ou de la moelle épinière) pas si fréquentes parmi la quantité de douleurs qui peuvent s'abattre sur les malades  

forget-malade-gif-16-6-17

et donc devinez aminches  frown ce qu'Ils en ont fait, de cette véritable connaissance scientifique sur une propriété particulière de quelques neuroleptiques ciblés → oui, comme déjà Ils ne savent pas surtout les psys  wink et n'ont pas envie de prescrire des antalgiques, préfèrent dire qu'Ils sont plus FORTS que les malades - et encore plus, de(s) Grands Mâles devant les nanas qui souffrent, eh ben ils ne donnent pas d'antidouleurs puisqu'aussi, c'est dans les têtes  innocent accusent les gens de dépressions, de bipolarité et d'hystérie les nanas, qu'il faut CALMER, et donnent d'emblée je vous le donne en mille pour quasiment n'importe quelle douleur  surprised notamment un vieil " antidépresseur "   ... extrêmement sédatif, le Laroxyl, à n'importe quelle(s) dose(s) mais surtout des grosses du genre mille fois plus que celles qui calmeraient une douleur neuro, et je ne plaisante pas  frown parce que de fait(s), aussi Ils ont remarqué qu'à fortes doses il avait quasiment les mêmes effets que n'importe quel neuroleptique sédatif  surprised c'est-à-dire que plus on augmente les doses, plus il y a de la/des confusion(s), donc des chutes qui aggravent aussi bien les douleurs, des difficultés majeures d'élocution la nana a qu'à se taire de toute(s) façon(s)  wink une prise de poids énorme voilà, on l'avait bien dit, c'est parce qu'elle se laisse aller  laughing et évidemment, des  ...        " perturbationsmajeures de la vie sociale, amoureuse, professionnelle etc. en plus des douleurs préexistantes bien sûr  wink - voilà, c'est comme ça, ça rend même muette ta frangine hein ? qu'est-ce qu'Ils feraient pas hein, pour dire que c'est de la FAUTE des nanas, qu'elles sont faibles et soumises et si vulnérables alors qu'en face, ce sont des Vainqueurs insensibles à la/aux douleur(s) des autres et donc des nanas, qui sont si doudouilles ? ... heureusement qu'Ils ont oui les neuroleptiques  frown et le Laroxyl  money-mouth notamment, devenu une véritable MODE comme la bipolarité  undecided donné largae mani à toutes les nanas qui osent se PLAINDRE de douleurs ⇒ toutes sortes de douleurs, et qui traînent " un peu " ... parce que pas soignées  ... c'est pour ça, c'est de ça que j'ai eu et ai tellement de mal à vous parler  frown mes aminches - déjà de voir un(e) malade écrasé(e) de douleur(s) ça me défrise, alors quand on arrose par-dessus avec des substances toxico-délabrantes, oui, ça me fait perdre tous mes tifs ... sur ce, je dois vous laisser, je reviendrai et pour toujours des corrections je dois vous parler encore de la " domination " masculine au quotidien, et en nattendant je vous fais SURTOUT des gros bisous d'amour  embarassed

mon-diable-zedevilinmi-26-2-17

 

NB trop pratiques les psychotropes : extrêmement addictifsmais on le dit pas , c'est du           " soin " - du Grand Art psychiatrique, ça donne des fonds de commerce à " vies "  money-mouth et pour les psychiatres money-mouth l'occase de se rancarder sur toute la médecine, d'exercer leur curiosité malsaine aussi sous prétexte d'empathie, de profiter des et de reluquer les souffrances des autres, de s'ingérer dans les vies des gens, d'asséner des jugements de valeur etc. " y a qu'à faire des efforts " " y a plus grave que ce qui vous arrive " etc. TOUT ce qu'Ils veulent

NB2 : et dites donc  surprised je viens de jeter un coup de nœil sur le Laroxyl sur internés, c'est impressionnant : les indications officielles via le site du Vidal restent la dépression et ces douleurs neuros très particulières dont je vous parlais  wink avec les effets secondaires mentionnés se rapportant déjà rien qu’à cette classe d'antidépresseurs anciens et costauds qui sont donc déjà assez graves, mais toudesuite après on a tout un baratin         " explicatif  " via plein de sites de " santé " qui t'expliquent que c'est TROP top  tongue-out t'as une petite déprime t'as qu'à en prendre plein de gougouttes, c'est pratique y a qu'à le boire  laughinget puis, puisque ça coûte pas/plus cher puisque c'est dans le domaine public® y a qu'à y aller, prenons-en PLEIN, puisque soi-disant zum Beispiel « dans les dépressions t'as du mal à t'endormir » fascinant  surprised - c'est toujours pareiln'importe quel(le) crétin(e) AFFIRME haut et FORT n'importe quelle conerie, c'est forcément de la science  innocent autant prendre ça comme un sirop avant de te coucher → sinon attention maintenant ça marche sur TOUT laughing → de la fibromyalgie même s'ils savent pas ce que c'est  wink aux ... tendinites (une petite foulure ? pas de problème(s), on vous a dit que ça marche !!! HOP je m'ai tordue la cheville, y a qu'à me siroter un litre de potion magique  laughing) en passant par les migraines pourquoi pas !!! et y a même rajouté que « puisque c'est pas un tranquillisant » (... non c'est " juste " un psychotrope HYPER sédatif qui peut conduire à un état véritablement crépusculaire - d'ailleurs je suppose qu'on peut même conduire avec  wink et HYPER-addictif → et un vieil antidépresseur costaud qui cumule les mêmes maousses effets secondaires que les autres premiers de la classe  tongue-out avec ceux, à l'usage, massifs, des neuroleptiques, hyper toxiques et dévastateurs physiquement et psychiquement) y a/aurait PAS d'accoutumance   innocenttu parles !!! et qu'y a qu'à en prendre plein  tongue-out  non mais je l'crois pas je RÊVE !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.