exit (de) la " psychanalyse "

PART ONE : les origines (misogynie et désirs de toute-puissance, déjà)

salut mes amours  embarassed ⇒ eh oui, je viens de laisser sauvagement tomber ma dernière  kissanalyste mais elle a gardé le pognon hihi  laughing → c'est marrant, toulemonde pense que les toubib(e)s ont du fric ... QUELLE aventure mes ami(e)s  ! dire qu'au début, je voulais « (re)trouver la vérité de      ma parole », quelque chose comme ça ... ben ouais, comme beaucoup à l'époque (quand j'avais 14-15 ans  wink) j'avais lu " Les mots pour le dire " je me demande si on s'arrête pas au titre, déjà → je m'étais dite qu'il y avait quand même peut-être un endroit sur terre, où je pourrai enfin m'exprimer sans qu'on se moque de moi ou qu'on essaie de me formater  - mais quelle lutte  surprised mes coco(tte)s ! déjà, je vous l'ai déjà dit, pour commencer j'ai dû me taper que des mecs vous vous rappelez, ma prof principale kiss celle qui avait même pas les khouïlles de dire à mes vieux qu'il fallait m'envoyer chez un psychiatre  money-mouth (ou bien, elle voulait passer pour une intello branchée psychanalyse), elle leur avait dit qu'il me fallait absolument un analyste parce que " j'avais TROP de sens critique " (sic), voyez, bon    il se trouve qu'en fait, j'étais d'accord, mais parce que j'avais justement lu le bouquin et que je pensais que ce serait     un mec intelligent lui, au moins qui me laisserait parler sans me juger  laughing ⇒ GRAVE erreur le mec était assis en face  de moi, glacial, Sa tisane à la main tout du long, ne faisant absolument rien pour me mettre à l'aise, me tançant, même ... et pour m'asséner à la fin de deux séances où Il avait pas pipé mot, se con-tentant de me scruter de haut d'un air méprisant, qu'il " fallait qu'on s'arrête là, vu que je n'allais pas dans la direction où Il souhaitait me voir aller " ... (re-sic, voyez, encore surprised) ... bref tu te vois jetée comme une malpropre - en plus, la seconde fois, la chaîne de mon vélo avait sauté et il pleuvait  cry - et il ne te reste plus qu'à méditer ces sombres paroles, à te demander où t'as bien pu faire une erreur , où c'est que t'as pu avoir tout faux, qu'est-ce qui peut bien clocher chez toi et comment les autres ils/elles font pour être admis(e)s, si en plus on leur dit RIEN non plus ⇒ ou alors peut-être que c'est qu'à toi qu'on a rien dit, peut-être que dès le début y a quelque chose qui clochait rien que dans ton apparence, vu que d'entrée de jeu on t'a pas jugée DIGNE de t'expliquer en quoi ÇA consistait, cette fameuse psychanalyse money-mouth ... quoi qu'il en soye, SI c'était un TEST, eh ben on t'as bien SIGNIFIÉ que t'as réussi à le rater dans les grandes largeurs & longueurs  cry

psy-ete-gif-25-4-18

bon c'est vrai que j'étais djeune, donc, et une nana aussi, mais que je payais pas trop de mine frown - déjà sous mon ciré quasi-marin dégoulinant (mais c'étaient donc mes vieux kissqui donnaient le fric, mais parce qu'ils pensaient/espéraient eux comme ma prof que le type  kissil allait me garder plus/assez longtemps pour bien me corriger sur une durée, et non pas m'expédier en une seule petite phrase assassine  surprised) ... après ça, évidemment  laughing que je me suis documentée pour (tenter de) savoir comment ça marchait, y avait pas à tortiller, c'était marqué partout même si y avait pas internés qu'on avait le droit de s'exprimer, et que même, c'était vivement conseillé, même s'il y avait aucun répondant en face - plus tard            y aurait même le vieux psychanalysé d'une amie de terminale, toujours dépressif des décennies après  wink qui tenterait de me faire PEUR en m'expliquant que JAMAIS le psychanalyste ne me dirait un seul mot (et que c'était pour essayer de me détruire  laughing), donc Soi-disant ça c'était pour me dire ce que c'était la psychanalyse, mais n'anticipons pas wink → m'étant cassés les pieds vers 18 ans (enfin un seul, les traumatos ayant réussi à forces, à me casser l'autre et les chirurgiens à infecter le tout), enfin disons que grâce aux toubibs bouchers-charcutiers déjà ça a duré 3 ans, j'ai donc profité d'un      de mes séjours en traumato pour donc me renseigner également de vive voix auprès du psychiatre  money-mouth qu'on pouvait Lui demander de passer dans la chambre  : double erreur donc, puisque 1) l'infirmière  kiss en a profité pour non seulement, alerter toutes ses petites copines des 4 étages du bâtiment, mais pour généreusement m'informer que grâce à ma demande spontanée de RDV avec cet Homme de l'Art, là, elles avaient la preuve que j'étais donc, folle  honnêtement, j'en fus FORT surprise innocent 2) naïve que j'étais et toute à ma prospection tous azimuts, je pouvais pas savoir que c'était la guéguerre totale entre d'une part la psychiatrie  money-mouth pure & dure et de l'autre, la psychanalyse  money-mouth pure & dure aussi

psychologie-gif-30-8-17

ah c'est vrai que j'aurais pu me douter quand  même qu'il y avait une méduse sous la caillasse, acharnée que j'étais, je me rappelle que j'avais même demandé Son avis à l'aimable praticien généraliste  money-mouth d'urgence appelé avant pour m'envoyer fissa au centre de traumato avec mon leur ostéomyélite, dégoulinante cette fois de sueurs à cause du début de septicémie, pareil le mec devenu d'un coup très froid, mais bon là je lui avais posée clairement la question de ce que c'était la psychanalyse  money-mouth  → oui, médusée  surprised une seconde fois but not the least, j'avais m'entendre dire que " ce serait quelque chose qui me détruirait "  laughing d'un-air-de-connaisseur-qui-ne-t'en-dira-pas-plus, même si une telle HARGNE peut apparaître suspecte wink et comme tu es comme d'hab, en position d'infériorité réelle veux-je dire car malade et/ou blessée donc pas en état d'argumenter ou même d'insister pour qu'on te crache le morceau, eh ben tu dis rien et le mec  money-mouth est tout content de t'avoir donné Son point de vue/t'avoir bien couillonnée  wink  quand à l'infirmière  money-mouth ah mais non c'était donc après, oui passons, c'était après avoir vu le psychiatre qui passait en traumato qu'elle est viendue toute gaitte pour me dire qu'elle savait maintenant combien j'étais timbrée grâce à ma prise volontaire de RDV avec,  mais c'est marrant comme elles SAVENT des choses les nanas  kiss ⇒ et notamment, c'est dingue, comment elle avait pu deviner que c'était parce que j'étais juste dingue que j'avais demandé au mec de passer et pas pour autre chose, par exemple ? ... en plus,          c'est fou, si j'étais si folle, elle avait elle rien remarqué quand j'étais arrivée avec mon ostéomyélo-septicémie et          qu'on m'avait laissée hurler 5 jours/5 nuits dans un cagibi  laughing et je n'avais fait que gentillement pleurer - pas même  le plus petit scandale - quand elle m'avait elle-même arrêté le substitut de morphine que les chirs et apprentis-chirs avaient fini par me mettre quand même ... enfin bref, passons sur les charcuteries, la psychanalyse c'est mieux wink

psy-monty-gif-11-5-18

donc on va dire de ce psychiatre  money-mouth mandé de/dans ma chambre de traumato pour qu'Il me rancarde sur la psychanalyse, croyais-je au départ, disons que c'était pas le dernier donc puisqu'il y aura(it) encore le père perpétuellement déprimé mais analysé de previously, mon ancienne copine              de terminale, pour (tenter de) me terrifier avec (c'est quand même suce-pets, à la longue, non, vous trouvez pas ? ... quoique donc quand tu es une gamine, spécialement une nana aussi  laughing tu commences à être habituée, [à] chaque fois que tu as une idée, qu'on te la descende en flèche(s) ...) ni non plus vous avez vu le premier qui allait profiter de ce que j'étais demandeuse et ici au comble de la demande, puisqu'hospitalisée - bien qu'ayant réussi à survivre à tous ces chirs money-mouth und même aux infirmières, sans doute du fait de mon djeune âge physiologique  pour faire comme s'Il en savait des TONNES tongue-out plus que moi là sur la psychanalyse, mais d'après PLUS que Sa MAUVAISE volonté à me donner des renseignements valides dessus, j'ai eue moi PLUS que l'impression qu'Il en savait que béatrice à ce sujet précis  → surtout, je dois dire que le tableau du mec assis avec manspreading mais complètement affalé-mou faussement décontracté dans le fauteuil-visiteur quoique Lui sans tisane pour s'y accrocher pendant que je persistais à Lui causer comme à un ami  embarassedpendant que poliment donc - parce que donc djeune, demandeuse, et par/de nature assez polie tout simplement und pas une mauvaise fille en bref  innocent - je Lui parlais comme à l'autre  kisscelui de mes 14-15 ans de choses importantes mais pour moi, pensant donc que ça L'intéresserait donc plus que la psychanalyse  wink ... eh ben, j'ai quand même vite vu que ça tenait plutôt de         la nature morte  : le mec étant ipso facto pas psychanalyste ni à l'évidence, analysé Lui-même par d'autre(s), j'ai pas pu m'empêcher de remarquer Son initialo-brutal mouvement de recul suivi d'une sorte de glaciation quand j'ai évoquée la chose, et persisté à solliciter en une ultime et je dois dire courageuse, vue la répulsion pour ladite qui se dégageait du personnage  laughingtentative, donc le plus poliment du monde, quelques minimales indications siouplait pour pouvoir commencer de moi-même cette fameuse cure  ⇒ bien sûr Il a affirmé comme les autres, que " ça me démolirait ", évidemment en Se gardant bien de m'informer qu'Il      y connaissait pas grand chose ou rien sans doute, mais évidemment comme à l'époque j'en connaissais en PRATIQUE(s) moins que Lui encore sur ces choses, Il a fait celui    qui savait  innocent ... c'est pour ça que of course, pas si polie-ment que ÇA finalement  surprised   vous voyez j'ai continué sur ma lancée et que par exemple, puisqu'aux alentours de la vingtaine, je Lui ai causé malgré le handicap créé quasiment de toutes pièces par les orthopédistes  money-mouth (enfin je veux dire avec toutes les fractures, oui, tous ces pieds cassés  wink - mais aussi infections, évidemment douleurs atroces et séquelles réussies par eux à partir d'une seule bête fracture d'un panard, encore chapeau à eux  laughing) de mon désir de commencer des études pas forcément de médecine d'ailleurs, Il eût détesté par la même occase  wink 

nana-bo-gif-21-9-18

ouais mais si, finalement j'étais supère polie  laughing parce que je crois bien me rappeler        que finement, pour dire Lui aussi que ÇA allait me détruire/démolir complètement, comme les autres avant & après Lui sans m'expliquer en quoi ÇA consistait puisqu'Il s'y connaissait tellement MIEUX que moi (même si donc quasi à l'évidence non) - und alors que c'était ce que je Lui demandais et pas Son avis sur la question  wink - Il avait rajouté (hormis ma situation donc intéressante de polyhandicapée mais des pieds grâce aux interventions elles aussi lumineuses des Soi-disants ortho-pédistes  money-mouth) que pour faire une psychanalyse, il FALLAIT avoir plein de revenus ET indépendants des vieux  - je ne sais pas s'Il avait remarqué l'étendue de mes mutilations pédestres là donc encore remboursées par la sécu  kiss de mes vieux, les psychiatres money-mouth pigent que béatrice à la chirurgie non plus, mais au moins mon djeune âge et puis je lui avais dit, avec les études wink - et que les analystes si jamais je trouvais TOUT ce pognon allaient me le prendre entièrement  laughing  → je sais donc pas s'Il Se doutait qu'on ne sortait pas entière du centre de traumato  money-mouth mais finalement, et que ce soye pour gagner plein de pognon ou simplement aller à la fac, c'était pas couru d'avance, enfin de toutes façons vous auriez voir le mépris  laughing aussi, quand évacuant la question du fric,      j'ai parlé des Universités (donc gratuites en ces temps-là) : vrai, le mec  kiss je Lui aurais dit          que je voulais commencer et finir sur le trottoir Il aurait été aux anges  tongue-out ⇒ donc vous avez bien compris les aminches, c'est simple, TOUT ce que tu veux faire pour t'en sortir, c'est pas bien surtout, je crois que ce qui Leur plaisait pas, au premier psy glacial  avec Sa tisane, au second psy en traumato plus que réticent dans Son mon fauteuil, au toubib interrogé     en urgence et après au père dépressif et flippant de ma copine, et même à l'infirmière sadique ou à ma prof principale kiss l'intelloe  c'était que je disais pas que j'avais des problèmes  cry mais que  je voulais réfléchir - et que pour ÇA, je voulais commencer une psychanalyse parce que tou(te)s Ils/Elles aiment bien quand tu DIS que tu as des problèmes et que tu arrives pas à t'en sortir, comme ÇA ils Se sentent supérieurs à toi, bien sûr

nana-masse-gif-6-8-18

donc on va dire, des débuts quelque peu difficiles déjà en ma recherche de renseignements pratiques sur comment commencer une analyse, soit le lieu où je pensais qu'enfin,      je pourrai exprimer MA vérité sans qu'on me casse perpétuellement à base/l'aide d'avis plus daibilles les uns les autres sur ce que j'aurais dû faire ou penser ou comment j'aurais dû être, tout simplement   laughing ⇒ enfin ça vous connaissez wink ami(e)s, c'est tous les jours undecidedqu'on tombe - enfin c'est plutôt l'inverse - sur des gens qui SAVENT mieux que nous plein de trucs et comment          on s'y est mal pris(es), nous  wink  après, c'est vrai que la psychanalyse ça énerve du monde  laughingnotamment vous auriez dû voir la tête du petit macho de psychiatre  money-mouth en traumato étalé méprisamment dans Son mon fauteuil, enfin psychiatre  money-mouth c'est normal,                    Il s'attendait pas à ça, déjà Ils  kiss nous voient toutes comme des hystéros au moins effondrées en larmes und après tout ce que j'avais subi dans ce centre de boucherie-charcuterie délurée,              Il pouvait espérer laughing ... mais quelle chance pour Lui de tomber sur une djeune ignorante Lui demandant comment commencer une cure → j'ai écrit que c'était un macho  kiss mais en fait(s) quand on écrit « macho » on pense à un mec un peu baraqué et dangereux  surprised c'était plutôt comme d'hab à l'hosto money-mouth un mec minable d'allure pseudo-intello protégé par Son titre et toute l'Institution derrière Lui, et uniquement capable grâce à ça de faire mais un max de dégâts, et sur des gens archi-vulnérables (oui, parce qu'avec leur ostéomyélo-septicémie, j'ai quand même bien failli y passer → les chirs money-mouth avaient quand même fait quasiment le max pour que je calanche dans mon cagibi au départ, tellement eux aussi avaient si peu de khouïlles pour faire kèkchose pour rattraper leurs coneries) après encore, en ce qui con-cerne les études, j'ai pas fait médecine de suite ⇒ il faut croire que ça m'en avait un peu dégoûtée  laughing ce que j'en avais vu pendant mes séjours    en traumato, quand tu voyais ces mecs  kiss donc Se prendre pour des cadors et avec des supères-khouïlles, mais tout " juste(s) " caps de faire exactement l'inverse de qu'il fallait faire (par ex. mettre 53 plâtres d'affilée à une fracture et connue pour ne pas JAMAIS consolider sans opération, opérer et réussir à infecter le site, dire que c'est de TA faute si ça c'est infecté, mettre l'antibiotique le plus contre-indiqué et dire que la septicémie c'est de TA faute aussi  laughing etc. etc. ⇒ mais avec tout ÇA, ne jamais oublier de DIRE qu'on est des Grands Chirurgiens  laughing) et quand à la psychanalyse, eh ben faut croire  wink que j'étais quand même pas de si mauvaise composition, je vous en parlerai dans mon prochain billet, voyant que personne ne me dirait jamais comment ça se déroulait et que toulemonde surtout en profiterait pour me dire que ça me démolirait parce que donc ça les défrisait quand une nana voulait/veut faire kèkchose  wink eh ben tout bonnement j'ai pris RDV mais au début ... avec des mecs  kiss aussi/quand même - et je crois que beaucoup étaient aussi [des] psychiatres ... comme quoi, voyez, j'avais pas encore tenu compte de la misogynie - et s'Ils étaient bien psychanalystes aussi, bon au moins là je m'avais pas gourée  laughing reste que tu voyais bien que quand tu parlais, et surtout quand j'expliquais que je voulais toujours faire des études, par exemple pour avoir un avenir  wink là ça coinçait méchamment de suite  surprised   avec regards méprisants & attitudes glaciales comme avant  j'ai toujours eue plus que l'impression que ça les aurait un million de fois plus intéressés que j'aie des gros problèmes  surprisedet que je reste BIEN coincée dedans, mais n'anticipons pas ... sur ce mes ami(e)s  embarassedje vais vous laisser, ces billets de fin d'année pour repartir d'un bon pied  laughing et dire que finalement oui, l'enthousiasme de la djeunesse, même si ça en énerve pas mal/les rend presque fous/folles quelquefois, eh ben y a que ça de vrai  wink et sinon, les bisous que je vous fais, aussi embarassed 

19-8-16-diable-bisous-clignants

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.