Domduv
agriculteur en permaculture
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 oct. 2021

Pédophilie : maladie à punir ?

Si l'on admet que la pédophilie ressort d'une pathologie mentale, pourquoi ne pas tenter de la guérir, de la prévenir et pas seulement de la sanctionner ? En quoi confondre tous les prédateurs et leurs actes sous le même vocable de "criminalité" et les inscrire à vie dans le même fichier nommé "fijais" est-il juste et utile ?

Domduv
agriculteur en permaculture
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les prédateurs sexuels accusés d'actes pédophiles sont tenus par décision judiciaire d'injonction ou d'obligation de suivre un traitement psychiatrique indiqué dans un établissement désigné sur l'acte de jugement.

La Justice considère donc ces auteurs d'actes criminels comme des malades susceptibles de pouvoir être guéris à l'issue du traitement infligé.

Alors peut se poser la question de l'intérêt et l'efficacité qu'il y aurait à porter le nom des "coupables", indistinctement de tous les coupables : des violeurs d'enfants récidivistes aux auteurs d'attouchements en tous genres pour les regrouper dans le même sac judiciaire bien nommé "fijais". Ce qui n'est pas pour déplaire à l'opinion commune consistant à réagir d'un élan unanime  : "tous ceux qui touchent à un enfant sont des criminels". 

Mais alors pourquoi ne pas tenir compte des avis des psychiatres dont le domaine de savoir et de compétence en la matière ? La Justice ne devrait-elle pas être attentive à un peu plus de discernements dans ses rendus concernant les agresseurs sexuels ?

Bien sûr que tous les actes pédophiles incestueux ou non, qu'ils émanent ou non d'un pervers pédophile, ne doivent pas être admis par la société, c'est une question vitale d'ordre civilisationnel, et doivent être jugés et sanctionnés. C'est une condition primordiale pour la protection de nos enfants. Car aucun remord ni aucune compréhension des coupables ne sauraient effacer les souffrances subies par les enfants victimes directs et indirects (Camille Kouchner en témoigne dans son livre "la familia grande"). Mais après ? Ne faut-il pas approfondir le sujet en interrogeant aussi les responsables d'agressions ? Agresseurs victimes souvent de leurs propres traumatismes, largement culpabilisés, isolés, menacés dans leur vie mentale.

Est-il juste de condamner tous les auteurs à voir figurer leur nom sur un fichier central, jusqu'à leur mort, les obligeant à se rendre à leur commissariat ou gendarmerie une ou deux fois par an ? Comment ce fichier géré par un policier ou un gendarme, et leurs suppléants éventuels, normalement tenus à la discrétion, peut-il garantir les citoyens inclus, de la continuité de leur vie sociale, familiale et professionnelle? Aurons nous avancé d'un pas dans les domaines de la prévention et de la recherche ? 

On sait que, de nos jours, tous les fichages et espionnages sont permis ou tolérés. On peut alors aisément imaginer les fuites possibles et leurs conséquences. Que deviennent les individus reconnus, repérés et ciblés par leur entourage ? Ils n'ont plus qu'à subir mépris et condamnations ad'vitam. Sont-ils condamnés à disparaitre ? Et leurs familles ? Et leurs enfants ? De nouveaux traumatismes peuvent en surgir. A quel titre ?

Qu'attendons nous pour permettre aux parents, et aux enfants une vigilance éclairée, par un enseignement pédagogique susceptible de libérer les paroles, les frustrations, et faciliter les échanges éclairés entre adultes et enfants sur leurs inter-relations, leurs ressemblances, attirances et différences.

Par une prévention sociale bien organisée, avec les psy, les enseignants et les chercheurs, combien d'agressions sexuelles pourraient être évitées ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Handicap : des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
Le Squale, opérations secrètes
Basées sur des interceptions judiciaires ayant visé l’ancien chef des services secrets intérieurs, Bernard Squarcini, notre série de révélations met au jour l’existence d’un État dans l’État, où se mêlent intérêts privés et basse police.
par La rédaction de Mediapart
Journal — France
Le « Monsieur sécurité » du groupe LVMH écope de neuf mises en examen
Atteinte à la vie privée, trafic d’influence, violation du secret professionnel... : l’actuel directeur de la protection des actifs et des personnes de la multinationale, Laurent Marcadier, est mis en cause par la justice dans l’affaire Squarcini. Il dément « catégoriquement » tous les faits.
par Fabrice Arfi

La sélection du Club

Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk