une nana ÇA doit rester décoratif

sans transition - c'est un peu le bazar actuellement, avec mon déménagement

donc quand on est une nana on a intérêt à faire la/être mignonne, bien cone et à se taire  laughing→ déjà toute petite j'ai appris à me taire, parce que de parler je risquais gros  surprised rien que de poser une question pas cone ça les défrisait en face  ⇒ il ne fallait même pas avoir l'air intelligent(e), ne parlons surtout pas de penser  surprised (... mais zum Beispiel à l'adolescence ça se gâte, tu t'exposes un peu plus parce que justement je suppose que c'est  les hormones tu parles plus et ipso facto tu te mets en danger  surprised cf. ma prof principale qui me fait envoyer en 4ème à un psy money-mouth - elle avait donc [même] pas les khouïlles de m'expédier à un psychiatre, elle a " conseillé " à mes vieux que j'aille voir un analyste - parce que selon elle, j'avais « trop de sens critique » laughing→ à l'école on te dit touletemps que tu dois t'exprimer  laughing mais le deal sous-jacent c'est que tu ne dois parler que de fleurs & de papillons, et sinon tu dois surtout dire & répéter que tu respectes & aimes tes parents, or moi j'avais juste dit que je conprenais pas pourquoi des " êtres " disons, des personnes si différent(e)s se mettaient ensemble → j'avais même pas dit « si c'était pour se taper dessus toute la journée » ... rien que d'énoncer la première partie, hop ça avait été direct le psy), utiliser son cerveau c'est interdit ... et donc même le psy Il a dit que j'allais pas dans la  direction qu'Il souhaitait

2-8-16-arendt

y a pas, les nanas ça doit rester une espèce de sous-race humaine  laughing ⇒ disons que t'es tout " juste " bonne à écarter les cuisses pour qu'Un Homme kiss puisse venir te déflorer tiens, justement ! c'est peut-être pour ça qu'on doit tellement aimer les fleurs wink et prouver ainsi qu'Il est en bon état de fonctionnement → je vous dis pas les efforts déployés en ce " sens " par mes vieux, pour [essayer de] m'enfoncer cette unique " vérité " transmise de génération en génération depuis des temps immémoriaux dans le crâne : évidemment, le discours ne se présentait pas comme ça, pas de façon aussi crue, chocking ! et puis peut-être que ça leur aurait faite réaliser la conerie de ce à quoi ils obéissaient depuis des lustres, ou s'efforcaient de se cons-former, même s'ils en avaient été eux-mêmes complètement détruits, même plus des zombies, mais morts depuis longtemps  frown ... mais vous aviez ma mère, un véritable bulldozer, devenue une vraie mégère à peine atteinte la trentaine  frown → le proto-stéréotype de la nana frustrée qui avait con-volé en justes noces comme on dit undecided avec un quelconque chef de service dans une quelconque entreprise money-mouth (uniquement parce que porteur de ses bijoux de famille, qui s'emmerdrait à mourir déjà aussi) - donc une petite bytthe qui savait pas quoi en faire, fantasmait des viols notamment sur moi, puisqu'une des rares avec ma frangine à passer à portée  wink et sinon que j'ai vu émoustillé/rougissant comme une midinette kiss une seule fois dans sa courte vie noyée d'alcool, quand il est tombé par hasard sur un ancien copain de régiment, enfin Un Homme Un Vrai  embarassed → ma mère donc, aussi douce et sensuelle qu'un caterpillar qui me sortait régulièrement que je devais porter des dentelles et du blanc et du rose et du doré et me coiffer « comme une jeune fille » ⇒ bref d'après elle, être appétissante laughing et tant pis si je finissais d'ailleurs immédiatement, à peine passée la nuit de noces où le mec t'a perforée au travers de tout cet emballage, en vieille rombière desséchée anorgasmique pour toujours, dégoûtée de tous les mecs à jamais - qui, je la cite : « te touchent le cul, fais attention » surprised ... non mais quel bonheur !

gif-nana-miso-28-10-18

dur d'accepter de se laisser réduire à ça quand même, à des trous enveloppés de fanfreluches roses qui se font pilonner régulièrement, ah oui, et puis qui sinon doivent procréer quasi-exclusivement une engeance mâle con-firmé donc par mes véritables premières analystes money-mouth persos, pourtant choisies mais par élimination c'est vrai, vu(s) que les mecs analystes aussi, dès que j'alignais une phrase complète et surtout que je disais que je voulais commencer des études, se montraient immédiatement sévèrement traumatisés - même prostituée donc ça aurait plus rencontré leur agrément wink → d'ailleurs le premier truc que ma mère  kiss m'a sorti quand je l'ai revue des décennies après, en voie de terminer ma thèse en bouffant des nouilles deux fois par jour et sans petit-déjeuner, ça a été : « est-ce qu'au moins tu m'as fait un petit-fils ? » sic  ben ouais, faut la con-prendre, la nana kiss elle avait quand même passé une partie de sa vie avec une khouïlles molles à lui taper dessus et au début à se le taper, et elle n'avait réussi qu'à pondre que deux filles surprised anus horribilis, en plus, dont l'une par-dessus le marché  wink avait faite de la résistance pendant quasi 18 ans sauf peut-être les deux premières, où tu es quasiment obligée de te laisser manipuler - et plus ou moins taper dessus vu que tu es réticente, le délai légal de l'emprise parentale ...

gif-miso-dieu-27-10-19

                               les nanas sont less ambitious (et excusezça veut pas bouger, le GIF ...)

pendant les études et les stages à l'hosto, et qui durent longtemps payée 300 FF par mois à 70 heures/semaine nuits incluses, c'est vrai, pourtant on te fout assez la paix → mais c'est normal aussi, quand on y pense, puisque tu sers tongue-out " un peu " comme les mecs qui servent de chair à canon en temps de guerre, tu bosses pour toulemonde, pour les infirmières, les aides-soignantes, les brancardiers, tu sers de défouloir aux grands patrons et à tous les petits chefs qui passent - et puis toulemonde est rassuré PUISQUE tu apprends pas grand chose  frown ... après, " à partir " d'interne, ça se gâte parce que tu as des responsabilités laughing - et les postes de merdre qu'on " t'offrira " pourtant hyper mal payés ça déclenche la jalousie meurtrière des autres nanas  kiss et les mecs te font bosser à leur place donc tu as une tonne de boulot, c'est déjà dur, et si en plus tu veux quand même vraiment bosser sans aucun espoir de vrai statut si tu as pas un papa ou un marri qui est Chef avant toi  tu as automatiquement la horde d'infirmières kisscontre toi et elles sont nombreuses, et elles ont le temps, et puisque tu as toutes les responsabilités alors que les mecs portés aux nues phouttent pas grand chose et même, que tu rattrapes leurs " bourdes " ⇒ imaginez comme c'est facile de te coincer (mais bon, on peut toujours compter sur leurs bêtise & incompétence, heureusement laughing )

nana-coco-6-8-18-gif

dans ce système (macho-patriarco-capitaliste) évidemment ce sont toujours les malades qui paient, puisque la plupart des nanas toubibes à l'hosto au lieu d'apporter kèkchose de spécifique et de tout tirer vers le haut s'alignent & se soumettent, non seulement aux mecs en faisant donc les mignonnes devant, des courbettes mais aussi aux redoutables infirmières qui te tirent vers le bas en t'acceptant seulement si tu te moques de ton métier - et donc te rabaisses toi-même en violant le secret médical, en participant à leurs ragots puisque c'est si féminin de parler chiffons et fleurs & papillons  laughing etc. ravies que tu soies sous-payée et que tu fasses tout le boulot - enfin la plupart des nanas  kiss laissant tomber et ne s'investissant plus, se moquant également des malades pour avoir la paix, donc - et donc se rabaissant elles-mêmes undecided par la même occase mais ça, elles ne s'en rendent même pas compte, on leur a dit qu'un nana devait être cone, elles obéissent laughing braves petites soldates ... y a pas intérêt à s'intéresser à la médecine ou aux malades, surtout pas, non, tu dois parler de ta famille de tes enfants de ta vie privée et dépiauter la vie privée des autres, une fois de plus tu dois être oui, décorative wink et surtout pas intelligente → au début du billet je parlais de ma prof principale qui m'envoie chez le psy money-mouth parce qu'une fois j'avais parlé d'autre chose que des fleufleurs & papillons, j'avais osé avancer une maigre critique de ma « famille »  si elle avait su /vu l'enfer que c'était  surprised - on en rigole, mais ces temps-ci je repense à quand j'ai réussi, après un état de choc et de la réanimation à domicile organisée par maïlleuselphe, à me faire hospitaliser dans le se(r)vice hospitalier idoine - je vais pas vous dérouler tout le parcours de la combattante, les médecins machos-misos-méprisants trop contents de me reluquer au fond du trou venant visiter chez moi, se phouttre de ma gueulle, me demander " où c'est que j'ai faites mes études ", me dire que c'était rien ou une petite gastro (ou dans le meilleur des cas me demander à quoi servait l'hormone dont la carence - ou la chute libre - avait entraînée cette énorme urgence " connue " pour être l'une des plus grosses urgences médicales wink) mais quand je repense à l'attitude des cheffes  money-mouthde se(r)vice devant moi hospitalisée je me dis que pas grand chose n'a changé depuis mes classes de 4ème et ma prof de français scandalisée que j'ose critiquer mes vieux et donc avoir un peu de cervelle  surprised → ce qui impose immédiatement qu'un psy money-mouth te " soigne " enfin disons te rééduque et te re-mette à ta place ou au moins/ipso facto, certifie que tu es folle  laughing

psychiatrie-malade-electrochocs-19-9-17-gif

non parce que je le crois toujours pas  surprised aminches, les nanas, je fais l'urgence la plus grave de leur spécialité, elles savent même pas que c'est une urgence, elles se demandent pas comment je suis sortie de l'état de choc initial, comment j'ai fait le bilan, ni comment j'ai déménagé (eh oui déjà à l'époque j'avais déménagé sur 800 km notamment pour changer d'hosto aussi puisque déjà là-bas les secrétaires kiss médicales se bidonnaient comme des baleines en me filant royalement un ... RDV de consult pour 4 mois après  laughing non les nanas kisselles venaient pour faire salon dans ma chambre, pour me reluquer et tenter de violer ma vie privée, déçues quand même que je soie pas aplatie comme une crêpe devant elles déjà par les symptômes (ben non, puisque je m'étais prescrite le traitement, eh solanacées  tongue-outelles avaient même/toujours pas conspris ça ! ... tellement les gens leur arrivent sur un plateau technique à l'hosto et elles n'en ont plus rien à phouttre de rien ni des degrés d'urgence, y a que leurs égos qui comptent et de pouvoir minablement se pavaner devant des malades archi-vulnérables  frown c'est d'ailleurs tout ce qui leur reste comme " pouvoir " puisque tou(te)s soumis(es) comme des carpettes à l'armée de gestionnaires), donc de frimer mais toujours de colporter des ragots avec les infirmières, mais les nanas in fine pas plus contentes que ma prof de 4ème donc que je ne fasse pas la mignonne bien cone devant Elles  frown → et hop, devinez quoi, à la fin elles me collent le psy(chiatre) money-mouth pour ... dépression !    ce n'est pas normal d'avoir un cerveau et du courage et de s'en servir, pour une nana surprised⇒ les nanas, mortes vivantes, confites dans leurs blouses immaculées, fonctionnaires épuisées, ne s'intéressant à rien d'autre qu'à elles-mêmes et y avait pas grand chose ... obéissantes comme des toutouttes à la moindre émanation de l'administration et de la direction, parlant chiffons et toujours fleurs & papillons avec les infirmières  innocent - la dépression, bien sûr c'était pas elles, c'était moi ! la misogynie crasse de notre « société » les nanas innocent  y participant allègrement à peine elles ont un petit poste de " pouvoir elle peut faire appel à/compter sur la psychiatrie money-mouth " patriarco " - répressive, qui marche pas, qui accourt illico ... bon, sur ce, je dois vous laisser mes coco(tte)s  wink je reviendrai, rien que pour les corrections déjà, et en attendant, je vous fais tout plein de très gros bisous d'amour  embarassed mieux que leur haine

19-8-16-diable-bisous-clignants

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.