Trump à Alamo, sous-texte

Ce n'est pas sans signification que Donald Trump se soit exprimé hier depuis la ville d'Alamo. Il soulignait ainsi la référence à un mensonge constitutif du récit national.

 

Donald Trump a choisi Alamo au Texas pour un de ses derniers tours de piste médiatique. Voilà qui n'est pas insignifiant même si cet Alamo n'est pas celui du site historique de San Antonio.

Le récit national a fait de la bataille de Fort-Alamo un temps fort de l'Histoire nationale. On sait depuis longtemps que l'anecdote de l'héroïsme des défenseurs de la nation attaquée par les méchants mexicains est un mensonge éhonté. Le Texas, territoire mexicain sans le moindre doute était l'objet d'une colonisation de peuplement par des fermiers des Etats-Unis d'Amérique assez semblable à celle des colons israéliens en Cisjordanie quand le Mexique, dans son droit, a réagit. Que les troupes mexicaines sous la direction du féroce Sanat Ana se soient conduit sauvagement à peu près personne n'en doute. Cela ne change pas le fond du sujet. Pour le détail comme le rappelle Heather Cox Richardson dans son récent et remarquable ouvrage "How the South won the Civil War" Davy Crockett ne semble pas avoir eu le comportement héroîque habituellement rapporté et s'est rendu. 

La complicité, sinon l'encouragement, du gouvernement de Washington a été établi entre autres par Howard Zinn qui en fait état dans son ouvrage majeur "Une Histoire populaire des Etats-Unis" et dans divers articles. Donald Trump désireux d'établir une Histoire officielle niant les voix dissidentes a tenté ces dernières années de faire interdire dans les écoles les ouvrages qui présentent des récits divergents au prétexte qu'il portent atteinte à la fierté du pays. 

Il y a donc une logique dans sa présence à Alamo même si dans le contexte elle risque de passer inaperçue.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.