Kamala Harris, et la machine médiatique s'emballe.

La campagne Biden a parfaitement orchestré la nomination de la co-listière d'Uncle Joe qui pourtant était un secret de polichinelle depuis un ou deux jours.

L'annonce en fin de journée le 11 Août de la décision de Joe Biden de désigner Kamala Harris comme sa co-listière a suffi pour déclencher le déferlement médiatique. Lundi prochain. commence la convention Démocrate. Donald Trump avait repris la main sur le cycle médiatique et politique avec la signature orchestrée des décrets Samedi dernier. La lui reprendre devenait important. Encore une fois la campagne de Joe Biden montre sa calme maîtrise des opérations qui contraste avec la fièvre impulsée par les frasques du président que son état-major tente de chevaucher sans toujours y parvenir.

Elle vient de loin.

Janvier 2017, le lendemain de l'intronisation de sa majesté Trump premier la Marche des femmes envahit les grandes villes. Peut-être la plus grande et la plus solidaire des manifestations de résistance au mandat de Donald Trump.

A Washington se succèdent sur l'estrade les oratrices dans un joyeux désordre unitaire. Tout juste élue la nouvelle sénatrice de Californie crève l'écran. Ce jour-là commence la nouvelle campagne électorale de Kamala Harris.

Produit de la bourgeoisie nord-californienne mais passée par une Université historiquement noire de Washington elle a laissé le souvenir d'une procureure dure lors de son passage dans l'administration judiciaire de son état jusqu'au plus haut poste, "Attorney General". Cette image lui vaut des sentiments mitigés de la part de la gauche qu'elle n'a qu'en partie équilibrés en se déclarant assez tôt dans la campagne des primaires Démocrates en faveur du projet "Medicare for All".

Une opération de relations publiques réussie.

A peine l'annonce faite que tous les médias se sont extasiés sur l'habileté de l'opération. Nommer une femme concentrée de diversité, indo-jamaïcaine, noire et issue du service public en position de devenir présidente en 2024 porte en effet son poids de signification même si ce résultat était archi-attendu.

La dynamique apportée par l'annonce va se poursuivre jusqu'à la fin de la semaine et reprendre Lundi avec la convention Démocrate qui sera à peu près complètement virtualisée-décentralisée du fait de la pandémie.

Les attaques de Donald Trump et des Républicains ne pourront guère faire autre chose que renforcer cette dynamique et contribuer à renforcer l'unité du camp Démocrate. Harris étant positionnée à droite de son partie malgré quelques prises de positions opportuniste lors de sa campagne des primaires il devient capital pour la direction de la campagne de renforcer les liens avec la gauche qui représente une bonne partie de la base militante nécessaire à la campagne dans un contexte où les Républicains vont faire tout ce qui est en leur pouvoir pour saboter la participation électorale des milieux favorables à leurs adversaires.

Donald Trump tente de faire bonne figure tout en critiquant la nomination sans toujours se rendre compte qu'il parle ainsi à ses soutiens qui ne sont pas des électeurs Démocrates et que cela pourrait être contre-productif. Ses soutiens tentent de trouver leur voie dans cette situation inédite. Il a fallu mettre à la tâche l'ancien directeur de campagne de 2016, Corey Lewandoski

Les icônes de cette aile gauche comme Bernie Sanders ou Noam Chomsky ne font pas mystère de la priorité que représente pour eux de se débarrasser de Donald Trump et si possible reprendre le Sénat. Maintenir la dynamique et l'unité sont aujourd'hui les tâches essentielles de la campagne Biden. Et au fond tout le monde sait que le programme réel appliqué après l'élection ne sera effectivement déterminé qu'après au vu de la situation politique, sociale et économique.

Maintenir la dynamique et l'union la semaine suivante quand Donald Trump tentera de monter un grand spectacle autour de la convention du Parti Républicain ne sera pas aussi facile.

Et Warren dans tout cela?

La désignation de Harris pose la question du devenir d'Elizabeth Warren dans le dispositif de campagne te dans une future administration Biden. Dans l'immédiat Wall-Street et la Silicon Valley sont rassurées et l'argent électoral va pouvoir couler sans frein dans les caisses de la campagne Démocrates.

L'expérience et la solidité de Warren étaient présentées comme ds atouts en cas de défaillance d' Uncle Joe en cours de mandat. Elle se présentait comme la personne la plus à même de remplacer immédiatement le président. Le second poste que lui promettaient les commentateurs se trouve du côté du Ministère des Finances (Treasury Secretary).  On peut imaginer qu'elle ne dédaignerait pas une position qui lui garantirait son indépendance comme la direction d'un super-CFPB sanctuarisé comme une agence fédérale pérenne pour protéger les consommateurs contre les empiétements de la finance comme elle avait commencé à le faire sous Barack Obama.

 

Comme d'habitude mes liens et notes sur le sujet.

11/08/2020

http://inthesetimes.com/article/22635/obama-biden-democratic-national-convention-platform-bernie-sanders //Toujours le parti d'Obama.
https://thehill.com/homenews/campaign/510989-biden-picks-harris-for-vp
https://www.motherjones.com/2020-elections/2020/08/biden-female-vice-president-sexism-entitled-book-kate-manne/
https://www.motherjones.com/2020-elections/2020/08/joe-biden-kamala-harris-democratic-election-vice-president/
https://www.theguardian.com/business/2020/aug/10/donald-trump-is-no-harry-truman-but-a-comeback-is-on-the-cards

12/08/2020

https://www.theguardian.com/us-news/2020/aug/12/donald-trump-and-his-campaign-launch-scattergun-attacks-on-kamala-b
https://www.npr.org/2020/08/12/901537144/5-takeaways-on-the-new-biden-harris-presidential-ticket //Uune campagne bien dirigée.
https://thehill.com/homenews/campaign/511595-three-pros-and-three-cons-to-biden-picking-harris
https://thehill.com/homenews/administration/511581-trump-says-harris-was-my-number-one-pick-for-bidens-vp //A la fois sincère quand il déplore les mauvais scores de Harris à la primaire et dépité car il aura du mal à la déconsidérer. En plus elle pourrait donner du fil à retordre à Miake Pence dans les débats des vice-présidents contrairement à Tim Kaine qui avait été nul en 2016.
https://www.motherjones.com/kevin-drum/2020/08/tech-zillionaires-love-kamala-harris/ //Cohérence : la Californie la Silicon Valley. Bidenn construit sa coalition. Pas drôle mais sans doute efficace.
https://slate.com/news-and-politics/2020/08/we-have-never-seen-a-nominee-like-kamala-harris-before.html
https://www.vox.com/future-perfect/2019/1/23/18184192/kamala-harris-president-campaign-criminal-justice-record //Chacun ses casseroles.
https://www.thenation.com/article/politics/kamala-running-mate-biden/ //numérote tes abattis Mike.
https://www.commondreams.org/news/2020/08/12/warren-sidestepped-wall-street-execs-cheer-bidens-pick-harris-vp //QUe fera-t-il de Warren, s'il est élu? On l'attend au tournant. Deux possibilités : Teseary Secretary (Ministre des finances) ou une sorte de supr CFPB sanctuarisé au niveau d'un ministère majeur.
https://www.theguardian.com/us-news/2020/aug/12/donald-trump-and-his-campaign-launch-scattergun-attacks-on-kamala-harris //Harris "tough on crime" mais Biden et les Dems laxistes. Il va falloir faire le grand écart.
https://thehill.com/opinion/campaign/511651-its-harris-and-were-not-surprised //Donc Lewandowski s'y colle.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.