263 ans aujourd'hui

c'est l'anniversaire d'un vieux pote ...

Momo  innocent ne nous a pas lâché(e)s !!! 

Elisabeth Schwarzkopf - Mozart. Ch'io mi scordi di te © Чорний Соловей

Ch'io mi scordi di te?
Che a lui mi doni puoi consigliarmi?
E puoi voler che in vita…
Ah no! Sarebbe il viver mio di morte assai peggior.
Venga la morte, intrepida l'attendo.
Ma, ch'io possa struggermi ad altra face,
ad altr'oggetto donar gl'affetti miei, come tentarlo?
Ah, di dolor morrei!

Non temer, amato bene,
per te sempre il cor sarà.
Più non reggo a tante pene,
l'alma mia mancando va.
Tu sospiri? O duol funesto!
Pensa almen, che istante è questo!
Non mi posso, oh Dio! spiegar.
Stelle barbare, stelle spietate,
perchè mai tanto rigor?
Alme belle, che vedete
le mie pene in tal momento,
dite voi, s'egual tormento
può soffrir un fido cor?

(Que je t'oublie ?
Tu peux me conseiller de me donner à lui
Et puis vouloir qu'en vie … Ah non.
La vie me serait
bien pire que la mort
Que vienne la mort,
je l'attends intrépide.
Mais que je puisse m'enflammer à une autre torche
et à une autre objet donner mon cœur
comment le pouvoir ?
Ah ! je mourrais de douleur.

Ne crains rien mon amour,
mon cœur est pour toujours à toi.
Je ne peut plus supporter peines pareilles !
L'âme me manque.
Tu soupires ? O deuil funeste !
Pense au moins à ce qu'est cet instant !
Je ne peux, ô dieux, m'exprimer,
ô dieux je ne peut m'exprimer, etc.
Ne crains rien mon amour,

mon cœur est pour toujours à toi.
Etoiles cruelles, étoiles impitoyables !
Pourquoi tant de rigueur ?

Nobles âmes qui voyez
ma douleur en ce moment,
jugez si un cœur fidèle
peut souffrir pareil tourment, etc.
Nobles âmes, etc.

Etoiles cruelles, étoiles impitoyables !
Pourquoi tant de rigueur ? Pourquoi ?

Ne crains rien, mon amour,
mon cœur est pour toujours à toi.
Je ne peux plus supporter peines pareilles !
L'âme me manque
Tu soupires ? O deuil funeste !
Ce qu'est cet instant !
Etoiles cruelles, étoiles impitoyables !
Pourquoi tant de rigueur ? Pourquoi ?
Nobles âmes qui voyez
ma douleur en ce moment,
jugez si un cœur fidèle
peut souffrir pareil tourment, etc.)

 (et avec plein plein de très gros bisous pour vous  embarassed)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.