Une bonne nouvelle, ça existe ....

Mais personne n'en parle peut-être parcequ'il faut la chercher au loin. Lors des élections  régionales de Delhi, en Inde,  le "parti de l'homme ordinaire" (Aam Aadmi Party) a gagné 67 des 70 sièges. Le BJP, parti hindouiste au pouvoir nationalement qui semblait inscrit dans une dynamique invincible, se trouve ridiculisé avec ses 3 malheureux sièges. Ne parlons pas du Congrès, le parti historique de l'indépendance, de la famille Nehru-Gandhi et en principe de gauche qui est éliminé de cette assemblée par la lassitude des citoyens, la corruption et la sclérose.

La politique indienne ne ressemble vraiment pas à la nôtre. J'ai pu constaté lors d'un voyage déjà bien ancien combien ce pays est loin du chez nous. Pour une fois, moi le lecteur de science-fiction, j'avais vraiment l'impression d'être projeté sur une autre planète. Le gouvernement de l'État de Dehli sera dirigé par Arvind Kejriwal qui se décrit comme un ex-guérillero urbain (au sens propre). Le territoire de Delhi n'est cependant pas un état du même type que les autres territoire de la fédération. Une parti des pouvoirs y reste gérés par le gouvernement central.

Le parti de l'homme ordinaire né d'un mouvement anti-corruption, mal endémique de la société indienne,  construit son idéologie sur le respect des promesses de l'indépendance : égalité sociale, respect des minorités religieuses, plus gandhien que le Congrès qui se présentait comme l'héritier traditionnel. Un premier mandat écourté à la tête de cet état, sans majorité absolue mais mené avec le soutien des élus minoritaires du Parti du Congrès a convaincu les électeurs par la mise en  pratique des promesses concernant l'égalité de l'accès à l'eau et à l'électricité pour les plus pauvres. Dans cet état où se trouve la capitale fédérale le score obtenu démontre que les classes moyennes ont été très majoritairement conquises elles aussi. Le résultat démontre sans doute l'importance croissante de la corruption dans le déabt politique indien ce qui est à mettre au crédit du Aam Aadmi Party.

Bon courage aux indiens.

A suivre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.