PSYCHIATRIE, suite : l'ignorance, c'est la force

salut tout le monde  embarassed → non mais je l'avais oublié celui-là, le xièmemâle psychiatre  kiss     " expert "  money-mouth auquel j'ai dû amener mon dossier médical (médico-chirurgical) pour que ma caisse privée puisse ne pas m'indemniser et m'exclure de mes droits, garanti sur facture, on devine ce que va devenir une jeune nana généraliste en arrêt de travail après de la chirurgie face à un soi-disant expert  tongue-out qui a fait des demies-études de médecine et pour qui les nanas sont automatiquement des hystéros dépressives juste bonnes à enfanter et à obéir au(x) Mâle(s)  undecided → du pain bénit  innocent ils espéraient du pain perdu après les accidents, la chir, et sans indemnisation veux-je dire, donc avec ouam qui leur arrivais toute crue  money-mouthdans leur grandes gueulles, pour se rancarder sur mes vies privée te faire immanquablement le coup de ta vocation loupée de femme au foyer et professionnelle - pour donner en plus leur avis sur la médecine comme toujours et paraître des vrais Docteurs, si mâles, les cuculs bien calés dans leurs fauteuils avec leurs menspreadingstu m'étonnes que la caisse les aime bien, quand tu vois le genre de " diagnostic(s) " :

expertise-psy-hypomanie-depression-medicaments-14-1-18

de telles connaissances si pointues en pharmacologie, ça mérite d'être souligné ... mais sinon, à part qu'ils se délectent de ce qui t'es arrivé au passage  money-mouth - circulez, il s'est rien passé, mais dès que tu articules trois phrases tu es bien sûr hypomane  laughing nonobstant le fait qu'ils ont adoré entendre parler de mes " difficultés " → toujours pour se montrer supérieurs en face, et si tu parles c'est parce que bien sûr aussi tu abuses des médocs, les bénéfices secondaires qu'en fait tu recherches et c'est pour ça que ta soeur est muette non que tu as eu un ou des accidents, parce que tu aimes tellement ça  laughing ⇒ attention ne pas parler de la douleur, sinon automatiquement tu te plaindras de trop  surprised ce sera non plus une situation dépressive mais c'est toi qui le seras  wink - de toute façon tu es coincée face à de si Grands Docteurs, et quelle belle occasion donc de casser une nana qui veut s'en sortir ... donc si tu veux t'en sortir t'es hypomane, si tu as mal t'es dépressive - et de toute façon tu es hypomane et dépressive - mais c'est pas encore suffisant, si aimes ton métier c'est pathologique aussi parce que tu as en plus une " surestimation du moi  " : le mec qui n'est pas médecin a même des avis des " idées " sur le métier de généraliste, c'est vrai qu'Il est " spécialiste " → c'est donc péjoratif/pathologique d'aimer son métier et de vouloir aider les malades  wink rappelez-vous du psy qui m'avait appelée d'extrême urgence pour son fils qui faisait une sieste et qu'il croyait en train de calancher, il a quand même été bien content que je me pointe en vitesse un dimanche après-midi à son secours ... et (tout) ça, attention, c'est une expertise médicale   money-mouth

expertise-psy-2-12-17-page-quatre-appel-confreres-encore-17-4-18-rectifs

il faut dire que la " médecine ", utilisée pour se montrer Fort en face des malades, et ici la psychiatrie, utilisée pour rabaisser et condamner les nanas pour se sentir Un Homme  kiss(et) Fort en face, c'est quand même fort, oui ; l'Homme a parlé ⇒ la femme qui lui est forcément inférieure se tait - pas grave si c'est bourré de contradictions, étant donné qu'ils étaient tous en train de chercher furieusement dans leurs têtes les éléments de langage psychiatrisant(s) les plus péjoratifs possible, sans se soucier encore moins que d'une guigne  de la réalité en face : c'est ainsi donc que tu te retrouves hypomane et " en même temps " dépressive, bien sûr automatiquement plus ou moins sous-entendu hystérique, atteinte    de sinistrose (ça ça a été une fois où ça se " voyait " que j'avais très mal, c'est devenu immédiatement une dépression donc grave, puisque je parlais peu), c'est-à-dire que si tu leur parles gentillement  vu qu'ils ne connaissent rien à la médecine  d'égale à égal ça va pas  yellde suite  il faut faire l'hystérique certes, puisque c'est automatique chez une nana, la petite mignonne qui a pas de cerveau et qu'un utérus → c'est ce qu'ils attendent de toi  laughing

nana-tactic-gif-16-4-18

dans mon cas donc, étant toubibe, je me mets à leur place, leurs espoirs déçus  frown ⇒ ils s'attendaient donc à voir arriver une petite nana bien maquillée/coiffée (ce que le vieux psy paternaliste gluant  money-mouth a de suite mis dans son " expertise médicale " → ma présentation était pas suffisamment féminine ... on va pas mégoter sur les séquelles d'accident, cette lumière a mis que c'était sans doute parce que j'avais pas été indemnisée depuis des lustres, sous-entendu que j'avais donc plus de fric pour me pomponner suffisamment voyez un peu l'empathie) et qui pleurnicherait un peu sur ses ennuis de santé - l'hystérie  wink - mais en plus en face de tant Grands Docteurs nommés experts, qui attendrait leurs avis éclairés sur son dossier  c'est toujours les plus nuls qui sont les plus prétentieuxgrosse déception de voir que je le possédais quand même mieux qu'eux  yell ça se voyait bien qu'ils y pigeaient que béatrice, mais c'est pas grave, le matraquage était donc tout prêt : on a vu l'avalanche de noms d'oiseaux et contradictoires, et donc jusqu'aux avis sur les traitements contre la douleur qu'il ne faut surtout pas te donner   c'est mieux de souffrir  laughing

nana-suicide-gif-17-6-18

en fait(s), le mot d'ordre patriarcal reste " soit belle et tais-toi ", sinon, tu es anormale  laughing → c'est quand même merveilleux, sans doute, le top de pouvoir exercer un métier où on se sent fort d'écraser les autres au moment où ils sont le plus vulnérables, et de la part des gros machos  money-mouth qu'on a en psychiatrie de se sentir des Hommes en rabaissant puis en écrasant les nanas d'insultes, en plus en suggérant qu'on ne doit pas soigner leurs douleurs pour pouvoir toujours plus les insulter   wink - et ça ce serait de la médecine, non de la science  tongue-out puisque les psychiatres veulent à toute force être pris pour des scientifiques - alors qu'ils ne font qu'enfermer les gens dans leurs schémas mentaux ceux des psys d'une pauvreté extrême (désir de toute puissance, et contre les nanas, misogynie conssensuelle) et dans leur propre branche, ne sont même pas capables d'écouter les gens, raison suffisante pour les abrutir de médocs  money-mouth aussi (et en bons laquais des firmes pharmaceutiques et de leurs si féminines déléguées, puisque sans formation en pharmacologie)

medocs-encore-gif-8-6-17-coucou

non mais leur mépris/haine des nanas je l'ai bien ressenti  surprised - de lire ces courriers j'ai honte pour eux, il faut voir l'accumulation d'absurdités hors sol alignées juste pour me rabaisser, on sent la jalousie face à la nana qui aime son boulot et qui essaie de le faire bien, une atteinte à leur virilité sans doute, qui me paraît bien faible - de rester assis à disserter sur des dossiers médicaux où ils ne pigent évidemment rien mais dont ils arrivent à tirer des contre-vérités ahurissantes, quand ce ne sont pas des mensonges éhontés (y a pas eu d'accident, mais j'ai loupée une petite marche en faisant mon petit ménage, par exemple  wink) → dire que ces gens-là, en salissant toute la médecine, veulent être pris pour de Grands Docteurs, je me pince (comme avec ma première psychanalyste, la psychiatre  money-mouth qui voulait qu'étudiante, je la prenne pour une grande Docteur connaissant tout mieux que ouam, mais mieux que tout le monde aussi de la Médecine  tongue-out ... notamment en me faisant venir en séance après un accident déjà sous prétexte de me " réconforter "  undecided  ... et aussi, malicieusement la petite maline  kiss que je lui devrai la séance si je venais pas - moi qui avais pas de aucun fric déjà ... " parce qu'après un accident on est choqué(e) " : la nana assise confortablement en face de moi effectivement encore sidérée par le choc, avec son petit air supérieur, restant assise à me reluquer malsainement et me forçant à boire un café, comme ça en plus je serai plus à jeun - la nana avait donc suivi elle son analyse avant moi, visiblement pas très réussie si elle était même pas capable de se rendre compte d'un de son sadisme aussi basique - et pour le reste, projetant tout ce qui lui était désagréable sur les autres, à commencer par moi   " puisque les autres sont fous, Moi je suis saine d'esprit "  tongue-out facile hein !  on va quand même pas reculer devant la facilité  laughing → traiter les autres mais de taré(e)s, ça f(er)ait de toi un modèle de santé mentale)

ratched-gif-16-6-17

... de plus, ces mecs-là doivent être contents, leurs antiennes sont reprises par tou(te)s les médecins la plupart du temps à peu près aussi misos, qui ont pas envie de bosser ou/et qui considèrent que les gens doivent leur arriver sur un plateau, obéir et raquer : non, tu fais pas un AVC on mouille sa culotte parce qu'on ose pas demander un IRM en urgence aux radiologues  money-mouth qui ne travaillent que sur RDV et dans le privé, c'est de l'hystérie  laughing ou de la " merde psy " comme a résumé élégamment une nana interne et me l'a asséné parce qu'elle avait pas les couilles de demander une hospitalisation en extrême urgence  et que je marchais encore suffisamment pour qu'on me vire des urgences  → ouais, dans ces cas-là, on est coincée, je veux dire face à ce sadisme triomphant comme évidemment on est malade ou en position d'être écrasée comme dans les expertises, plus on est courageuse plus ça les amuse (comme ma première psychanalyste  money-mouth qui savait bien que j'étais pas une " femmelette " ⇒ raison supplémentaire triomphale de me demander de venir la voir lui montrer comment je réagissais à l'accident  wink) - c'est-à-dire que les jeux de cons, ça leur plaît évidemment beaucoup - encore plus raffiné que de dire que c'est rien, autant enfoncer le clou en taxant les autres surtout les nanas donc d'hypomanie, l'hystérie étant un peu galvaudée maintenant à force d'être utilisée, usée jusqu'à la corde ou de bipolarité (le dernier élément de langage à la mode, qui veut évidemment rien dire appliqué à n'importe quelle situation, mais un dérivé de l'ancienne psychose bipolaire maniaco-dépressive, donc surtout, un étiquetage bien péjoratif sous un terme savant qui fait qu'on est se sent supérieur(e)  undecided comme toujours) ⇒ c'est-à-dire que dès que tu parles, c'est toi qui est pathologique, ce qui ferait qu'en face, on est normal et surtout donc supérieur(e), puisqu'on con-damne ta parole en la disant anormale - quoi que tu dises, ça n'aura aucune valeur, et en face, puisqu'on s'est donné le droit de te juger, ce serait automatiquement parole d'évangile ou presque  tongue-out

psy-con-28-1-17

pour finir à ce que j'ai lu de mon propre " cas " , ce ne sont finalement que des courriers diffamatoires ... vous savez ce qu'on dit ? ‌" les avis, c'est comme les trucs du c., tout le monde en a un "  laughing - le tout, c'est d'être en position de force  tongue-out la " médecine " qui parle les malades, c'est une catastrophe - et dire que ça se veut de la Science alors que présentement, dans la psychiatrie dont j'ai tâté, ce n'étaient que projections misogynes, d'une jalousie et d'un sadisme avérés ... c'est quand même dingue, ce renversement complet des valeurs, assisté par la novlangue psychiatrisante, ces gens et ici des gros machos  kiss se cons-plaisant dans des torrents de haine misogyne, se lâchant via leur prose dite " experte "évidemment, des psychiatres  money-mouth voulant passer pour des médecins non, à toute force donc pour des grands Docteurs supérieurs à tou(te)s les autres, que voulez-vous qu'ils fassiassent avec contre une jeune généraliste qui en voulait, sinon profiter de l'occase des accidents suivie de chirurgie avec expertise ordonnée par les assurances, quand on a tout pouvoir en face et qu'on est même payés pour ça  pour défouler à la fois leur mépris des nanas à l'aide donc de leurs éléments de langage bien rodés, et leur ancienne jalousie mortelle envers les autres médecins, les vrais - en se délectant du contenu mon dossier pour finalement le falsifier, se " prouvant  "  undecided ainsi plus forts que moi et que les toubib(e)s s'étant occupé(e)s de moi avant - c'est oui quand même dingue de vouloir passer pour des Docteurs en enfonçant les gens dans leurs pathologies (qu'on falsifie  surprisedpour les annuler, ce qui ferait que zum Beispiel les antalgiques seraient déconseillés quand tu as mal ... puisque tu as pas mal et d'ailleurs qu'il y a pas eu d'accident(s) ou alors ils sont tout petits ⇒ puisqu'ils y connaissent rien ça n'existe pas  laughing), et en les pathologisant encore d'avantage en les enfermant dans d'autres " pathologies " " psychiatriques " qui ne sont que des projections de préjugés ici sexistes cloués dans leurs têtes  ⇒ ils veulent passer pour des médecins, des Docteurs à la fois du corps et du psychisme mais en racontant n'importe ouate sur le somatique et se délectant au passage par incompétence et souvent voyeurisme-sadisme des pathologies des gens et en collant des étiquettes péjoratives et enfermantes sur les comportement et les paroles des gens, atrocement sexistes sur les nanas  surprised par incapacité à les écouter : et ça, ça serait soigner ? sur ce, je vous laisse mes ami(e)s, je reviendrai  laughing et en attendant je vous fais tout plein de gros bisous d'amour  embarassed

psy-monty-gif-11-5-18

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.