j'ose pas penser à ce qui se passe à l'hosto maintenant

excusez j'ai vraiment pas eu le temps de mettre en forme beaucoup, je reviendrai - je sais pas quand ... j'ai du MAL aussi, comme en parlait Hannah Arendt, avec le mal banal-ordinaire par des gens " ordinaires " qu'on voit/qu'on entend tous les jours, une petite çalloperie ÇA en vaut bien une grosse finalement ...

j'essaie oui de pas y penser → l'hosto money-mouth j'y travaille plus - si c'est pour (y) " avoir " un quart de CDD à bosser jours et nuits sans récups 120 h/semaine comme avant payées 900 € par mois à me faire démolir par les cadres et les chef(fe)s de se(r)vices qui phouttent rien, c'est pas la peine - avec à bac + 15 en plus, cerise suprême sur la tarte à la crème rance un " statut " " d'assistante " pour que toulemonde dise que tu phous rien, que ta blouse est dégueulasse eux/elles ont large le temps de les faire laver et repasser dans les plis toulesjours, et que tu as pas d'empathie parce qu'évidemment, tu cours partout, épuisée pendant qu'eux/elles baratinent les gens qui n'y pigent rien  wink - donc par contre j'ai eue la malchance de devoir y passer y a une petite dizaine d'années une petite dizaine de fois comme malade ou déjà traumatisée, suffisamment zum Beispiel pour cons-tater à quel point ils/elles torturaient déjà particulièrement les personnes âgées frown - donc les plus vulnérables - à l'époque

dire que j'y étais allée avec des grosses urgences, donc parfois vitales pensant qu'ils/elles ne pourraient pas passer à côté  surprised mais si ! ils/elles peuvent ! j'ai eu droit à tout : empathie inverse à gogo(s) (« regarde-écoute comme Je suis un(e) Grand(e) Docteur(e) » de la part des internes se préparant pourtant à te phouttre dehors à pas d'heure pratiquement tant que tu peux encore ramper, jusqu'à la dernière des femmes kiss de ménage venue te donner Son avis) donc y conspris avec des urgences gravissimes (c'est l'occase de causer et de bien Se mettre en valeur  wink), voyeurisme et sadisme à donf  (tu ne peux compter que sur leur conerie pour couper aux pires voies de faits, heureusement qu'ils/elles ne savent pas à quel point tu souffres et imaginent encore moins les ressources que tu mobilises pour ta survie notamment en situation de stress extrême   enfin c'est vrai que le harcèlement que tu subis dure des heures quand même - je parle des se(r)vices des " Urgences " money-mouth : il faut évidemment que toulemonde puisse venir reluquer et t'emmerdrer, bien sûr également dans l'espoir que tu finisses par craquer, mais comme eux/elles c'est "juste " pour le fun/s'occuper entre deux cafés ou cases cochées dans leurs protocoles/s'amuser, et que toi c'est pour ta vie, tu as quand même un petit avantage - sinon je vous dis pas comme/bien ils/elles en profiteraient ...), jeux de con(e)s à l'infini : normal ils/elles sont anonymes et en troupeaux, allons-y gaiement, c'est là qu'on est les plus fort(e)s laughing - et ont/avaient bien conspris qu'il faut faire du fric avec les malades - et comme ils/elles obéissent quand même comme des petit(e)s mouton(ne)s à des cadres et gestionnaires même encore plus con(e)s qu'eux/elles, et donc qu'ils/elles ne savent même plus pour qui/pour quoi ils/elles " travaillent ", autant défouler leurs bas instincts, le seul véritable " pouvoir " qu'il leur reste donc sur les plus vulnérables en bout de chaîne alimentaire - le tout évidemment couvert par les éléments de langage bien rodés depuis des années qu'on entend partout et que le " grand " public gobe sans problème(s) mieux, il applaudit  undecided 

ouais je pensais à ça ce matin, notamment aux " Urgences " j'avais été épatée rien que par le nombre de cadres, j'en avais compté au moins 3 rien qu'à " l'accueil " de ce petit hôpital  money-mouth même donc avec des urgences évidentes, tu peux quand même souffrir entre nous soit dit le martyre avec des trucs même qui sont loin d'être létaux, mais là ça les faisait marrer (enfin, tout les fait marrer  wink) ... déjà entre parenthèses rien qu'à l'arrivée dans les locaux les plus inhospitaliers possible évidemment tu voyais bien que tout était fait pour que les arrivant(e)s soient complètement désorienté(e)s avec 0 fléchage pour commencer  laughing  - pourtant eux/elles qui aiment tant te montrer que tu es du bétail à l'abattoir - des guichets quasi fermés avec " juste " les pancartes écrit en hénaurme comme quoi « ils/elles sauvent des vies ailleurs » (et sous-entendu bien sûr que tu les emmerdres, non, que tu viens spécialement pour les emmerdrer, voyez, c'est bien pensé  wink) - comme ça si tu arrivais à choper quelqu'un(e) tu tuais immédiatement ipso facto des gens ... oh mes aminches, je vous dis pas les grandes blouses blanches bien repassées dans les plis franchement aminches, quand je tenais donc toute la maison de retraite et les Urgences et celles de tout l'hosto la nuit (+ la chir puisque le chir money-mouth admiré des " équipes " Lui, était nullissime) donc pour un salaire de misère, ma blouse était franchement dégueu et misérable aussi, mais je vois pas quand j'aurais pu la changer, j'arrêtais pas - je l'ai ramenée - la blouse, après 6 passages en machine elle est toujours dégueu surmontées des têtes des cadres exprimant à la fois une arrogance et une bêtise totales, fallait voir ça ! maintenant on peut plus, j'imagine même pas comment ils/elles doivent « accueillir » les gens  frown  enfin remarquez, comme ils/elles ont peur pour leurs féfesses, j'ai entendu que la plupart sont en arrêt-pas de travail, mais maladie (ils/elles vont revenir après, et bien reposé(e)s ...) quand je pense que les 5 cadres que j'étais obligée de me taper aussi - je dirai pas me payer - quand je bossais en MDR étaient payées des 2800€ ... à rien phouttre, sauf s'ingérer dans mon boulot pour le démolir, bon, passons, oui, morte de rire - et tu dois les prendre pour des Docteurs ... 

y en a un kiss qui avec une fracture de colonne moi - je vous dis pas le calvaire pour arriver jusqu'aux Urges - qui a balancé le courrier que j'avais eu du mal à faire faire par une toubibe, en ville ils/elles sont aussi nul(le)s en le froissant sur la paillasse, pour bien me montrer comme il s'en phouttait - un jeune, qui t'arrosait de Son mépris, draguait au passage les stagiaires pour te montrer encore plus combien tu comptais pas aussi mais comme Lui était à l'aise et avait tous les droits, mais surtout s'il y avait pas eu la vitre du guichet, tu avais la nette impression qu'il allait te gifler tellement il te haïssait  visiblement  (mais attention, ce sont « les patients qui sont agressifs » hein, n'oubliez pas  wink) ... un autre à l'intérieur, avec une blouse encore plus immaculée et plus longue qui se pavanait dans les couloirs toute la journée - je l'ai jamais vu le soir à partir de 16 heures et encore moins le WE bien sûr, toujours pour qu'on croie évidemment que c'était un Grand Docteur aussi, qui sinon s'amusait à ouvrir les portes à la volée avec toujours le même sourire à la con jusqu'aux noreilles, qui te parlait avec une voix vous savez toute chargée de fleurs & papillons  kiss comme si tu étais la dernière des daibilles, ça c'est ce qu'ils/elles appellent de l'empathie vous savez : " ça vaaaaaaa ? qu'est-ce qu'elle a la petite daaaaaame ? elle va me raaaaaaconter, elle est venue pour être raaaaaassurée ? " je sais pas si on peut descendre à un niveau d'imbécilité encore supérieur, mais avec le Covid si, ça doit être possible, et les brutalités, encore pire  (les " équipes " infirmières et toulereste tu peux leur faire autant confiance ...) → toujours avec les mêmes sourires daibilles, donc au mieux

je sais pas pourquoi frown je vous (re)parle de tout ça, les blogs c'est comme une séance de psychanalyse, oui, tu dis jamais ce que tu voulais dire, enfin on parle quand même de ce qui nous tracasse au départ je voulais vous parler de ma voisine, horreur-malheur à laquelle quelle cone frown j'avais dit que j'étais malade - ça c'était hélas quand j'ai décompensé mon truc endocrino qui donne des urgences vraiment vitales, en fait(s) j'ai failli (y) passer, j'avais perdu 25 kgs en quinze jours, cette conasse kiss avait rien remarqué ... mais quand je vous dis qu'elle m'a aidée à comprendre mieux comment ils/elles fonctionnent à l'hosto wink (... et je lui avais dit andouille que je suis que j'avais des nausées et un épuisement, pas une petite fatigue : une véritable agonie - mais donc une bovidée dans un couloir, ils/elles la loupent sans problème(s) ... et on se demande " des fois " s'ils/elles consprennent le français, aussi  surprised), Elle m'avait recommandé donc « de faire du yoga » et puis sinon, puisqu'Elle Se di(sai)t gentille & intelligente, une " femme active " dans la foulée aussi (ça c'était en prime puisque quand même elle avait conpris que j'étais malade raison pour laquelle elle était sortie me mettre le grappin et me reluquer aussi quand même et donc une feignasse comme ils/elles sous-entendent d'ailleurs à l'hosto aussi  laughing) et qu'elle aime les fleurs & papillons qu'Elle colle sur Sa poubelle pour montrer comme elle est douce et féminine  kiss elle m'a bien expliqué que « c'était pas grave » et « qu'il y avait plus grave que ce qui m'arrivait » en fait(e)s c'était donc une des urgences médicales les plus graves " connue ", mais pas grave, donc, à l'hosto aussi, ils/elles donc peuvent donc t'emmerdrer à mort aussi, c'est le cas de le dire, et après te phouttre dehors avec sans problème(s) non plus  innocent - bien sûr avec à la clé comme Beispiel (la voisine) des histoires de couples divorcés et de gardes problématiques des enfants tout ça (puisque les vraies femmes aiment les enfants®) dont j'avais perso rien à phouttre, mais voyez, elle voulait en profiter pour m'apprendre la vie évidemment comme justement avec mon épuisement j'avais eu du mal à sortir de ses griffes, comme donc à l'hosto où ils/elles profitent de ton état - la France - d'amenuisement plus ou moins total pour bien te harceler, j'avais entendre tout ça - j'ai pas dit écouter, " l'enfer est pavé de bonnes intentions "... mais à Son Grand dam j'avais fini par me dégager et hélas, ces braves gens sans doute se croyant empathiques avec leurs avis et conseils à la con, Elle (en) avait été immédiatement horriblement et terriblement vexée à mort, que je me dégage malgré ma faiblesse physique évidente, et Elle m'avait craché même à moitié derrière mon dos « qu'il fallait que je me lave la tête », avec une haine je vous dis pas (c'est plutôt ça Son vrai visage que Son sourire à la con - comme le cadre - et Sa voix de petite fille pour faire comme si Elle était mignonne) - oui, c'est comme la psychologie Marie-Claire Magazine qu'ils/elles pratiquent allègrement dans les hostos, c'est jamais de leur faute, c'est pas eux/elles innocent qui sont taré(e)s, bien sûr c'est toi laughing(et tu (y)viens pour être donc « rassurée » laughing ultime couillonade) je me demande sur qui oui ces braves gens innocent qui " travaillent " dans les hostos pourraient se défouler s'ils n'avaient pas les malades sous les mains ah oui mais c'est bien sûr, les enfants® (et donc, les personnes âgées, enfin tou(te)s ceux/celles qui peuvent pas ou plus se défendre, c'est évident ils/elles vont quand même pas aller s'attaquer à plus fort(e)s ou/et plus çallods/opes qu'eux/elles ... wink)

bon, je vous parle un peu de tout ça en vrac ce matin, j'ose pas non imaginer les tortures que subissent les malades au moment même où j'écris, on a eus quelques         " retours " qui font que j'ai perpétuellement la nausée oui en ce moment → l'être dit humain peut être une vraie çalloperie, surtout avec le genre de face de faux-cucul innocent que vous imaginez, et avec oui tous les Grands discours sur l'Ethique et l'empathie qu'on entend en ce moment, je préfère ne pas penser à ce qu'ils/elles font là-dedans → à chacun(e) sa malédiction, moi c'est ce qu'on fait aux malades ... je dois vous laisser mes aminches, je fais plein de bisous  embarassed à ceux/celles qui sont de bonne volonté et honnêtes, pour commencer avec eux/elles-mêmes ... et je suis désolée, je reviendrai pour corriger et mettre en forme, j'ai vraiment plus le temps

mon-diable-zedevilinmi-26-2-17

23/04 : je sais pas si je corrigerai finalement, ça m'énerve leur(s) conerie(s), y a plein de gens ils sont sur terre ils savent pas pourquoi, ils suivent le troupeau, ils s'écrasent devant plus forts qu'eux et écrasent la gueulle à plus vulnérables → à l'hosto ça a atteint des proportions frown ! et comme la voisine qui te sort les pires çalloperies la bouche en cœur (je dis souvent que ces gens-là c'est CCC : pas de cerveau, pas de coeur, pas de khouïlles ...) ⇒ il ne faut surtout pas leur dire ce qu'ils font, ça les traumatise - c'est EUX qui sont traumatisés !!! - parce qu'ils ne savent pas ce qu'ils font (c'est comme s'ils avaient pas de " surmoi ": ils mentent touletemps pour [se] cacher ce qu'ils font, ou reprennent les pires coneries tongue-out qu'on leur a rentrées dans les têtes pour dire que ce qu'ils font c'est bien : ils " aiment les enfants ", les fleurs & papillons, donc ils sont gentils etc. je vais essayer d'affiner notamment " grâce " donc à ma voisine qui se dit gentille & intelligente & aidant les gens et qui est un véritable dragon qui te crache Sa haine dessus en permanence et donc Ses çallloperies avec Sa voix de petite fille, qui te dis que tu as rien tongue-out pour te " rassurer " qui te dit de " faire du yoga " " parce que tu es stressée " sous-entendu tu es tarée et pas malade, ou c'est de TA faute (c'est toi qui mens ...) etc. - projections et déni(s) à gogo(s), donc, c'est jamais de leur faute, donc ... et ils ont toujours raison - comme à l'hosto, oui, et c'est bétonné, tu traverses pas la couche  surprised

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.