docteure TEÜPHELLE
L'AUTEUSE ou l'ôteuse ? je plais-ante ...
Abonné·e de Mediapart

597 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 janv. 2022

y a pas que dans les EHPAD

et remember Denis Robert ... ah non c'est René Robert je me suis trompée !!! :-O qui était un monsieur de 84 ans qui, après une chute il y a 8 jours à 21 heures dans une rue PASSANTE de notre belle Capitale, a agonisé sur le bitume pendant 9 HEURES, les secours prévenus à 5h30 par un SDF - il était en état d'hypothermie profonde ...

docteure TEÜPHELLE
L'AUTEUSE ou l'ôteuse ? je plais-ante ...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

salut les coco(tte)s 😳 - je rigole (jaune pisseux …) quand je vois que les actionnaires des Grands groupes hôteliers qui font fructifier leurs billes dans les EHPAD retirent les leurs, maintenant que le grand public est un peu plus au courantqui c'est les pires ? ceux/celles qui font de/dans    la rentabilité maximale en prévoyant & organisant des actes de barbarie de plus en plus raffinés sur des personnes âgées en plus tondues/rasées gratis pour être admises dans leurs mouroirs de Hauts vols rapportant un max aux investisseurs/euses, beaucoup moins à leurs gestionnaires d'Etablissements petit(e)s chef(fe)s chouchouté(e)s-relativement bien payé(e)s) quand même, beaucoup2 moins aux exécutant(e)s [beaucoup] moins privilégié(e)s par ex. les incompétent(e)s en CDDs sous-payé(e)s se défoulant donc sur des vieux/vieilles beaucoup plus vulnérables [et ayant aucun choix], exerçant leurs bas instincts par indifférence, moins fréquemment leur sadisme (il faut de l'empathie et du temps pour être sadique(s)) … ou le " Grand " public qui ne sa(va)it pas n'en a rien à faire/ne voulait pas en entendre parler ? in english, pré-jugé se dit préjudice … oui, remember René Robert 😢 (et ne parlons surtout pas de ces " médecins " tuyauté(e)s par leurs conseiller(e)s bancaires sur ces placements lucratifs)

ne parlons d'ailleurs pas non plus des " médecins " 🤑 😇 qui se sont empressé(e)s d’exécuter et les cons-signes du Pouvoir/des Sociétés dites Savantes de prescrire aux [vieux/vieilles en] Ehpads exclusivement une benzodiazépine peu efficace + pas chère & d'ailleurs illico prise en charge, elle, à 100% [par NOUS, la sécu] pour soi-disant « soulager les asphyxies » sous Covid™, Histoire avant tout de ne pas encombrer inutilement les Nobles se(r)vices de réanimation réservés aux cas intéressants : i.e. les pas vieux/vieilles-pas gros(ses)-pas diabétiques-qui fument pas ... que sais-je encore ? 😮 ah oui, maintenant, qui se sont laissé(e)s vacciner/ont leurs pass sanitaires bien au propre, bref qui ont vraiment tout bien fait que c'est vraiment pas de leur(s) FAUTE(s) s'ils ont attrapé le virus → on ferme les portes, et le tour est joué … quelle aubaine cette pandémie : loin des regards des familles, bien isolé(e)s de leurs/nos proches via toutes mesures sécuritaires mises en œuvres par une pléthore - donc de petit(e)s chef(fe)s le plus souvent anonymes tellement respectueux/euses des procédures, on PEUT agoniser tranquilles sans bruit(s) ni déranger ni la bonne conscience de quiconque → non mais là je rigole encore plus foncé, quand je me rappelle qq mois avant l'arrivée du virus les Hauts cris d’indignation poussés par la Ministre dite de la santé devant le cas du Docteur Bonnemaison qui, lui, avait réellement aidé des personnes dans des souffrances abominables et vraiment en fins de vies à passer avec des produits autrement rapides et puissants, bien entendu sanctionné, le malpropre, par la dite Justice + radié par le conseil bien nommé de l'ordre (établi) : c'était oui, ironique de voir comment Ministre, Pouvoir(s) et soi-disant(e)s Humanistes regroupé(e)s en 36 sociétés, organisations et commissions grassement payantes, tou(te)s ayant hurlé aux assassinats devant ces quelques euthanasies pratiquées en une âme et conscience aux domiciles, s'en sont tou(te)s-tout de suite ... " inspiré(e)s ", saisissant immédiatement le prétexte de l'épidémie, pour promouvoir fissa et de go ordonner la fin [des parcours de santé] en règle(s) donc, protocolaire on va dire, de ces bouches inutiles … à l'aide d'un des produits les moins sédatifs (et sans autre action antalgique que celle fantasmée par cette majorité de non-empathiques, au raisonnement " scientifique " inversé), en plus, surtout pas cher (mais pourquoi ? 😇) ... dont l'administration a de plus été plus que facilitée grâce aussi à la complicité plus qu'active de la série de petit(e)s fonctionnaires, mains et autres chef(fe)s dont dispose le pays, suivi(e)s de go par les si désintéressé(e)s potard(e)s, toujours ravi(e)s de pouvoir délivrer en masse mais un médoc peu efficace et qui soulage très peu déjà normalement - la majorité silencieuse des " médecins " 🤑 s'empressant donc, de suivre en prescrivant (prescrire n'est pas proscrire) héroïquement en masses ces médicament et actes [de barbarie] - comme au bon vieux temps des DLP administrés par exemple(s) dans les bonnes vieilles maisons dites de retraite(s) i.e. les cocktails dits lytiques, prescrits souvent à commencer par des internes que ça distrayait des Urgences, roulant des mécaniques, aux masses de vieillard(e)s claques-muré(e)s dans déjà, des établissements gériatriques relégué(e)s très loin des cœurs (perfusions contenant du Largactil™, plus un sédatif léger, ainsi qu'un antalgique encore plus inefficace, qui faisait « s'éteindre » les personnes âgées parfois en une ou deux semaines … en mourant de soif et de faim) - j'en ai vus, des très mâles hein, qui faisaient des concours de DLP

et d'ailleurs on a pu entendre que le dit Grand public a immédiatement suivi (aussi), quasi comme un seul Homme, [le coup du Rivotril®] en criant lui aussi que ce n'était pas de l'euthanasie non, ce n'était/n'est effectivement pas de l'euthanasie (eh oui, tout le monde adore jouer aux Docteurs et avec les vies des autres via des avis définitifs, pour commencer)

ce qu'on peut appeler le " raisonnement " scientifique mais inversé existe certes depuis longtemps, comme j'en témoignais par exemples dans mes billets précédents sur ma première expérience en gériatrie, ce que nommait ma première psychanalyste - la psychiatre, qui se prenait pour la plus Grande des Docteurs (aussi) mais aussi, comme dans la majorité des cas [de ceux/celles qui ont le titre, s'y accrochent, et en ont rien à phoutre des malades], pour un(e) Grande médecin(e) décidant des vies et des morts - ma, elle disant, compréhension subite (pour Elle ça signifiait en nez fait ma soumission obligée devant tant de Grandeur), donc, de ce qu'était la Hiérarchie Hospitalière : vous savez, quand remplaçante d'été de femmes de ménage dans un se(r)vice de gériatrie et bossant pour toute l'équipe aux cafés (sauf cette fois-là) je lui ai raconté, indignée, comment le Grand Patron™ avait fièrement assassinée une dame, grâce donc aussi à l'empressement de toute l'équipe soudée autour du projet, et qu'elle m'a asséné assise bien rigide dans son fauteuil derrière mon dos - la raide statue du Commandeur qui a tout conspris - que « là, j'avais compris ce qu'était la Hiérarchie Hospitalière » sous-entendu, Sa Grandeur, toujours ⇒ la patiente, peu importait, qu'elle soit accessoirement jeune et avec une pathologie curable on s'en phoutait aussi (et de tou(te)s les autres, plus vieux/vieilles qu'elle, encore plus) - elle comptait pour du beurre toujours

oui le fameux Grand Patron™, ce mec pour lequel depuis un pavillon gériatrique de plus a même été érigé (non, Il n'y crèche pas, Il a/s'est fait assez de fric pour loger dans un manoir je pense) et baptisé de Son Nom (pensez, le type a mis sur pieds mais les GIR, ou comment rentabiliser la vieillesse), et qui Se prenait/qu'on devait prendre pour un Grand Humaniste (aussi ...) donc sic, qui venait me coller Sa grosse patte sur ma fragile épaule (donc j'avais perdu 10-15 kgs à bosser pour toute Son équipe) pour me le répéter à chaque fois qu'Il me voyait alors même que ça ne le dérangeait pas non plus de nous voir trimer moi et la seule aide-soignante titulaire (mais d'origine vietnamienne) à la place des 30 autres aux cafés à hurler de rires toute la Sainte journée, et qui paradait à la Grande Visite pour aller arracher courageusement et Humanistiquement, donc, tout autant les chemises des grabataires mourant à petits feux que leurs pansements d'escarres portes ouvertes devant 20 personnes, exhibant ainsi à la face du monde à la fois leurs fesses nues et décharnées et ces plaies perforantes dont Il était si fier, creusant la plupart du temps jusqu'au sacrum - la carence en soins étant sub-totale dans Son riant Etablissement, également en dehors des vacances d'été hyper-caféinées

faut croire que j'ai toujours pas compris et sur le moment, et même des années durantes après, j'en reste sidérée - de cette barbarie re-couverte par de belles paroles → effectivement, ce genre de mecs a l'avantage de la sidération produite sur les malades qui n'ont pas le choix, et la plupart du temps déjà perclus(es) de souffrances ; sur les étudiant(e)s aussi, leurs autres cibles favorites car non encore formatées apprenant juste à se dépatouiller des divers chantages exercés sur elles ; et pour finir, sur le personnel subalterne … mais dont la plupart, d'irresponsables, devient très rapidement complice : la plupart se cons/tente effectivement de ses petits salaires pour en faire le moins possible (mais en se plaignant de travailler, ce qui cons/tente aussi le Grand public, qui ne marche pas, mais court : l'inversion de responsabilités, part du déni collectif, ça marche aussi TB), et, en toutes bonnes consciences, ou plutôt en l'absence totale de, de voir tout ça comme de bonnes blagues – ce n'est donc oui, la plupart du temps, même pas du sadisme, mais de l'indifférence totale à ce qui arrive aux autres (ici les vieux-vieilles, leurs hyper courtes vues ne leur faisant même pas se rendre compte(s) que, et dans le meilleur 😮 des cas, ça risque fort de leur arriver un jour …) → on ajoute à ça Milgram™/la soumission devant les titres - et devant le fric, in fine tout ce beau monde propre sur lui obéissant aux gestionnaires, les malades et les vieux/vieilles comptent effectivement pour du beurre 🤑 ne doivent pas coûter cher/rien coûter si possible, et rapporter TRÈS gros surtout

je continuerai demain/ces jours-ci mes coco(tte)s, aujourd'hui c'est parce que c'est l'anniversaire de Mozart, 266 ans je vous dis pas comment il aurait été rentabilisé, sans couche (1 sou = 1 sou) voire sans bouffe, donc assassiné de façon plus ou moins rapide (dans les témoignages alertant sur le net sur ce Grand se(r)vice de gériatrie où j'ai bossé comme une malade y a longtemps, quelqu'un(e) disait que sa grand-mère laissée dans un fauteuil toute la journée n'avait pas pu manger de la journée non plus car dans l'incapacité rien que d'atteindre le couvert, fière réponse de l'équipe : « ils ont des bras et des jambes » ... là, c'est de l'esprit scientifique basique 😇) ⇒ oui, Amadeus se serait retrouvé dans un EHPAD viennois à 3000€/mois au mieux, après avoir vu bien entendu ses partitions saisies ...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX